dimanche 8 janvier 2012

Le vaccin anti grippal ne marche pas en institution. Les experts n'en tiennent pas compte.


La vaccinologie est une drôle de spécialité académique. Elle a droit aux indulgences les plus médiocres. Elle a le droit à tous les égards de la pensée magique.
Ce rapport trouvé dans le MMWR (Mortality and Morbidity Weekly Report) (ICI) et émanant du très sérieux CDC (Center for Disease Control and Prevention) d'Atlanta est ébouriffant. Pour deux raisons : la première raison en est que les malades les plus gravement atteints par les syndromes grippaux étaient tous vaccinés contre la grippe ; la seconde tient aux explications et aux recommandations des commentateurs.
Les faits qui nous sont racontés.
Dans un établissement de l'Ohio regroupant 130 enfants et jeunes adultes atteints de maladies neurologiques sévères (troubles intellectuels sévères à profonds épilepsie, paralysie cérébrale, tétraplégie, atteintes visuelles, scolioses,pneumonies récurrentes, reflux gastro-intestinal) est survenue une épidémie de grippe. Je passe sur les critères cliniques qui ont été retenus pour savoir s'il s'agissait d'un syndrome grippal ou d'un syndrome pseudogrippal  (dont le RT-PCR fit la différence). Durant cette épidémie 76 résidents présentèrent une pathologie respiratoire aiguë. Treize résidents ont présenté une symptomatologie sévère dans le cadre d'une grippe confirmée (n = 7) ou suspectée (n = 6). Dix furent hospitalisés et 7 décédèrent. Les 13 malades sévèrement atteints avaient tous été vaccinés contre la grippe  saisonnière 2010 - 2011. Huit des 13 (62 %) avaient reçu de l'olsetamivir et 4 (13 %) dans les 48 premières heures.
L'editorial.
Il est gratiné de chez gratiné !
D'abord, il insinue un doute sur la chaîne du froid dans cet établissement de l'Ohio. Non parce que le vaccin aurait été stocké dans des réfrigérateurs trop chauds mais parce que la température était trop basse (- 2,8 ° Celsius) (Roselyne, reviens, ils sont devenus fous !).
Ensuite, il insiste sur la vaccination préventive des personnels comme facteur de non diffusion en citant des références que la Collaboration Cochrane avait trouvées peu convaincantes et sans donner le taux de vaccination du personnel de cet établissement.
L'éditorial prévient du fait que l'olsetamivir aurait dû être prescrit plus tôt et à tout le monde, toujours en répétant des références peu convaincantes.
Enfin, l'éditorial précise que les patients étaient atteints de pathologies chroniques graves, ce qui limite la portée des résultats à cette population particulière. Ce qui confirme ce que l'on sait déjà depuis longtemps, à savoir que le vaccin anti grippal, s'il est efficace, l'est plutôt chez les gens jeunes (pas trop jeunes) et sains, c'est à dire a priori pas à risques !
Enfin, last but not least, comme diraient les gens de l'Ohio, il assume les taux d'efficacité du vaccin 2010 - 2011 en général et appariés par âge à 60 % (ce qui est pour le moins aventureux) et avoue qu'il est considérablement moins important dans des populations particulières (c'est à dire fragiles, âgées, immunodéprimées, et cetera... A ce sujet un de mes patients transplanté rénal, diabétique, hypertendu, dyslipidémique, s'est vu refuser le vaccin anti grippal par les néphrologues qui le suivent par risque de rejet alors qu'un autre de mes patients, transplanté cardiaque, s'est fait vacciner normalement...).
Conclusion.
Les données de la Collaboration Cochrane concernant la faible efficacité de la vaccination anti grippale chez les personnes de plus de 65 ans (ICI) ou chez les enfants en bonne santé (LA), le manque de preuves concernant l'efficacité de l'olsetamivir et le manque de données concernant l'efficacité supposée de la vaccination des personnels en institution (ICI), ne sont pas remises en cause.
Mais la vente des vaccins continue.

16 commentaires:

Anonyme a dit…

Merci pour vos articles, notamment sur le thème des vaccinations.

CMT a dit…

Il me semble que tout cela montre que les attitudes des médecins et leurs conclusions se rapportant à la vaccination reposent davantage sur des croyances que sur les faits eux-mêmes.
Autrement dit les conclusions sont largement extrapolées par rapport aux faits établis ce qui les rend non pertinentes.

