dimanche 10 janvier 2010

A LA SOUPE !

Maintenant que le fiasco organisationnel de l'Etat français est avéré, il semblerait que les médecins généralistes, sous couvert de leurs syndicats, veuillent désormais reprendre la main avec la prétendue Ministre de la Santé.
Reprendre la main pour la vaccination de masse.
Reprendre la main pour la reconnaissance de leurs compétences.
Reprendre la main pour faire un travail d'Infirmière Diplômée d'Etat.
Au lieu de s'interroger sur les causes et les conséquences de ce fiasco impressionnant témoignant de l'aveuglement experto-administratif de l'Etat comme Médecin, les syndicats vont à la soupe.
La dernière circulaire en préparation pour la nouvell organisation de la vaccination montre que l'Etat militaire continue dans le bureaucratisme échevelé : les centres de vaccination continuent d'être ouverts, les médecins généralistes peuvent vacciner en allant chercher les vaccins dans les gymnases jouant leur rôle médical de chauffeurs de livraisons pour UPS et vogue la galère. L'Etat militaire ajoute des couches administratives dans la mille-feuilles de l'ignorance et de l'imprévision. Et menace les médecins non vaccineurs de se faire réquisitionner.
Après avoir été humiliés par l'Etat Médecin qui ne les avait mis au courant de rien, après avoir subi les injonctions expertales des virologues, des infectiologues, des réanimateurs et autres spécialistes de santé Publique (dont on attendra longtemps les autocritiques), après s'être désignés volontaires pour vacciner dans des gymnases, après avoir joué les pleureuses parce qu'ils étaient réquisitionnés, les voilà qui courent au secours de la défaite !
On n'attend pas des syndicats qu'ils viennent à la rescousse d'un pouvoir dévalorisé et désorienté par l'étendue de son ignorance et de son incompétence, on attend des syndicats qu'ils contestent la politique telle qu'elle a été menée depuis le début de cette vaste escroquerie intellectuelle et médiatique, on attend des syndicats qu'ils dénoncent les conflits d'intérêts des autorités de l'Etat et des experts avec les laboratoires et les fabricants de vaccin en particulier, on attend des syndicats qu'ils exigent que l'InVS devienne une Agence indépendante et non une courroie de transmission du pouvoir politique, on attend des syndicats qu'ils exigent que les médecins généralistes participent effectivement aux décisions de Santé publique en France, on attend des syndicats qu'ils mettent en place des Etats Généraux de la Santé Publique afin de réfléchir à la façon dont l'expertise scientifique fonctionne en France et à la façon dont les décisions sont prises indépendamment des injonctions de Big Pharma et / ou, par exemple, des fabricants de mammographes.
Car, ce qui se met en place mainteant, des Agences régionales de Santé à la loi HSPT en passant par les CAPI, c'est la mise sous tutelle administrative et scientifique de la médecine générale et la disparition à terme de la médecine générale. Les gymnases et les écoles désaffectées, voilà ce qui attend la médecine française de premier recours, tout comme les services d'urgence débordés et inefficaces.
Nous avons été ravis de voir que les médecins généralistes réfléchissant, ceux du Collège National des Généralistes Enseignants et de la Société Française de Médecine Générale avaient réagi contre la circulaire tamiflu, voir ici sur ce blog, mais il serait souhaitable qu'ils ne s'arrêtent pas là et qu'ils poursuivent leurs réflexions sur la pertinence a) de la vaccination de masse contre la grippe A/H1N1v, b) de la vaccination ciblée contre la grippe saisonnière et, plus généralement, sur les autres aspects de la Santé Publique en France comme le dépistage de masse du cancer du sein ou sur le taux pharamineux de dosages de PSA effectué en France...
Donc, n'allons pas à la soupe, entre les 22 et les 6,6 euro, car cela signifie que nous acceptons de recoller les morceaux de la politique désastreuse de nos têtes pensantes politiques et expertales, que nous acceptons par avance ce qui se passera l'an prochain, à savoir vacciner tout le monde contre la grippe en général au grand profit de la bonne conscience préventive et de l'incompétence scientifique.
Ce n'est pas la peine de demander la démission de Madame Bachelot puisque son successeur, fort de l'appui des syndicats, continuera de prétendre que la vaccination de masse était une bonne décision.
Qu'elle reste jusqu'au bout !
J'espère au moins que les médecins libéraux, au sens politique et philosophique, pas au sens administratif, auront compris que l'Etat militaire régalien se moque comme d'une guigne des petits soldats qui votent pour lui.

3 commentaires:

Serge a dit…

Lorsque on a commencé à parler de confier (un peu) la vaccination contre cette Grippe A aux MG, on a entendu un syndicaliste dire que nous allions profiter d'une aubaine et nous remplir les poches. Cet individu, par ailleurs membre du CA de l'URCAM, n'a pas compris que le coût unitaire d'une vaccination en cabinet aurait été ainsi abaissé de manière considérable. Et que la campagne aurait été bien plus efficiente.

Et je lis votre position : A la Soupe. A moins que vous ne soyez un proche de l'individu sus cité, je m'étonne de cette position.

Oui, il est licite pour les MG et autres médecins libéraux de vacciner leurs patients, à la suite de cette campagne de vaccination montée comme chacun le sait, dans un systéme hypercentralisé, presque à la soviétique.

Et je vais plus loin, les MG, je les encourage à vacciner et à se remplir les poches à 22 euros. Puisque cette activité, si elle peut ajouter un peu de chiffre d'affaire, arrive dans un climat extrémement morose, où ces mêmes médecins ont été négligés, rabaissés, avec une Loi HPST qui devrait à terme les contraindre encore plus. Et avec un C qui devait passer à 23 euros depuis deux années au moins et qui n'évolue pas.

Donc, mon conseil est le suivant : on vous offre une possibilité d'activité supplémentaire, alors faites là, prenez celle ci sans scrupules.

DOCTEUR DU 16 a dit…

Cher Serge,
Mon scrupule est le suivant : faut-il ou non vacciner contre la grippe A/H1N1v toute la population ? Ma réponse (scientifique) est non.
Mais je demanderai l'avis de mes patients. S'ils veulent se faire vacciner je les attends avec le vaccin non adjuvé en monodose dans les mains. Je ne serai pas un livreur de vaccins.
Ce n'est pas un problème d'argent mais d'éthique (ce qui parfois est la même chose).
Je n'ai aucun lien avec l'URCAM.
Quant au C à 23 euro c'est tellement une misère que je n'en parle pas. Je n'aurai pas la honte d'aller quémander un euro pour ressembler à un spécialiste.
Amitiés.

Serge a dit…

Bonsoir,

Ton scrupule, ainsi décrit, t'honore. Primum non nocere...

Tu devais venir sur le forum Viardot.

http://www.conat.net/w-agora/index.php?bn=conat_prive

Bonne lecture

SC