vendredi 31 décembre 2021

La nouvelle médecine d'urgence et la nouvelle médecine tout court : pour 19,61 euros t'as tout.



Pour 19,61 euros cash tu désengorges les urgences et tu facilites l'accès aux soins des plus pauvres. 

Magie ?

Non : Thomas Meunier et Pierre Carli.

*

**

***

La personne qui se rend aux urgences à partir du premier janvier 2022 devra payer immédiatement (?) un forfait de 19,61 euros si elle n'est pas hospitalisée (c'est plus compliqué, mais, bref, c'est ce qu'on retient). Et si vous voulez des détails, consultez le document de France Assos Santé : ICI.

Cool.

***

**

*

Les non pauvres : Qu'est-ce que 19,61 euros ? Est-ce que cela empêche les SDF d'acheter un écran plat ?

Les moralisateurs : Les khons ne viendront plus aux urgences pour un mal de gorge.

Les hospitalo-centreurs : La médecine de ville ne fait pas son boulot.

Les finances de l'hôpital : C'est pour lutter contre les impayés.

Les patients : Comment fait-on pour savoir si c'est grave ou non ?

Les économistes : Attendre 6 heures aux urgences pour 19,61 euros, c'est pas cher le tarif horaire.

*

**

***

Nul doute qu'un parlementaire médecin va étendre l'affaire à la médecine de ville (libérale).

Une personne qui consulte son médecin traitant pour un mal de gorge, si son TROD est négatif, elle devra payer  un forfait de 19,61 euros pour dérangement inutile. Blablabla...

Une personne qui consulte son médecin traitant pour une suspicion de covid, si elle est négative... 

Et ad libitum.

Cool.

***

**

*

Quand une mesure de santé publique est prise, il faut toujours se demander à qui profite le crime.

Aux patients ou aux patients ?

Indépendamment de l'effet dissuasif d'une telle mesure, elle ne s'inscrit pas dans ce que certains médecins libéraux, dont moi, avons toujours demandé pour la médecine générale de ville : le tiers-payant intégral avec payeur unique.

Si le service public lui-même n'est pas gratuit...


Donc, n'oubliez pas votre carte vitale en allant aux urgences, sinon c'est cash.


PS : On me dit que nombre d'urgentistes ne sont pas d'accord avec cette mesure.

PS : Je ne remercie pas France Assos Santé pour la présentation qu'elle fait de cette mesure, après tout, outre un médecin, je suis aussi un usager du système de soins, en ne prenant pas assez, selon moi, le point de vue exclusif du patient.




samedi 25 décembre 2021

Les nouveaux médecins per et post pandémiques et le bouc-émissaire



 

La vieille croyance arrogante, condescendante et moralisatrice des médecins, et pas seulement des hygiénistes, La maladie est le salaire du péché, est devenue, en cette période de cinquième vague pandémique, une obsession morbide s’exprimant à la fois par une mantra scientiste, Les non vaccinés sont des égoïstes et des assassins, et par une fausse interrogation éthique, Faut-il soigner ces gens-là ?


Les nouveaux médecins éthiques affirment dans la foulée : nous avons le droit, voire le devoir, de nous poser la question et de donner des réponses mais, rassurez-vous, nous traiterons ces gens-là comme les autres.


Or, toute la littérature médicale indique le contraire : les préjugés perturbent la relation de soins. Il n’est qu’à lire et à écouter ce que racontent les personnes en surpoids, ce que racontent les usagers de substances addictives, les étrangers parlant mal français, les travailleurs manuels blessés ou les détenteurs de la CMU, et cetera…

 

Ce discours décomplexé, Faut-il traiter les non vaccinés ?, est devenu banal, normal, évident, frappé de bon sens, au point que s’en émouvoir fait passer les contradicteurs pour des naïfs, des moralisateurs ou des idéalistes. 

 

La longueur de la crise, la fatigue, l’épuisement, la maladie elle-même qui a touché les soignants, peuvent expliquer cette exaspération et cette prise de parole énervée. Mais peuvent-elles l’excuser ?

