mardi 13 septembre 2011

Brèves de comptoir : histoires de consultations 92, 93 et 94.


92 : Monsieur A, 48 ans, vient me voir pour son hypertension une fois tous les six mois. Grâce aux patchs et à deux ou trois entretiens Monsieur A est passé de 20 cigarettes à l'abstinence. La question rituelle en début de consultation : "Vous en êtes où avec la tabac ?" Monsieur A me regarde d'un air désolé : "J'ai recommencé." Je lui fais un sourire. "Complètement ? - Non, non, je fume trois cigarettes par jour depuis deux mois. - Cela me convient." Il me regarde avec étonnement. Bien qu'il ait vu une fois un cardiologue mantais il y a trois ans et que tout allait dans le meilleur des mondes hypertendus possibles, sa femme lui a conseillé d'aller voir un cardiologue à Paris, un cardiologue ethnique conseillé par la meilleure amie de sa femme dont le mari, et cetera... Et le cardiologue, qui ne m'a pas envoyé de lettre, je ne lui avais pas adressé de courrier, c'est le patient qui raconte, a prescrit du champix parce que le patient fumait trois cigarettes par jour, et le champix lui a collé de tels effets indésirables (nausées, bouffées de chaleur, excitation) qu'il a arrêté au bout de deux jours...

93 : Le jeune A, seize ans, 58 kilos, s'est fait une entorse de cheville au foot en prenant un coup violent de la part d'un de ses camarades de classe. Il arrive au cabinet accompagné de sa mère (qui vient elle-aussi pour une consultation) avec une attelle élastique, un certificat de l'hôpital où il a été conduit depuis le lycée, des radiographies de cheville (malgré les critères d'Ottawa) normales, et une demande de conseils avec, en outre, une demande de certificat. Je l'interroge, j'examine la cheville, et, incidemment, je vois l'ordonnance des urgences, signée par un senior :
1) Doliprane (paracétamol): un comprimé quatre fois par jour en cas de douleurs ; 2) Si douleurs : un comprimé d'ixprim (tramadol paracétamol) au coucher. Cela fait quand même beaucoup de paracétamol ! Dernier point : pas de déclaration d'accident à l'assurance scolaire.

94 : Madame A, 52 ans, adressée par l'hôpital de Mantes, est hospitalisée à l'Hôpital Européen Georges Pompidou pour un problème rénal à identifier. Je la revois après un mois d'hospitalisation et sans encore de courrier détaillé, avec le diagnostic de glomérulonéphrite extra membraneuse. La lecture de l'ordonnance de sortie est édifiante :
  1. Bactrim forte : un comprimé par jour pendant trente jours
  2. Lasilix special 500 : un comprimé le matin
  3. Inexium 20 : un par jour
  4. Tahor 40 : un comprimé le soir
  5. Acide folique ccd
  6. Novonorm 2 : un comprimé trois fois par jour
  7. Imovane : un comprimé le soir
  8. Previscan : trois quarts de comprimé par jour
  9. Ramipril 10 : un comprimé par jour
  10. Tareg 40 : un comprimé par jour
  11. Lansoyl
  12. Fosavance 70 / 2800 : un comprimé par semaine
L'histoire de la patiente est donc la suivante : elle entre à Pompidou pour un diagnostic, elle fait une embolie pulmonaire, on découvre une thrombose des artères rénales, elle fait une surinfection pulmonaire à pneumocoque et...
Quant à l'ordonnance, elle est gratinée...
Elle est intégralement rédigée en noms de marque, sauf pour le ramipril.
Elle comprend un antivitamine K, le previscan, qui n'est prescrit qu'en France.
Il y a l'association d'un sartan et d'un IEC (le double blocage).
On n'oublie pas de prévenir l'ostéoporose d ela brave dame qui vient de se farcir deux affections successives liées probablement à l'hospitalisation...

J'attends la suite.

(Image : Le Médecin malgré lui - Molière)

2 commentaires:

Baptou le B a dit…

Pour les critères d'Ottawa, lors de mon stage aux urgences les chefs m'ont dit qu'ils s'appliquaient aux adultes seulement soit >18ans. En dessous, c'est comme pour les plus de 55 ans.

Pour l'ordonnance, c'est malheureusement classique. J'ai photographié une ordo de sortie de mon chef, c'est horrible : Plavix, Inexium, Zyloric, Levothyrox, Chibroproscar, Stilnox, Colchimax, Uvedose, Perf IV sur 24h, Tazocilline IV x4/j, Calciparine SC x2/j, Doliprane.
Aucune logique, les traitements sont écrits dans l'ordre chronologique de prescription lors de l'hospitalisation...
L'ordo du MT jusqu'au stilnox puis les ajouts hospitaliers successifs.
Pour essayer d'améliorer les choses, je peaufine mes ordo de sortie : DCI, regroupés par indications, le somnifère en fin de liste, etc.

jacques le lann a dit…

Depuis ma retraite en Mai 2010 je dépanne en les remplaçants des confrères surchargés, et j'avoue avoir (trop) vu des prescriptions à rallonge, parfois bien "supérieures" en volume à celle rapportée, m'incitant à trancher dans le vif lors de renouvellement, en expliquant avec doigté (enfin j'espère) que des études récentes montraient que....afin de permettre au médecin remplacé de rectifier, ou plutôt de se mettre à la lecture de PRESCRIRE rapidement.