mardi 25 septembre 2012

Pandemrix : un scandale sanitaire, un de plus.



L'étude NarcoFlu VAESCO France (branche française de l'étude cas-témoins européenne réalisée entre le 01octobre 2009 et le 30 avril 2011) vient d'être rendue publique et confirme malheureusement ce que nous savions déjà sur Pandemrix et narcolepsie.
Etude NarcoFlu-VF (NarcoFlu VAESCO-France) : Grippe, vaccination antigrippale et narcolepsie : contribution française à l’étude cas-témoins européenne. Août 2012.
Service de pharmacologie (INSERM CIC-P 0005 Pharmaco-Epidémiologie), Université Bordeaux Segalen – CHU de Bordeaux. Auteurs : Antoine Pariente et Yves Dauvilliers. 

"L’association retrouvée chez les cas de moins de 19 ans et leurs témoins apparaît cohérente avec les données de la littérature publiées à la suite des premières études réalisées en Finlande, en
Suède, et en Irlande."

Voici les résultats : 

"Ces analyses retrouvent une association entre vaccination contre la grippe A H1N1 et narcolepsie, avec un Odds Ratio (OR) estimé à 4,6 (Intervalle de Confiance à 95 %, IC95 % : 2,3 – 8,9) pour l’analyse portant sur la date index principale et la totalité de la population éligible, sans différence apparente selon la période d’étude (période pré-médiatisation : OR [IC95 %] = 4,5 [1,4 – 14,7] ; période post-médiatisation : OR [IC95 %] = 4,6 [2,0 – 10,3]) ou selon l’âge des cas (< 19 ans : OR [IC95 %] = 5,1 [2,1 – 12,3] ; 19 ans OR [IC95 %] = 3,9 [1,4 – 11,0])."


Mais il est aussi un fait majeur qui remet en cause toute la politique réglementaire et tous les projets d'étude de pharmacovigilance vaccinale prospective : 

"Chez les cas exposés au vaccin anti H1N1, le délai médian entre la vaccination et la date index principale était de 9,8 mois [5,1 ; 12,1] et le délai médian entre la vaccination et le diagnostic de narcolepsie de 11,4 mois [8 ; 15,2]." 
Il ne devrait plus être possible de faire des essais avec un suivi de pharmacovigilance de quelques jour. On verra. 

Les auteurs reconnaissent des limitations à leur étude (c'est moi qui souligne) : 

"Enfin l’hypothèse soulevée dans la littérature de l’influence de la grippe, et en particulier de la
grippe A (H1N1) pourtant très importante, avait motivé la considération des cas et des témoins dont la date index était comprise entre avril 2009 et octobre 2009 pour l’étude européenne VAESCO et la contribution de l’étude NarcoFlu-VF à cette étude. Son exploration nécessiterait, pour avoir des informations précises de pouvoir réaliser des sérologies virales chez les sujets inclus, les informations concernant les infections virales telles que rapportées par les patients étant trop imprécises pour permettre cette investigation. Si prélèvement sanguin a pu être réalisé chez un certain nombre de cas et de témoins, le budget de l’étude ne comprenait pas d’enveloppe destinée à la réalisation de ces sérologies."


Il n'y a désormais plus de doutes.
Les 4,1 millions de doses de Pandemrix ont provoqué plus de narcolepsies qu'attendu et chez des enfants et des adolescents français (5 fois plus). 
Mais cette étude a également montré un lien chez les adultes, ce qui est la première fois dans un essai de ce type (X 3,5).
Bien entendu l'ANSM (la "nouvelle" agence gouvernementale française) s'est fendue ICI d'un communiqué pour expliquer que rien n'est moins sûr et je ne peux me priver de reproduire une phrase incroyable de naïveté et de bêtise : L’ANSM rappelle que, sur la base des données existantes, une relation de causalité entre la vaccination contre la grippe A (H1N1) et la survenue de narcolepsie n’a pas été établie à ce jour; d’autres causes ne peuvent en effet être écartées (génétiques et environnementales).
 qui montre combien les experts grippaux se moquent des populations.