 

Une autre hypothèse est celle-ci : au moment de cette cinquième vague qui met à mal la science, le pouvoir médical, la croyance dans le progrès indéfini du progrès, les vaccins pour lesquels l’efficacité s’épuise au bout de trois mois, il fallait trouver un coupable idéal, et c’est le non vacciné. Le non vacciné qui ne peut présenter son pass vaccinal ou, pire, le non vacciné qui présente le pass vaccinal de son voisin ou son faux pass vaccinal, voilà le bouc-émissaire, celui qui explique tous les maux de la santé publique française. Le non vacciné qui entraîne la multiplication des variants…

 

Il y a même des soignants et des non soignants qui proposent des hôpitaux dédiés aux non vaccinés où il n’y aurait ni réanimation, ni personnel qualifié, ni antibiotiques…

Il y a même des médecins, très rares, des soignants en général, des non soignants, qui se réjouissent en sourdine et sur twitter, que des antivax déclarés comme Alain Decaille, le chauffeur de taxi martiniquais, soit mort du covid… La maladie est le salaire du péché.

 

Il est plus facile de stigmatiser la minorité des non vaccinés que de désigner ceux qui ne respectent pas quotidiennement les mesures-barrières à titre individuel, professionnel ou dans la vie quotidienne. Car qui respecte vraiment les gestes-barrières ? Qui n’a jamais dérogé ? Et surtout : qui peut voir les coupables ? Il n’y a pas de pass mesures-barrières, il y a seulement des déclarations de bonnes intentions et des C’est pas moi c’est l’autre.

 

Faire du non vacciné un bouc-émissaire permet d’éluder les mauvaises politiques de santé publique menées avant, pendant et après la vaccination. Cela permet également d’oublier les inégalités sociales et géographiques du taux de vaccination et de mettre sous le tapis les populations des pays pauvres non vaccinées (92 % à ce jour).

mercredi 8 décembre 2021

Le mépris systémique à l'égard des médecin.e.s généralistes construit par le système de santé.

L'hôpital au chevet méprisant de la médecine générale.


Première partie : le mépris systémique des médecin.e.s généralistes est construit par l'hospitalocentrisme.


Force est de constater qu'il existe un mépris systémique à l'égard des médecins et des médecines généralistes (les MG) construit dans et par l'institution académico-universitaire.


Faut-il le démontrer ?


L'organisation de l'enseignement, du métier, de la pratique se fait depuis l'hôpital, et plus précisément des hôpitaux universitaires.


Ce mépris hospitalo-centré a des origines historiques, médicales, sociales, sociologiques et politiques.

Et une origine évidente : comment des hospitaliers qui n'ont jamais mis un pied en ville pourraient-ils enseigner une pratique extra hospitalière ?


Il existe désormais des départements de médecine générale dans les facultés de médecine qui peinent à obtenir des postes, des titres, des moyens, des locaux.


Le mépris hospitalo-centré a des conséquences sociales, sociologiques et politiques. Mais surtout perturbe la santé publique.


C’est un mépris de dominateurs : des décisions d'en-haut sont prises à l'égard de pratiques d'en-bas.


Où sont les MG dans les processus décisionnaires des politiques de santé publique ?


Où sont les MG dans les institutions académiques ?


Où sont les MG dans les conférences de consensus ?

 


Où sont les MG dans les institutions croupions où les universitaires de l'establishment viennent toucher des royalties ?


Où sont les MG dans les boards de l'industrie pharmaceutique ?


(Non, ce n'est pas une plaisanterie : il serait nécessaire qu'ils soient parfois consultés)


Mais le phénomène n'est pas qu'hospitalo-universitaire : les non-MG libéraux "de ville", les spécialistes d’organes, derrière l'effusion de leurs sentiments ("un métier bien difficile"), expriment la sécheresse de leur coeur et parlent de « bobologie »


Attendez, j'ai oublié un truc : en français #NotAll ou en anglais #PasTous


Une réflexion souvent entendue : "Oui mais, il existe une haine des MG à l'égard des spécialistes d'organes hospitaliers et libéraux qui est insupportable." 