BT a dit…

A propos des soignants en institution, quid d'une vaccination contre la grippe sur plusieurs décennies ( environ 50 ans), puisque ces mêmes soignants seront à leur tour des personnes de plus de 60 ans relevant de la vaccination contre la grippe à cause de leur âge?
Baltazart florence

Anonyme a dit…

Merci de cet article: il ne s'en trouve que fort peu concernant des populations dites à risque . Les parents des personnes accueillies dans ces institutions peuvent difficilement interroger la vaccination grippale...que les professionnels inquiets - eux aussi - de la santé de leurs patients sont prompts à recommander .

A la lecture de votre article je n'arrive pas à saisir le statut vaccinal des personnes décédées . Est-ce moi qui ne comprend pas ou bien est-ce le compte rendu qui n'est pas explicite à ce sujet ?

S'agissait-il d'un internat ou d'un externat ?

Que sait-on du traitement de la fièvre adopté pour ces différents malades ? j'imagine que des antipyrétiques ont été administrés. Est-ce mentionné ?

Ces personnes ont souvent des difficultés à s'hydrater correctement , à s'alimenter même (voire à prendre leur dose de médicament).Elles peuvent avoir un indice de masse corporelle faible . Cela,et d'autres problèmes , fait que la solution du vaccin se présente volontiers à l'esprit des équipes soignantes .
Cordialement .

Docteurdu16 a dit…

@ Dernier Anonyme : les 13 patients sévèrement atteints étaient tous vaccinés.
Ce rapport pose plus de questions qu'il n'apporte de réponses. Il montre que la politique vaccinale est à mille lieues de ce genre de problèmes. Les experts ne savent dire qu'une seule chose : toujours plus, toujours plus. Ils n'ont peut-être pas tort mais un certain nombre d'observations vont dans un autre sens.Ce qui est fascinant dans cette publication c'est qu'en cas d'épidémie dans une structure fermée la moitié des malades "graves" n'a pas la grippe ! Que chez les malades vaccinés les médecins ne pensent pas à faire de dosages d'anticorps. Qu'on ne sait pas la proportion de soignants vaccinés... Que l'on reste donc dans les croyances. C'est extrêmement préoccupant. Et on voit ici confirmé que ce sont les patients les plus à risques qui sont les moins protégés et les moins immunisés. Enfin, une observation de ce type ne serait jamais parue dans le BEH : on aurait filtré...

Anonyme a dit…

Merci Doc du 16 .(Par le dernier des anonymes ;).)

CMT a dit…

A propos du vaccin contre la grippe, il faut savoir que l’extension récente des indications aux asthmatiques ne se justifie pas au regard des risques que la grippe fait courir aux asthmatiques ni non plus de l’efficacité du vaccin dans ce groupe.
Pendant la pseudo-pandémie de 2009 si 13% (177) des personnes hospitalisés en Unité de soins intensifs présentaient de l’asthme sans qu’on puisse savoir s’il s’agissait de leur seul facteur de risque, seuls 4 sont décédés et parmi les décès la proportion d’asthmatiques est inférieure à celle de la population générale.
La question se posait d’une part par rapport au concept même de facteur de risque et à ses implications. Peut-on dire qu’un risque minime (si on prend le risque moyen tel qu’il est présenté, pour un asthmatique d’être hospitalisé en USI pendant l’épidémie de 2009 il était de l’ordre de 1 pour 25 000), même augmenté, justifie la vaccination de plusieurs millions de personnes ? Et surtout, est-il pertinent de prendre en compte, dans le cas de maladies bénignes comme la grippe ou la rougeole, les facteurs de risque un par un ou alors ne faudrait-il pas considérer l’état de santé global des personnes hospitalisées ?

Quand l’état de santé est très dégradé peut-on dire que c’est la grippe qui est la cause de l’hospitalisation ou ne doit-on pas plutôt considérer que la grippe n’est qu’un élément fortuit et que la cause de l’hospitalisation aurait pu être n’importe quelle autre infection bénigne ? En dehors du pic épidémique le virus de la grippe ne représente qu’une minorité des syndromes grippaux pouvant conduire à une hospitalisation.

