mardi 7 avril 2009

FORMINDEP ET TRANSPARENCE : SUITE

Il faut féliciter le Formindep pour sa réactivité transparencielle.

A peine avais-je demandé que la réponse de la Haute Autorité de Santé fût publiée en ligne que le Formindep s'exécutait.

Et lorsque l'on lit le courrier de Laurent Degos on se demande bien pourquoi le Formindep ne l'a pas publié avant.

Ce courrier est d'une indigence qui frise le zéro pointé. On y apprend ainsi qu'il est bien difficile de faire appliquer les règles de transparence, que l'on s'y emploie, que l'on fait de son mieux mais que rien n'est encore parfait...

Dans sa réponse le Formindep souligne que Laurent Degos ne répond pas aux questions qui lui étaient posées, notament sur la publication complète des liens financiers des participants à ces commissions avec l'industrie pharmaceutique. Habilement le Formindep, qui n'en pense pas un mot, suggère à la HAS qu'une complète transparence crédibiliserait les Recommandations de la HAS. Le Formindep se propose même de participer à cet effort !

Cela dit, et nous sommes à la fois d'accord avec le Formindep pour que les règles de transparence telles qu'elles ont été édictées par la HAS elle-même, soient respectées, et d'accord avec la HAS pour dire qu'il est assez difficile d'éliminer tout expert qui a eu ou qui aura un lien avec Byg Pharma, la question des experts se pose.

Faut-il que les experts qui jugent les essais cliniques n'aient jamais participé à aucun essai clinique dans le domaine étudié ? Faut-il que les experts soient naïfs au point de ne jamais avoir publié dans le domaine étudié ? C'est un point crucial que les différentes Agences internationales n'ont jamais résolu.

Dernier point :
  1. Alzheimer : l'épidémie d'Alzheimer est extrêmement suspecte. Nous ne sommes pas tout à fait dans un contexte de Disease Mongering mais plutôt dans un regroupement des démences sous le chapeau d'Alzheimer. Et dans une Stratégie de Knock sociétale. Dès qu'un patient oublie ses clés il est suspect d'Alzheimer et on commence à le patcher (disease mongering et Stratégie de Knock). Dès qu'un homme politique monte sur une estrade il n'a de cesse de parler des maisons de retraite médicalisées, des associations d'aide à la personne et de soulagement des familles (Stratégie de Knock). Il serait intéressant que des enquêtes indépendantes se penchent sur le surdiagnostic de la maladie d'Alzheimer et sur la mise sous traitements (inefficaces) de patients non encore malades.
  2. Diabète de type 2 : j'ai souligné ici le désaroi des médecins devant l'épidémie de diabète (liée probablement à des comportements sociétaux : suralimentation dans les pays développés) et devant la maigreur des résultats cliniques des traitements validés proposés sur les critères de morbimortalité metformine (glucophage / Stagid), glibenclamide (Daonil) et insuline. Il n'est pas surprenant que Byg Pharma fasse le forcing avec de nouvelles molécules non éprouvées.
Revenons à nos moutons :
  1. La HAS ne fait pas son boulot
  2. Les médecins lisent peu ses recommandations (pas en raison des conflits d'intérêts non mentionnés mais par fainéantise)
  3. La CPAM nous oblige à respecter des Recommandations HAS (Affections de Longue Durée) pour laquelle il existe de sérieux doutes d'indépendance.
  4. Le Formindep a peur de son ombre en ne mettant pas en ligne immédiatement et en ne laissant le lecteur se faire une idée lui-même.


3 commentaires:

Sandra a dit…

Au sujet d'Alzheimer, je crois que je rejoins vos interrogations, bien qu'en des termes moins techniques et sans me prétendre médecin, ce que je ne suis pas. Quand j'étais un peu plus jeune, j'entendais parler de personnes âgées qui devenaient "gâteuses" comme on dit familièrement, ou qui n'avaient "plus toute leur tête". De nos jours, on dirait que les "gâteux" ont disparu, il ne reste plus que des personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer. Je me suis toujours demandé comment on faisait la différence entre un Alzheimer et le "gâtisme" dû à l'âge. La question est peut-être stupide d'un point de vue médical, mais comment peut-on être sûr qu'il s'agit de la maladie d'Alzheimer ? Y a-t-il des marqueurs biologiques ou est-ce que ça se voit à l'IRM ?
Merci en tout cas pour votre blog qui fait réfléchir.

DOCTEUR DU 16 a dit…

Sandra,
le diagnostic positif est essentiellement clinique ; les examens complémentaires, dont IRM, servent à éliminer d'autres affections non alzheimer : tumeurs, autres émences, maladies métaboliques...
Bien à vous

Sandra a dit…

Merci pour ces explications. Je comprends mieux à présent comment il peut exister un surdiagnostic si le diagnostic positif est essentiellement clinique.