L’affaire Pandemrix a été parfaitement analysée par Marc Girard dès la fin août 2010 (LA) et surtout le  9 septembre 2010 (ICI) et le 26 septembre (LA) alors que les premiers communiqués de presse suédois et finlandais dataient respectivement du 17 et du 24 août... Je vous invite à lire ce qu’il avait écrit : il constatait, il comprenait et il anticipait même les réponses de la future ANSM à ce fameux rapport NarcoFlu. 
J’avais moi-même commis quelques posts sur la question et, à ma grande honte, en les relisant, je constate que je n’ai rien écrit qui ne soit vrai, confirmé ou corroboré.
Les premiers posts sur le Pandemrix datent de janvier et septembre 2010 et concernaient les 7 décès du dossier d'AMM dont m'avait parlé Marc Girard. Ils sont consultables ICI et LA.
Un autre post du 3 février 2011 indiquait que l'agence finlandaise parlait d'un risque multiplié par 9 de faire une narcolepsie post pandemrixale entre 4 et 19 ans (ICI).
Autre post encore sur le Pandemrix le 31 mars 2011 : ICI  indiquant, selon des sources suédoises que le risque de faire une narcolepsie sous Pandemrix quand on avait moins de 20 ans était multiplié par 4.


N’étant ni un spécialiste des vaccins, ni un épidémiologiste, ni un statisticien, et encore moins un expert académique, j’avais un peu de pusillanimité à exposer ce que j’avais lu dans les dossiers, ayant peur de me faire taper sur les doigts, me demandant quelle pouvait être cette illusion d’optique qui faisait que nous étions un certain nombre à voir mais que l’immense majorité de nos confrères ne voyait pas, dont les plus titrés d’entre eux.
Mais je n'ai pu résister à la polémique. A la polémique contre Daniel Floret à que je demandais de dégager (ICI), à la polémique contre l'Agence européenne (LA), à la polémique contre tous les experts du Comité technique des Vaccinations, dont Christian Perronne, qui n'ont cessé de nous mentir et j'ai encore à l'esprit la fameuse conférence de presse organisée au Ministère de la santé le 8 octobre 2009 où les mensonges les plus éhontés nous ont été servis sur les vaccins adjuvés (LA).