D’autre part on n’a jamais pu établir un bénéfice du vaccin grippal inactivé sur les exacerbations asthmatiques (revue Cochrane http://www.thecochranelibrary.com/userfiles/ccoch/file/CD000364.pdf ) ni sur les visites aux urgences et les hospitalisations. Plusieurs études, non concluantes mais troublantes, tendaient même à démontrer une aggravation de l’asthme suite à la vaccination.
La plus probante montrait une augmentation de la fréquence des visites aux services d’urgence et des consultations après vaccination par rapport au groupe témoin qui persistait même après correction pour divers facteurs dont la sévérité de l’asthme http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1720017/pdf/v089p00734.pdf . Et ceci même avec une bonne adéquation entre le sérotype vaccinal et la sérotype circulant.

D’autres études ont trouvé le même type d’association délétère et les auteurs se sont livrés à de curieuses acrobaties pour modifier les résultats (autocontôle pour la sévérité de l’asthme) http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/11241034 ou les interpréter en faveur du vaccin http://www.sciencedaily.com/releases/2009/05/090519172045.htm .


Il y a donc lieu de penser que l’extension des recommandations de la pratique systématique du vaccin contre la grippe aux asthmatiques ne repose sur rien de probant.

Marietoune a dit…

Passionnant. Merci.

BG a dit…

Vous avez raison de souligner la difficulté de vacciner des personnes ayant un trouble de santé et le risque qu'il y a d'aggraver ce trouble ainsi. Cela peut aussi se produire quand la personne est seulement au stade de l'incubation d'une maladie infectieuse et par conséquent dans une situation le plus souvent indécelable.

Que se passe-t-il quand on vaccine contre la grippe une personne en incubation de grippe ? Neutre, protecteur ou délétère ? La question pouvait se poser de façon aigüe avec la vaccination dans les centres dédiés où il était prévu et espéré que la population piétinerait pendant plusieurs heures dans des couloirs de barrières avant d'accéder à la vaccination. Et s'il y avait des contagieux  dans la file ? Pas de risque nous avait-on répondu car quand on est malade on ne va pas se faire vacciner. Sauf qu'on nous disait aussi qu'on pouvait être contagieux sans être malade. Et pour toutes sortes de pathogènes.

Le plan pandémie prévoyait d'ailleurs d'interdire tous les spectacles, en particulier sportifs et donc de fermer les gymnases. Va-t-on voir un match de basket quand on est malade ? Non mais on pourrait contaminer quand même. Ces gymnases, fermés pour cette raison, seront aussitôt ouverts pour y entasser la population pour la vacciner …

Tout le monde sait, et en particulier les épidémiologistes, que pour ralentir une épidémie il faut accroitre la distance sociale. Notre plan pandémie prévoyait et prévoit sans doute toujours de réduire délibérément et de manière drastique cette distance sociale pendant plusieurs heures et accepte, statistiquement sans doute inévitable, qu'un certain nombre de personnes reçoivent simultanément, à quelques minutes ou tout au plus une ou deux heures près, le vaccin, le virus sauvage contre lequel elles se font vacciner ainsi que d'autres pathogènes que ces personnes auraient pu éviter pendant tout l'hiver et en tous cas sans une telle simultanéité.

Ainsi, des personnes isolées, ayant très peu de chances d'être spontanément contaminées, pourraient se trouver contraintes par la loi de risquer une ou plusieurs contaminations préjudiciables et inutiles. Et je ne parle pas des effets secondaires du vaccin mais seulement de son effet ''primaire'' possible et de l'effet de la vaccination en tant que regroupement collectif de populations.

C'est un problème très préoccupant qui a été totalement escamoté par tous, qu'ils soient pour ou contre cette vaccination, au cours des débats sur la vaccination pandémique et qui a une bonne raison de l'être par les premiers car il anéantit le principe des centres dédiés qui ont vocation à servir de tremplin pour le virus pandémique et les autres.

Pour les seconds, les opposants, ce problème fut aussi occulté car c'est généralement la pensée médicale et pharmacologique qui a dominé plutôt qu'épidémiologique. On ne parlait que des effets secondaires, oubliant de fait les effets ''primaires''.

Anonyme a dit…

Très interessant !

Déjà réclamé mais je retente : à quand un billet sur l'intérêt et les conséquences à court, moyen et long terme de la vaccination anti-rougeoleuse ?

