jeudi 18 novembre 2021

La présentation des données est un sport incertain : à propos du port du masque en milieu communautaire (53 % d'efficacité).



Avertissement : selon la bonne vieille formule stalinienne "Il vaut mieux avoir tort avec ses amis que raison avec ses ennemis" et son équivalent sartrien et apocryphe (voir LA) "Il ne faut pas désespérer Billancourt", jamais je n'aurais dû écrire ce billet.

Un article paraît le 18 novembre 2021 dans le BMJ : ICI.

Je choisis un passage des résultats.
Eight of 35 studies were included in the meta-analysis, which indicated a reduction in incidence of covid-19 associated with handwashing (relative risk 0.47, 95% confidence interval 0.19 to 1.12, I2=12%), mask wearing (0.47, 0.29 to 0.75, I2=84%), and physical distancing (0.75, 0.59 to 0.95, I2=87%). 

Eric Topol, sur twitter, commente ainsi (je donne le titre et vous pouvez consulter ICI ses tweets et les commentaires) :


(Eric Topol a reçu en 2020 et selon le US Sunshine Act 338 000 dollars de l'industrie : LA.)

Je me rends compte qu'un article du Guardian du 18 novembre 2021 (LA) cite l'article du BMJ avec comme titre : 

et je découvre dans ma boîte mail un commentaire (LA) de Vinay Prasad qui s'intitule : 


(Vinay Prasad n'a pas reçu d'argent de l'industrie pharmaceutique en 2020 mais il est "financé" par une fondation (Laura and John Arnold Foundation) qui lui a versé 2 millions de dollars en 2017 pour enquêter sur les pratiques de soins qui ne "marchent" pas.)

A noter qu'Eric Topol n'aime pas beaucoup Vinay Prasad : LA.

Ian T. Liu et Vinay Prasad ont publié le 8 novembre 2021 un long papier sur l'efficacité du port du masque en tissu pour freiner l'épidémie de Covid : LA.

Quoi qu'il en soit Vinay Prasad affirme que le chiffre de 53 % a autant de valeur que 80, voire 95 % d'efficacité.

La seule étude randomisée (mais non aveugle) est un essai paru en décembre 2020 (ICI) qui comparait le nombre d'infections par le Covid avec ou sans port de masques (chirurgicaux) avec un cut-point de 50 % :  il n'était pas significatif. 

Commentaire de VP :

The only other completed RCT during the pandemic, DANMASK was null as to the effect of surgical masks, and had been powered to detect a 50% reduction. At the time, many complained DANMASK was underpowered. Masks worked, but not that well, they argued. Yet, it appears now DANMASK was adequately powered if one is to believe the 53% estimate. So which is it? Was DANMASK adequately powered or not? Is 50% plausible or not?

Vous lirez ses provocations concernant la comparaison masques/ivermectine, c'est savoureux.

Sa conclusion : 

DANMASK, which was underpowered, obviously. We might as well give up entirely; throw away evidence based medicine, rip up Sackett’s writings, and let the makers of the Impella tell us how well the product works. We can abolish the FDA while we are at it, and delete clinicaltrials.gov. Preregistration of RCT is a waste of time. Even RCTs are a waste of time. Scientific truth is just what people believe is true, and critical appraisal only applies to claims embraced by the other tribe or members of the other political party. Let’s call it: the new normal.


Conclusion : Il ne s'agit pas d'affirmer ici que le port du masque, en général, ne sert à rien. Ce serait contre-productif. On peut dire ceci : le port du masque (chirurgical) en milieu fermé "semble" être une des mesures capables de freiner la propagation du virus (pour le reste : infections, infections sévères, hospitalisations simples, en soins critiques, en réanimation, avec ou non intubation, décès... c'est sans doute un pari qu'il faut tenter) mais c'est surtout la combinaison avec les autres mesures-barrières et avec la vaccination (modalités multiples à définir) que l'on peut promouvoir (la théorie du moindre risque) en espérant que les intuitions de bon-sens seront corroborées un jour par des essais contrôlés de qualité. Mais il faut également que la présentation des résultats au "public" soit honnête (au risque de désespérer Billancourt) et ne pas utiliser des arguments d'autorité pour tordre le cou aux données qui ne sont pas favorables à ce qui semble être l'évidence.

Illustration : Fantomas



mardi 9 novembre 2021

L'accès direct aux professions paramédicales



Nous sommes en période de pénurie.

Jadis, dans les temps anciens, je choisissais et conseillais, pour la prescription de soins infirmiers, de séances de kinésithérapie, de bilans et de séances d'orthophonie, les professionnels de santé que je connaissais pour leurs compétences et leur professionnalisme.

Désormais, et jusqu'au 30 juin 2021, c'était : "démerdez-vous", "googlisez", "doctolibez". Pour obtenir le plus vite possible un rendez-vous.

Prenons l'exemple des kinésithérapeutes.

J'ai toujours fait confiance puisque j'étais ignorant.