Je ne crois pas que la simple corruption financière puisse « tout » expliquer dans l’attitude des experts et nombre de facteurs non économiques et ressortissant du domaine psychologique pourraient être avancés (cela mériterait une thèse de doctorat).
Cette affaire Pandemrix  montre encore, et l’affaire des traitements hormono substitutifs de la ménopause avec Dominique Dupagne,  celle des traitements de la maladie d’Alzheimer avec Louis-Adrien Delarue et Philippe Nicot, celle du dépistage du cancer du sein avec Rachel Campergue (aidée largement par Bernard Junod), et je passe sur le dépistage du cancer de la prostate par le dosage du PSA, les glitazones ou les coxibs, que nos responsables politiques devraient s’entourer un peu plus de non experts et de non spécialistes académiques pour regarder les dossiers et ne pas se faire berner par le lobby politico-administrativo-industriel dont ils font partie à leur corps sans doute défendant. Mais cette liste n’est pas exhaustive et je n’ai pas oublié les interventions de Marc Girard sur les vaccins, les statines ou l’hormone de croissance naturelle ou celles de Claudina Michal (CMT) sur les vaccins.
L’importance du nombre de médecins généralistes dans cette liste ou, du moins, de non spécialistes académiques, indique d’une part que la science universitaire n’a pas complètement réussi à annihiler leur esprit critique lors de leur passage à l’hôpital (les années de plomb) et, d’autre part, que l’Université se prive de compétences et d’expériences internes qui pourraient ouvrir les mandarins au monde.
Cette prédominance relative des médecins généralistes dans la critique des institutions remonte à la fondation de Prescrire, revue créée par des médecins généralistes et des pharmaciens pour comprendre pourquoi on faisait ceci ou cela, pour savoir si l’Etat de l’Art était fondé sur des données ou sur l’opinion des experts. Et sur des sujets aussi banals que la prescription de semelles orthopédiques.
Je remarque que les critiques émanant de la société civile des médecins praticiens ou d’autres professionnels de santé n’ont pas une origine associative. Il n’est pas besoin de faire partie d’un groupe d’experts pour travailler.
On me dira avec raison que l’union fait la force et que c’est le regroupement de médecins et de pharmaciens dans Prescrire qui a rendu son avis important. On le voit également avec le Formindep qui, de structure politico-syndicale, est devenue peu ou prou un organe d’information scientifique.
Mais où sont nos lanceurs d'alerte vénérés et sanctifiés quand il s'agit de narcolepsies chez l'enfant et l'adolescent dues à des vaccins ? Sont-ils en train de se former dans un Institut européen ? 
Mais l’expertise critique (et je suis désolé pour ce pléonasme que les esprits malicieux pourraient prendre pour un oxymore) ne peut être une activité académique. Elle demande certes une formation de base pour la rendre compétente mais elle exige une indépendance d’esprit que la rédaction collective de Prescrire ne peut complètement assurer ou que l’esprit syndical du Formindep peine à assumer. Si Prescrire dit que le Pandemrix est acceptable il n’est pas de bon ton, en tant que membre de l’association Mieux Prescrire ou en tant que simple abonné de Prescrire s’exprimant sur le Forum Lecteur Prescrire et écrivant par ailleurs à l’extérieur, de s’y attaquer. Si le Formindep dit que les conflits d’intérêts passés et à moitié avoués de Robert Molimard, on peut les effacer d’un coup d’éponge, en raison des services rendus, il faut s’incliner.
Mais si Marc Girard dit du mal de Prescrire ou du Formindep, il faut le clouer au pilori et ne plus l’intégrer au Club des Médecins Blogueurs (ICI) pour des raisons de bienséance idéologique.
L’association des nouveaux experts européens, telle prônée par le Formindep, nous fait irrémédiablement penser aux scissions successives dans les organisations révolutionnaires et, plus trivialement, à Goscinny et Tabary qui ont décrit dans un fameux article du Journal du Nouveau Khalifat Le syndrome d’Iznogoud, c’est à dire La volonté maniaque de devenir Calife à la place du Calife.

Mais parlons un peu de Marisol Touraine, celle qui hurlait avec les loups pour dire que Roselyne Bachelot n’en faisait pas assez pour vacciner la population contre la grippe, cette femme qui fait mentir la phrase idiote de Françoise Giroud « Il y aura égalité entre les hommes et les femmes quand une femme incompétente sera nommée à un poste important », pour lui demander ce qu’elle compte faire à propos du Pandemrix et, à ce propos, à l’égard de tous les experts qui se sont trompés en nous disant droit dans les yeux, droits dans leurs bottes, que le Pandemrix était un vaccin sûr.
Marisol Touraine, dont le slogan est l’hôpital et l’hôpital, nous ferait presque regretter Xavier Bertrand qui avait le mérite de la nullité affichée et de la mauvaise foi au premier regard.

Oui, Madame Touraine, l'affaire Pandemrix est un scandale sanitaire : on a entraîné par une vaccination inutile des narcolepsies chez des enfants et des adolescents en bonne santé qui ne demandaient rien à personne. On n'a pas entraîné des valvulopathies mortelles chez des adultes obèses, en surpoids ou qui se croyaient trop gros, non, on a rendu des enfants et des adolescents malades pour le restant de leur vie. Et, incroyable, il s'agit d'une maladie où l'auto-immunité est mise en jeu.

