mardi 19 février 2013

Des endroits sans désert médical. Histoire de consultation 143.


Je reçois l'autre jour et pour la première fois une charmante dame de 79 ans, le style Je ne fais pas mon âge mais demandez le moi, pour voir comme je ne le fais pas, accompagnée de sa fille que j'ai connue dans une autre vie (elle a déménagé) : Madame A arrive de Cannes pour se rapprocher de sa famille.
(C'est une journée chargée car l'informatique fait des siennes depuis que nous avons dû changer les trois ordinateurs du cabinet pour cause de modification de la pharmacie HelloDoc passer de XP à Windows 8, me rendre compte que mon lecteur de carte vitale ne pouvait plus fonctionner en raison du port non USB, qu'il y avait un Bug sur Windows 8 qui empêchait HelloDoc de fonctionner correctement, plus les imprimantes, déjà anciennes, qui n'étaient pas reconnues, j'en passe et des meilleures... l'enfer en quelque sorte... C'était l'acmé de la crise informatique...)
La première consultation est, comme vous le savez tous, médecins comme patients, le moment où de nombreuses choses se jouent.
Madame A a donc un médecin traitant, un cardiologue, et un endocrinologue pour la suivre.
Elle m'a apporté un dossier complet avec des examens complémentaires, des lettres, des échographies.
Voici mes constatations.
  1. La patiente a été opérée du coeur en 2001 (remplacement d'une valve aortique) et elle consulte  "son" cardiologue tous les trois mois car il contrôle échographiquement (clichés merdriques) des plaques carotidiennes "préoccupantes" selon la patiente. Il rédige tous les trois mois une ordonnance "cardiologique": Tahor 80 mg, pradaxa 150, et, cinq anti hypertenseurs différents : loxen, furosémide, micardis, sectral, et hyperium (la PA est à 120 / 80)
  2. La patiente est suivie par "son" endocrinologue pour insuffisance thyroïdienne (thyroïdectomie totale en 1990) et diabète de type II et rédige une ordonnance tous les trois mois comportant levothyrox, januvia, hemidaonil et metformine (HbA1C à 7,2) et de mande des dosages d'HbA1C et de TSH tous les trois mois sans contrôler le reste.
  3. La patient voit "son" médecin généraliste tous les mois qui lui vérifie "la tension".
Elle est pas belle la vie cannoise ?
J'ai expliqué à ces deux femmes que cela n'allait pas se passer comme cela ici.
"Vous ne me faites pas une lettre pour un cardiologue et un endocrinologue ? - On verra."
J'ai expliqué aussi que j'allais tenté de simplifier cette petite entreprise.
J'ai expliqué que nombre de médicaments ne me plaisaient pas.
Je n'ai pas fait d'ordonnances, elle avait fait le plein avant de venir.
Je ne sais pas si elle va revenir mais cela me plairait bien...
Une telle accumulation de curiosités médicales et de non sens est savoureuse et inquiétante.

14 commentaires:

Anonyme a dit…

Effectivement, il serait interressant de voir:
1/ les medicaments qui ne vous plaisent pas.
2/ comment vous comptez vous y prendre pour amorcer le changement,(par quel côté commencer?) sachant que vous, médecin, pouvez changer quelque chose, contrairement à nous les pharmaciens. On est bien ennuyés quand on voit ce type d'ordonnances...
3/ Et pour compléter le tableau vous êtes sûr qu'elle ne se prend pas 8 boites de paracétamol effervescent tous les mois ?
Au plaisir de vous lire,
EC

dalidaleau a dit…

Elle me fait sourire la malice des dernières phrases. On dirait un loup qui se lèche les babines à l'idée des repas à venir. :)

Kyra a dit…

Oulà...ils n'ont pas peur les sudistes!
Finalement ce qui m'étonne c'est qu'il n'y a pas de vastarel dans son ordonnance!!!! ou bien ça a été retiré du marché en France?

Cossino a dit…

Vraiment, je ne comprends pas où est ton "courroux"? ;-))

C'est l'exemple type et caricatural de ce qui se pratique tous les jours .
Tu es l'exception , tu décris la norme .

J'ai souri à la lecture car je pense que j'ai la même idée que toi sur les médicaments que tu veux "virer".
J'aimerai bien connaître la suite .
Va-t-elle revenir voir "l'exception" ou va-t-elle continuer à suivre la norme qui n'a pas l'air de lui poser problème

B a dit…

La suite !

docpp a dit…

ce qui pose problème dans ce cas c'est effectivement le nombre importants de médicaments à lui seul responsable de iatrogénie potentielle mais il y aussi de nombreux médicaments inappropriés pour cette personne agée (meme si elle ne fait pas son age)
A ce sujet je vous conseille un guide belge de thérapeutique qui aborde bien la problématique spécifique de la prescription chez la personne agée dans une démarche EBM : c'est le formulaire MRS qui est régulièrement remis à jour
http://www.farmaka.be/publi_formulaire_mrs.php

Babeth a dit…

Bon, les médicaments, je les connais pas, mais j'avoue que la fréquence des visites aux spécialistes m'a fait sourire (jaune). Je suis curieuse de connaître la suite moi-aussi...

Richard TALBOT a dit…

En dehors du fait que cette facilité d'accès aux spécialistes me laisse rêveur dans ma campagne profonde, et que l'accumulation d'autant de nouveautés potentiellement iatrogènes me laisse sans voix, je suis rassuré de voir que l'informatique empoisonne aussi la vie professionnelle des autres …

docplancher a dit…

je crois que je vais m'installer à Canne, le soleil , la mer , le tiroir-caisse plein...etc

Anonyme a dit…

Dé-prescrire ne va pas être facile sur une éventuelle HTA sevère...

Les consultations spécialisées trop nombreuses ?
ça me rappelle un journal TV de france 2 semaine dernière sur les examens inutiles
;-)

Anonyme a dit…

Et le toubib, il continue son manège avec d'autres petites dames qui font ou ne font pas leur âge en tout impunité ! Je n'irai pas à Cannes me faire soigner...

frederic dussauze a dit…

Bonjour

à l'heure où l'on parle beaucoup de sur-prescription et d'actes inutiles vous apportez un exemple concret très intéressant, qui est je pense, exceptionnel, en tout cas dans ma pratique.

Lever le pied parait prudent, notamment sur le plan chimique mais il va être difficile de ralentir la fréquence des consultations spécialisées. Il va falloir louvoyer entre le "raison garder " , le bon sens et la "moindre surveillance" anxiogène...

Bon courage à cette patiente et à son nouveau probable médecin traitant

F Dussauze

ps : message plus "perso" : je vous trouve moins piquant que d'habitude, surement éprouvé par ce bazar informatique...:-) Bon WE

val d'ille a dit…

Je suis aussi effarée de cette débauche de spécialistes et de nouvelles thérapeutiques (peu validées)...
Il m'est arrivé d'accepter de "signer" avec de nouveaux patients, mais toujours après leur avoir dit tout ce que j'enlevais de leurs ordonnances... qu'ils soient d'accord ou pas. Nous sommes responsables de nos prescriptions. Nous pouvons aussi exiger des spécialistes avec qui nous travaillons, de respecter les limites du raisonnable, non ?!

Anonyme a dit…

Good article. I am dealing with a few of these issues as well.
.

my blog post: Nike Air Maxnike air force 1 2011