En fait, il n'y a pas de mépris anti spécialistes d'organes : c'est comme le racisme anti blanc dans un mode blanc de domination : c'est un fantasme de dominateurs.


Pour continuer de filer la métaphore.


Oui aux réunions non mixtes entre MG (entre médecin.e.s et médecins spécialistes en médecine générale).


Cela s'appelle des groupes de paroles, cela s'appelle des groupes de pairs.


Mais cela peut être n'importe quoi d'autre.


Cela s'appelle des groupes de survie.


Quand les victimes de discriminations constantes, quand les dominés, quand les sans futurs de la médecine, quand les sans reconnaissance de la médecine, en ont assez d'assister à des formations médicales continues où on ne leur laisse pas la parole, où seuls quelques oncles Tom ont le droit d'intervenir après qu'on a relus leurs écrans, quand le discours dominant est le discours hospitalier et académique dont la pandémie covidienne a montré la grande hétérogénéité intellectuelle, scientifique, morale, politique, il est nécessaire, indispensable que les médecins généralistes s'expriment entre eux sans le regard insistant de ceux qui savent, s'expriment entre eux sans les commentaires méprisants des spécialistes d'organes, en racontant leurs expériences, en racontant leurs relations avec les personnes qui les consultent, en exprimant le point de vue d'une médecine qui ne serait pas hors sol, d'une médecine qui s'exercerait dans le cadre de la société, avec des personnes qui travaillent ou qui ne travaillent pas, des personnes qui viennent "comme ça" avec leurs défauts et leurs qualités, des personnes qui souffrent et que l'on aurait bien du mal à retrouver dans les grands essais cliniques d'où ils sont exclus pour de nombreuses raisons (comorbidités, âge, contre-indications, allergies, et autres), d'une médecine impure, où la majorité des interventions médico-sociales ne sont pas validées (comme d'ailleurs dans de nombreuses spécialités d'organes), d'une médecine où les patients "reviennent" non pas six mois après ou trois mois après mais le lendemain parce qu'il y a un problème, parce que le/la patient/patiente est accompagné/accompagnée de sa femme, de son mari, de son compagnon, de son amant, de ses enfants, légitimes ou non, de sa voisine ou de son voisin, et cetera.


La médecine générale n'a pas toujours raison. Elle se trompe. Elle expérimente.

 

Les MG doivent se parler entre eux sans le regard appuyé de juges qui les méprisent a priori.


Les MG doivent parler entre eux des problèmes médicaux spécifiques de la médecine générale en toute indépendance, en toute sécurité sans craindre d'être jugés, sans craindre d'exprimer la complexité de leurs tâches et l'immensité, parfois, de leur désarroi. Et en toute insécurité sous le regard de leurs pairs.


Dans les cabinets de médecine générale on rencontre la beauté et la misère du monde, brutes de décoffrage et pas seulement en urgence, pas seulement en cas de semi-urgence, de chronicité mais aussi sans raisons. Et dans la durée.


Et ce sont les MG qui ont le plus critiqué le dosage du PSA comme moyen de dépistage du cancer de la prostate (pas les urologues), ce sont les MG qui ont dénoncé l'inanité du fluor ingéré chez les nourrissons (pas les stomatologues, pas les chirurgiens-dentistes), et ce sont les MG (un MG en particulier) qui ont dénoncé l'inefficacité et les dangers des anti Alzheimer (pas les neurologues, pas les gériatres), ce sont les MG qui ont dénoncé les conflits d'intérêts des comités HAS pour les recommandations sur le diabète (pas les éthiciens, pas les diabétologues), ce sont les MG... Sans parler des non-MG qui ont défendu becs et ongles les glitazones et/ou les coxibs contre les MG qui avaient le courage de dé prescrire.


Ce sont aussi les MG qui expérimentent en leurs cabinets, notamment dans l'exercice des relations avec des patients (décision partagée, consultation d'annonce, éducation thérapeutique, entretien motivationnel, et cetera...)... qu'ils revoient.