On aura beau tourner autour du pot, raconter les sornettes habituelles sur la différence entre lien et causalité, demander des études supplémentaires (alors que l’on croyait qu’elles avaient été faites depuis belle lurette), prendre du temps et hésiter à se confronter à la puissance financière de GlaxoSmithKline, entreprise philanthropique qui vient d’écoper aux Etats-Unis d’une amende de 3 milliards de dollars pour tromperie aggravée sur 3 produits et je vous propose de lire un commentaire (1082) de Richard Lehman en son blog qui est particulièrement éclairant sur ce qu’il faut penser du laboratoire pré cité (LA).
  
Les faits sont là : Pandemrix a entraîné des narcolepsies chez des enfants entre 4 et 19 ans et 4 à 5 fois plus que si le vaccin avait été propre.
Une équipe française a fait son travail.

On imagine sans peine que Daniel Floret ou Christian Perronne dorment du sommeil des justes  mais on aimerait que Marisol Touraine s’intéressât à eux.
On aimerait aussi que certain pharmacovigilant rebelle commentât et nous servît encore un cours magistral sur la différence entre lien et causalité ou qu'une autre pharmacovigilante donneuse de leçons nous pondît encore un article génial sur l’encéphalite de Von Economo comme modèle de la narcolepsie à partir de données sources chinoises éventées.

Le scandale Mediator et ses 500 morts en des dizaines d’années n’est rien par rapport à une seule campagne de vaccination chez des enfants et des adolescents qui a causé 60 cas de narcolepsie en Finlande pour une population d’un peu plus de 5 millions d’habitants…

(Illustration - Pierre Paul Rubens : Deux enfants endormis. 1612 - 1613)

PS du 28 février 2013 dans le BMJ : une relation causale a été montrée. ICI

24 commentaires:

Anonyme a dit…

Article récapitulatif bienvenu. C'est un honneur pour vous, et un acte de salubrité professionnelle, que d'exposer les pensées parfois contradictoires qui vous animent.

Juste pour signaler des coquilles :
à la place de"je peux me priver de reproduire une phrase incroyable" je crois que vous vouliez écrire "je NE peux me priver de reproduire une phrase incroyable"

Sur la différence entre lien et causalité, serpent de mer, ressurgissant souvent dans les débats sur les effets secondaires des vaccins : n'existe-t-il pas des traitements qui marchent ( merci d'en donner des exemples) sans que l'on puisse s'en expliquer les raisons : faudrait-il les arrêter ?

Anerick du blog "Péripéties d'une infirmière" a dit…

C'est tellement désolant. On ne sait plus en quoi croire. Désormais pour n'importe quel "produit" ou "service" le consommateur, le patient, le client se doit de vérifier l'intégrité, la véracité du contenu, c'est épuisant à la longue...

Anonyme a dit…

Que dire ?

"Campaigners on public health issues face a number of dilemmas when tactical choices in public debating involve uncomfortable mixtures of benefits and costs...."

"Dealing with dilemmas in health campaigning" cf http://www.bmartin.cc/pubs/12hpi.html

guillaume a dit…

47 cas de narcolepsie pour 4 million de vaccins, le risque, de l'ordre de 1/100 000 est faible, non mesurable en déhors d'utilisation à grande échelle. Un traitement avec un effet secondaire grave de 1/100 000 peut rester un bon traitement.
Le véritable problème de ce vaccin est celui de son manque total d'intérêt ! Le vrai drame est là : au vue des risques présentés par la grippe A H1N1 "pandémique", la vaccination n'a pas d'intéret...

