jeudi 4 novembre 2010

CANCER DU COLON : AVALANCHE D'ESSAIS EN TOUT GENRE


Depuis quelques semaines les publications concernant le cancer du colon font flores. Je ne sais pas où donner de la tête et j'aimerais pouvoir analyser tous ces essais mais ils touchent tellement de domaines différents que j'aurais besoin d'un "expert" pour, dans un premier temps me conduire et, dans un deuxième temps, pouvoir lui poser des questions. Je vous livre tout cela en vrac :
  1. Un essai (voir le schéma) publié dans le Lancet (ici, mais il faut être abonné au BMJ pour lire le commentaire et au Lancet pour consulter l'article ad integrum) et réalisé en Suède (3 groupes de patients, faibles doses d'aspirine - 75 mg / jour, fortes doses -- 500 mg / jour et placebo pour une période d'observation de 6 ans / puis extension à 20 ans de surveillance en se servant des registres nationaux du cancer du colon et la mortalité, indique en titre : "Low dose aspirin protects against colon cancer." En gros, l'aspirine, à n'importe quelle dose, prévient les cancers du colon non fatals et fatals du colon mais pas du rectum ; la durée de l'utilisation augmente l'effet (et en particulier au bout de 7 à 8 ans) et il y avait une majorité d'hommes âgés suivis pour des pathologies cardiovasculaires. A voir.
  2. Un autre essai (une étude prospective de cohorte) mené celui-ci au Danemark (ici car accès libre dans le BMJ) dont le protocole était le suivant : suivi de 55487 hommes et femmes âgés de 50 à 64 ans suivis en moyenne pendant 9,9 ans montrerait que l'adhésion à 5 recommandations d'hygiène de vie avec un index comprenant activité physique, tour de taille, tabac, prise d'alcool et régime (comprenant fibres ; pourcentage calorique provenant des graisses, de la viande rouge et autres ; et fruits et légumes) entraînait chez les observants des 5 recommandations une diminution relative du nombre de cancers colorectaux de 23 %. Comme répondait un célèbre cancérologue à un malade qui lui demandait sien en fumant pas, en ne buvant pas d'alcool et en mangeant peu de graisses il allait vivre plus longtemps : "Je ne sais pas, mais la vie va vous paraître un peu plus longue".
  3. Un troisième essai, lui aussi en open access (ici), et réalisé en Ecosse, mesurait l'effet d'invitations répétées à pratiquer un test de détection de sang dans les selles sur deux données : la prévalence de dépistage et l'incidence de dépistage ainsi que la Valeur Prédictive Positive du test lors de la première invitation et lors des relances ; était aussi étudiée l'acceptation de pratiquer une coloscopie après test positif. La conclusion de cet essai très sioux sur le plan méthodologique est le suivant (d'après les auteurs) : il est indiqué de continuer de faire des relances aux patients qui n'ont pas répondu à la première invitation et il faut continuer de proposer le test aux patients qui ont déjà accepté les offres précédentes.
Bon, la pratique de l'hemoccult en médecine générale est controversée et critiquée par certains qui pensent que les valeurs intrinsèques du test (sensibilité, spécificité, valeur prédictive positive) ne sont pas fameuses. Despièces au dossier

5 commentaires:

Anonyme a dit…

Intéressant survol du sujet mais vos liens sont souvent difficiles à suivre et nous laissent un peu sur notre faim.
N'y avait-il pas une étude (plutôt plusieurs études) anciennes qui montraient que les japonais émigrés aux USA avaient le même taux de cancer du colon que les américains (qui en ont beaucoup) alors que le cancer du colon est (ou était avant l'invasion des fast food) quasi inexistant au Japon? Et, d'autre part, si les patients prenant 500 mg d'aspirine par jour pendant six ans ont moins de cancers du colon qu'en est-il de l'état de leur estomac?
Sinon, la blague est très bonne mais je ne suis pas sûre que la vie semble meilleure aux japonais depuisqu'ils peuvent manger des hamburgers tous les jours. Question de point de vue.
CMT

Docteurdu16 a dit…

@ Anonyme (cela me rappelle La Folie des Grandeurs quand De Funès demande à quelqu'un : "Vous avez bien reçu ma lettre anonyme ?")
C'est effectivement un survol. La consultation des seules publications sur le cancer du colon dans le BMJ donne le vertige.
Je voulais souligner ceci : il y a des études dans tous les sens et, en France, on a beaucoup de mal à compter les répondeurs pour l'hemoccult...
Quant aux liens ils me semblent fonctionner mais c'est le problème des références payantes. Et le gratuit ne semble pas se développer dans l'internet scientifique.
Merci pour ces remarques.
Et en plus ce n'est pas tout à fait Anonyme car le papier est signé (et je sais qui a écrit).

Anonyme a dit…

Vous voulez sûrement rire. Etre "anonyme" c'est le seul moyen pour ne pas en passer par plein de manipulations compliquées, de ne pas être obligé de se créer un profil dans le style facebook où on est censé annoncer ses goûts,de la couleur de sa brosse à dents à son genre d'hommes (j'aime les grands blonds, j'aime les petits bruns ténébreux...) et ses petites manies (le matin je ne bois que du café bien serré avec une sucrette et beaucoup de whisky).Pfff Quel ennui!
CMT

Anonyme a dit…

anonyme @ anonyme
Signé : anonyme

Anonyme a dit…

Many loan applications by people with bad credit are declined by lenders.
With a bad credit payday loan it is designed for people
with bad credit and virtually everyone is approved. Lenders have
the ability to do this because your payment is immediately deducted from your account on payday.
This suggests that the loan provider makes sure you are visiting be able to pay back the cash you have actually gotten a loan from them.


Here is my web blog ... Payday Loans In Missouri