Les MG ne sont pas la dernière roue du carrosse : ils ne sont même pas dans le carrosse.


Le mépris des MG va jusqu'à les empêcher de parler "MG", de leur nier une parole différente, un ressenti différent, un langage particulier.


Et les MG, ce ne sont pas que des MG exerçant de la "pure" médecine générale, il y a les MG transfuges qui en ont eu assez d'être les "méprisés" de la médecine, ils ont bifurqué, des MG ras-le-bol qui sont partis vers l'Assurance Maladie, les centres de PMI ou les urgences...


La diminution vertigineuse du nombre de médecins généralistes qui s’installent en libéral est une des conséquences de ce mépris. Et est liée également à la prise de conscience de ce mépris. 


Les méprisés en ont assez mais le combat est perdu d'avance.



Deuxième partie : Le mépris des MG est général dans le système de santé. 





jeudi 2 décembre 2021

Les légitimes interrogations sur les vaccins anti Covid font le jeu des complotistes et des mangeurs d'enfants.



Lorsque les premiers chiffres d'efficacité du nouveau vaccin Comirnaty ont été publiés par Pfizer, il existait des individus douteux qui se posaient des questions sur l'efficacité IRL de ces vaccins. Les ZeroCovideurs et les FaiseursdePeur les dénonçaient comme des ennemis du capitalisme.

Des individues douteuses s'interrogeaient sur les différences d'efficacité sur les critères suivants : mortalité, hospitalisation en réanimation, hospitalisation en soin critiques, hospitalisation en unité Covid, et donc, sur les formes sévères, légères à modérées, bénignes, et asymptomatiques. Les ZeroCovideurs et les FaiseursdePeur les dénonçaient comme des traîtres à la cause du Progrès.

Des individu.es douteux.ses s'interrogeaient sur le portage sain des vaccinés, existait-il, était-il fréquent, combien de temps durait-il ? Les ZeroCovideurs et les FaiseursdePeur les dénonçaient comme des ignares acérébrés ou paucineuronaux.

Lorsque les chiffres d'efficacité des vaccins suivants, à ARMm ou non, sont parus, des complotistes de tous poils ont osé demander que l'on ne parle plus de LA vaccination anti-Covid mais que l'on s'interroge sur les différences d'efficacité entre les différents vaccins. Les ZeroCovideurs et les FaiseursdePeur les dénonçaient comme des alliés objectifs des antivaxx.

Des personnes suspectes osaient poser des questions sur la possibilité de la politique du ZéroCovid dans un monde globalisé où la fortune des riches reposait sur le dénuement des pauvres, et on leur objectait qu'ils étaient des assassins qui s'accommodaient de la mort programmée des non ZéroCovidés : le laisser circuler.

Des individus qui auraient mérité, selon certains, qu'on leur fasse des bourre-pifs, s'interrogeaient sur la politique du booster généralisé à tout le monde (dans les pays développés, cela va sans dire) et sur les éventuels effets indésirables chez les plus jeunes. Les ZeroCovideurs et les FaiseursdePeur les dénonçaient  comme des mangeurs d'enfants.

Des gauchistes s'interrogeaient sur la validité des essais Pfizer et sur les éventuelles tricheries des firmes et Les ZeroCovideurs et les FaiseursdePeur les dénonçaient en affirmant 1) que Pfizer a toujours raison, 2) que le refus de Pfizer de libérer les brevets n'était pas significatif.

Je m'arrête là.

L'apparition de nouveaux variants complique les choses mais les avis des ZeroCovideurs et des FaiseursdePeur ne changent jamais :

Vacciner, vacciner, il en restera toujours quelque chose.
Vacciner, vacciner, la Science reconnaîtra les siens.
Vacciner, vacciner, c'est la seule façon d'empêcher l'apparition des variants.
Vacciner, vacciner, le rapport bénéfices/risques est toujours favorable aux vaccins.

Je vous renvoie à mon texte de novembre 2018 : ICI

Mes liens d'intérêts : 
Eurosfordocs : LA
Je suis triple vacciné contre le Covid avec Comirnaty.