Pascal Charbonnel a dit…

Belle synthèse. Puisse le mouvement commencé depuis ces derniers mois ne pas s'arrêter en route.
Recentrer la médecine sur ce qui est prouvé, utile et non nocif sera le défi des années à venir

BG a dit…

guillaume disait :
«  Le vrai drame est là : au vue des risques présentés par la grippe A H1N1 "pandémique", la vaccination n'a pas d'intéret... »
Il y a le problème du vaccin qui est un produit, celui de la vaccination, qui est son utilisation dans le temps et l'espace et celui du ou des discours qui sont faits par ''l'autorité vaccinale'' sur l'un et l'autre. Tout ce qui est fait par elle pour masquer les problèmes des vaccins et des vaccinations pose, par son accumulation et sa constance, un véritable et dramatique problème.

Le vaccin a ses défauts et ses limites, son utilisation peut être contestable mais ce qui n'est pas contestable et n'a pas de limites, c'est l'invraisemblable discours tenu sur eux. Il est bien possible que le pire ennemi des vaccins et des vaccinations soit la propagande vaccinale elle-même.

Avec la formidable circulation des informations et des opinions aujourd'hui possible, l'attitude ultra rigide de l'autorité vaccinale, attitude déjà en vigueur au 19è siècle, pour le moins, avec la vaccination antivariolique, est appelée, comme les dinosaures, à devenir totalement anachronique.

Pour ce qui fut de la vaccination dite '' pandémique'', son déphasage avec l'épidémie très courte et très précoce en 2009 la rendait inopérante et donc inutile, indépendamment de sa nocivité.

ami89 a dit…

Vous ne faites aucune référence à l'efficacité du vaccin. Vaccin "inutile", ça voudrait dire quoi? Il y a eu 0 / 10 / 100 morts en moins?

CMT a dit…

Très beau post et on peu faire des commentaires à plusieurs niveaux.
Je me contenterai de ceux qui me semblent les plus pertinents.
Lorsqu’on lit Richard Lehman (en lien dans le post) qui mentionne la récente amende de 3 milliards de dollars dont a écopé GSK, entre autres pour avoir occulté des effets secondaires d’Avandia (rosiglitiazone) , anitidiabétique rétiré du marché en 2010 en raison de ces effets indésirables cardio-vasculaires. Quand on sait que Merck a subi le même traitement, en particulier en raison des dizaines de milliers de décès qu’aurait provoqué, son anti-inflammatoire fétiche, le Vioxx, dont le laboratoire connaissait la dangerosité. Quand on sait que Pfizer a dû payer en 2009 2,3 milliards de dollars pour avoir renâclé à retirer un autre anti-inflammatoire, le Bextra. Quand on voit que malgré ces amendes à répétition ces laboratoires sont encore parmi les multinationales les plus largement bénéficiaires, on se dit que la stratégie des grands laboratoires se résume désormais à ceci : mettre sur le marché n’importe quoi et essayer d’engranger un maximum de bénéfices en un minimum de temps, en fraudant autant que nécessaire, de manière à s’assurer que le bénéfice engrangé dépasse les amendes encourues en justice.
Il en est tellement ainsi qu’on se dit que forcément cela doit être intégré dans le calcul du prix que les laboratoires négocient avec les autorités.
C’est en tous cas, la première fois que l’on met en évidence de manière aussi nette et concordante la relation d’un effet secondaire ayant un mécanisme auto-immun, du moins suspecté, et un vaccin.
Mais il faut bien être conscients que pour que cet effet indésirable soit mis en évidence il a fallu qu’un ensemble de circonstances favorables se produisent simultanément et que ceci n’est pas près de se réproduire.