Anonyme a dit…

Curieux. Chez nous, dans l'établissement (IME) de notre enfant handicapé, la vaccination se passe très bien, tout est très bien organisé.

Anonyme a dit…

Bonjour,
L'AAPS ( Association Of American Physicians and Surgeons )publie des extraits d'une conférence secrète ( ouh la la !) ayant eu lieu en 2003 aux États-Unis sur le thème des vaccins .

C'est là : http://www.aapsonline.org/vaccines/cdcfdaexperts.htm

Il s'agit d'extraits, publiés en outre par l'AAPS dont on a ,je crois , pu critiquer certaines prises de positions idéologiques .

Pour ce que j'en lis - et à supposer qu'il soit authentique ( ce que je suis enclin à croire)-, je trouve ce document des plus intéressants . Au delà de la question précise (?) du Thiomersal (et de l'aluminium) ,il illustre bien les difficultés auxquelles sont confrontés les responsables ...

Anonyme a dit…

ERRATUM 1 / le document signalé précédemment comme rapportant des propos tenus en 2003 , a trait à une conférence tenue en 2000 .

2 / Ces extraits n'ont pas été rendus publics récemment : c'est l'association Safeminds qui a initié la procédure FOIA ; elle donne accès au document entier à cette adresse :
http://www.safeminds.org/government-affairs/foia/Simpsonwood_Transcript.pdf

C'est pas parcequ'on est anonyme qu'on doit écrire n'importe quoi tout de même !

Anonyme a dit…

Suite à l'Erratum : sur wikipedia anglo-saxonne on trouve une page dédiée à cette réunion : http://en.wikipedia.org/wiki/2000_Simpsonwood_CDC_conference

Anonyme a dit…

Pour signaler cet article "Effectiveness of vaccine against pandemic influenza A/H1N1 among people with underlying chronic diseases: cohort study, Denmark, 2009-10" cf http://www.bmj.com/content/344/bmj.d7901

"Among chronically ill people, this vaccine offered protection against laboratory confirmed H1N1 infection but only offered non-significant protection against influenza related hospital admissions confirmed as H1N1 infection." ?????

Anonyme a dit…

En date du 22 février 2013, le Edward Yazbak a publié un billet intitulé,Ethyl Mercury in vaccines: Was Hilleman right?. Ce texte se nourrit d'un récent article de Dórea JG, Farina M, Rocha JB.: Toxicity of ethylmercury (and Thimerosal): a comparison with methylmercury.( http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23401210 )

"Dr. Hilleman advised several National Institutes of Health committees, the Advisory Committee on Immunization Practices and the World Health Organization over decades. They all had complete faith in his knowledge and expertise except for once: When he wrote in a 1991 Memo that Ethyl and Methyl mercury salts were equally most toxic.
That confidential memo on thimerosal in vaccines by Dr. Hilleman to Dr. Gordon Douglas, Head of Merck’s Vaccine Division at the time, was made public and reported in the LA Times in 2005"
"It is important to note that in addition to the three above-mentioned organizations, just about everybody else in the world of vaccination still seems to disagree with Dr. Hilleman"

Pourtant le récent article paru dans Journal of Applied Toxicology avance :

“ • The differences in mercury metabolism in different organs largely result from the binding capacities of mercury’s chemical forms and from the stability of carbon–mercury linkages in organic mercurials.
• The neurotoxicity of etHg is similar to meHg in most ‘in vitro systems’, but differences in the kinetics between these two compounds display differences in tested outcomes. However, an immunotoxicity is more pronounced and more common for thimerosal etHg.
• The differences in the toxicities of these two contemporary and relevant forms of Hg can be explained by the faster degradation (spontaneous or enzymatic) of etHg when compared with meHg and Hg(II). Because the targets of these mercurials do not completely overlap, a simultaneous exposure to meHg and etHg can have unpredictable additive and synergistic effects on developing and mature humans.
• Age and type of exposure, route, and attendant differences in mercury chemistry make toxicological comparisons with etHg and meHg useful in understanding the complexity of mercury metabolism but not sufficient to establish safety recommendations.
• Existing animal models demonstrate that etHg is less neurotoxic than meHg, but we still require adequate models to demonstrate whether repeated relevant doses of etHg in combination
with different meHg background exposures have consequences on fetuses and infants."

.../...