Je pouvais juger de la qualité des soins sur l'évolution des pathologies, sur le soulagement des malades, sur la reprise ou non de l'activité, sur la qualité des relations humaines entre le professionnel de santé et le patient, sur la durée des séances, sur la façon dont elle se passait, sur mes préjugés sur la façon dont les séances devaient se passer, sur les préjugés des patients sur la façon dont les séances devaient se passer. Et cetera. Dont le massage, geste magique oublié qui faisait du kinésithérapeute un "bon".

Mais je n'avais aucune idée du contenu réel des soins : en raison de mon ignorance.

Puis les boxs sont apparus, puis les électrodes sont devenues le deus ex machina de l'industrie des soins kinésithérapeutiques, puis les cabinets sont devenus des salles de sport avec des machines de plus en plus sophistiquées...

Ainsi, en raison d'une médiocre formation initiale, je n'ai jamais eu aucun poids sur le contenu qualitatif des séances, sur les façons de procéder, et cetera. Il existait ainsi une relation asymétrique entre le/la kinésithérapeute et le médecin et, contrairement à toute logique, ce n'était pas le médecin qui était en haut, sauf pour le geste de la prescription.

J'ai fréquenté (professionnellement) un médecin du sport, également rééducateur, qui, non content d'être un bon professionnel, était aussi un homme blasé et désespéré par l'évolution de sa profession. L'ayant consulté il y a bien dix ans, pour un problème personnel (une sciatique hyperalgique), il m'avait conseillé avant tout de ne pas me faire opérer (une très bonne décision), de ne pas aller voir un kiné et m'avait initié à l'autokinésithérapie (qui m'avait "guéri"). 

Unus testis, nullus testis.

Quoi qu'il en soit, je m'étais documenté, et on le verra plus loin, pas aux bonnes sources, et j'avais commencé en cabinet, non seulement de donner des conseils d'autokinésithérapie mais, bien plus que des conseils, à mimer les exercices qu'il était possible de faire en insistant sur la mobilité, le mouvement, sur la récupération des masses musculaires, et cetera.

Et encore n'ai-je pas parlé des ostéopathes dont le seul fait d'écrire leur nom arrache mon enveloppe de calme et de placidité.

Entouré en mon coin d'électrothérapeutes, de dispensateurs de chaleur, de surveillants de boxs, PasTous,  de kinésithérapeutes devenus ostéopathes, j'ai fini par moins prescrire de séances de kinésithérapie et à donner de plus en plus de (mauvais, sans doute) conseils d'autokinésithérapie à des patients qui se mirent à consulter directement les kinésithérapeutes (je faisais des prescriptions a posteriori) et des ostéopathes dont je pus mesurer l'arrogance, l'ignorance, le charlatanisme, la dangerosité et la cupidité. J'ajoute, pour être juste, que les médecins ostéopathes n'ont pas plus ma sympathie et je dirais : encore moins puisqu'ils sont médecins.

Coupable d'être à la fois mauvaise langue et ignorant, je prescrivais sans passion des séances a priori et a posteriori, renouvelait, bla-bla-bla.

Puis, la fréquentation assidue de twitter me fit découvrir des professionnels de santé kinésithérapeutes qui parlaient autrement. Un de mes vieux contentieux avec la profession était, en milieu communautaire, la kinésithérapie des nourrissons pour bronchiolite. J'ai vu que certains kinésithérapeutes évoluaient.

Quoi qu'il en soit, grâce à des kinésithérapeutes de twitter, que je ne nommerais pas car ils ou elles pourraient être victimes d'attaques de la part de leurs collègues, j'ai appris.

J'ai appris sur mon métier (comment gérer et/ou prescrire/ne pas prescrire, moins prescrire d'antalgiques/antiinflammatoires, comment ne pas générer trop d'effets nocebo, comment encore moins prescrire d'examens complémentaires, comment décorréler imagerie et clinique ou clinique et imagerie, et cetera...)

Je vous conseille donc encore une fois d'écouter les podcast Le temps d'un lapin (j'ai des critiques mais pour l'instant je les garde pour moi) : ICI

Ces podcasts ont conforté certaines de mes pratiques, infirmé d'autres et sont une source inépuisable de réflexions.

Ces podcasts sont instructifs mais désespérants tant ils soulignent de façon criante l'écart, le gouffre, entre ce que j'y entends et ce que je vois.

Donc, c'était la question, oui à l'accès direct : quand les choses nous échappent, feignons de les avoir organisées.

Je ne crois pas que cela changera grand chose au contenu des séances mais comme la prescription n'y changeait rien, je fais confiance aux sociétés savantes des kinésithérapeutes pour qu'elles fassent leur boulot.

J'ajoute qu'à l'époque où l'Association des professionnels de santé du Val Fourré tenait encore des réunions, le dialogue était plus amical que professionnel...

Vous pouvez regarder ou signer (ce que je n'ai pas fait pour des raisons tellement explicites pour celles et ceux qui suivent ce blog) la pétition publiée dans un journal progressiste sur l'accès aux soins (qui me laisse rêveur) : LA.

Nous essaierons d'aborder dans d'autres épisodes l'accès aux IDE et aux orthophonistes.