CMT a dit…

Ce sont les services de surveillance nationaux de deux pays nordiques, la Suède et la Finlande qui ont d’abord détecté la fréquence anormale de nouveaux cas de narcolepsie, avant que ceux-ci ne soient mis en rapport avec la vaccination et que le lien statistique soit confirmé par des études. Mais ceci n’a été possible que parce que les cas de narcolepsie post-vaccinaux présentaient des caractéristiques particulières, à savoir la survenue très fréquente de cataplexie (perte du tonus musculaire lors d’une émotion, survenant dans un contexte de narcolepsie), qui les rendaient faciles à identifier et à isoler du « bruit de fond » des narcolepsies ordinaires sans cataplexie qui peuvent mettre plusieurs années à être diagnostiquées. Le délai entre vaccination et survenue d’une somnolence diurne excessive étaient aussi très courts, 50% d’entre eux survenant dans les deux mois après vaccination. La forme post-vaccinale peut être qualifiée de particulièrement sévère et invalidante.
De la même manière, les valvulopathies consécutives à des traitements par le Médiator, n’ont pu être mises en évidence que parce qu’elles étaient caractéristiques et ne se rencontraient pas habituellement.
La fréquence des cas attribuables estimée par l’étude suédoise était en réalité de 6 cas pour 100 000 vaccinés. 47 cas n’étant que les cas retenus dans le cadre de l’étude de l’INSERM.
Désormais le parlement européen a accepté, contre toute évidence, que ce soient ces mêmes laboratoires condamnés à des nombreuses reprises pour avoir occulté des effets secondaires qui soient en charge de la pharmacovigilance en collectant les effets indésirables et en alimentant la base de données Eudravigilance.
Autant dire qu’il faut garder précieusement le cas de la narcolepsie post-vaccinale dans les annales et en tirer tous les enseignements possibles. Parce qu’une telle conjonction de circonstances favorables n’est pas près de se reproduire.
Désormais les laboratoires ont toutes les cartes en main pour maintenir sur le marché des médicaments ou vaccins présentant des effets indésirables graves et fréquents. Comme le dit Marc Girard, la pharmacovigilance c’est la détection d’un signal + les études pertinentes pour établir un lien statistique. Grâce au dispositif qui est en train de se mettre en place nous sommes désormais assurés de n’avoir ni l’un ni l’autre. L’Inserm n’ayant pas les moyens de mener à bien une étude complète qui coûte pourtant 1000 fois moins (4 millions d’euros) que ce que les laboratoires doivent payer lorsqu’ils sont condamnés en justice.
A ami 89
Il y a eu 300 décès récences pendant la pseudo-pandémie. Rien en permet de dire que le vaccin aurait pu éviter ne serait-ce que quelques uns de ces décès. En revanche, vacciner 60 millions de personnes aurait pu provoquer quelques 3000 cas de narcolepsie supplémentaires.
Les statistiques sur les décès dus à la grippe ne sont généralement pas fiables parce qu’elles sont établies sur la foi de certificats de décès. Or, une étude, citée par Tom Jefferson lors d’une interview au Spiegel, avait montré que sur l’ensemble des décès pouvant être attribués à la grippe parce que les patients présentaient des syndromes grippaux, 7% seulement étaient réellement dus au virus de la grippe et les autres à différents virus dont beaucoup de simples rhinovirus .

Picorna a dit…

Excusez moi d'être grossier mais j'étais encore en CHU à l'époque et je me souviens que les certains universitaires avaient quasiment la "trique" face à l'épidémie promise alors qu'elle touchait les mexicains... On avait presque l'impression qu'ils partaient à la guerre : on a enfin notre pandémie, attention, écoutons les ayatollah de l'infectiologie qui ont d'ailleurs bien conseillé Roselyne à l'époque...

On nous a sommé de nous faire vacciner pour notre bien et celui des patients, il me semble que j'ai reçu le Pandemrix. On nous a tellement foutu la trouille que ma femme enceinte est allée se faire vacciner... J'ai l'impression d'avoir été berné par certains collègues surtout quand on a commencé à réfléchir et à apprécier la "gravité" de l'infection...

Ces quelques cas de narcolepsie ne m'auraient pas choqués si nous avions été face à une souche virale particulièrement dangereuse ou face à un SRAS ou autre nouveau coronavirus. D'ailleurs, quelle hécatombe si nous avions eu affaire à une véritable épidémie dangereuse vu la médiocre (et encore, je suis gentil) organisation de la vaccination "in gymnasium".

Docteurdu16 a dit…

@ Picorna : Au risque de me répéter. L'argument, on aurait vu ce que l'on aurait vu si l'épidémie avait été vraiment grave, est peu pertinent. Parce que le seul vrai risque de la grippe est le SRAS et qu'il n'est pas démontré, c'est le moins que l'on puisse dire, que dans un syndrome où il existe un EXCES d'anticorps anti grippaux, le vaccin aurait pu faire quelque chose. Des études ont montré que la vaccination rendait, la saison suivante, les futurs grippés plus atteints. Il est donc possible qu'une sévère pandémie eût tué mais nos experts auraient dit que c'était parce que la population avait été peu vaccinée. C'est le principe de la pensée magique : en cas de sécheresse il faut prier, prier, prier, pour que la pluie arrive. Et elle finit par arriver.
Bonne journée.

Anonyme a dit…

Et bien, je suis contente d'avoir échappée à l'hystérie et de ne pas avoir été vaccinée. D'ailleurs, je n'ai jamais été vaccinée contre la grippe et n'en ai jamais eue...
Comme je refuse à présent de faire des mammographies de contrôle ou le test du cancer colorectal. On ne me fera jamais croire qu'une mammographie, si douloureuse soit anodine.
GB

BG a dit…

@ Ami89
Ce n'est pas seulement l'efficacité du vaccin 2009 qui est en cause mais l'efficacité de la campagne de vaccination en temps réel. Sur les 300 et quelques décès si on s'était donné la peine de confronter la date d'envoi de la lettre personnelle invitant à se rendre dans tel centre de vaccination avec la date du début de la grippe fatale on se rendrait sans doute vite compte que beaucoup n'auraient pu être évités même en admettant le vaccin efficace à 100%. Ce n'était pas la mère à boire d'étudier cela pour ces 300 décès. Sur le blog ''Journal de la pandémie'' ouvert par Flahault et J.Y. Nau, le journaliste médical du Monde, ce dernier avait reconnu avoir reçu la fameuse lettre vers la fin janvier alors que les réseaux Sentinelles et Grog avaient déjà annoncé la fin de l'épidémie...

Il ne suffirait pas de disposer d'un vaccin efficace et inoffensif, encore faudrait-il pouvoir en disposer en quantité suffisante à temps et de pouvoir vacciner la population à temps. La vaccination du public avait été inaugurée le 12 novembre par la ministre. A ce moment-là le pic de l'épidémie en Île-de-France était franchi depuis fin octobre où le nombre de cas estimés était déjà la moitié du pic. Il sera atteint ou dépassé fin novembre pour les autres régions. La vaccination des enfants n'avait débuté que le 25 novembre (disponibilité du vaccin) et devait se faire avec 2 doses à 3 semaines d'intervalle, la première dose ne faisant séroconvertir que 30% des vaccinés selon les essais publiés à l'époque pour obtenir l'AMM française du vaccin sanofi sans adjuvants prévu aussi pour les femmes enceintes qui devaient s'efforcer d'attendre ce vaccin.
Après cette ''expérience'' j'ai entendu Didier Houssin dire (colloque parlementaire du 4 mai 2011 sur les vaccinations) qu'il faudra revoir notre plan variole qui prévoyait de vacciner toute la population en 14 jours. Mais on continue encore à croire que ceux qui sont morts de la grippe le 30 octobre 2009 auraient pu éviter cela grâce à la vaccination...Deux des principaux défauts de la vaccination massive d'urgence sont le délai de fabrication des vaccins en quantité et le délai de réalisation de la vaccination.

Sans parler du fait qu'entasser les foules dans des gymnases pour les vacciner contre une maladie contagieuse en cours alors qu'il fait partie du plan pandémie de fermer ces mêmes gymnases aux rencontres sportives afin d'éviter la contagion est digne des Shadocks. A cette question majeure il avait été répondu que quand on est malade on ne va pas se faire vacciner. Mais on ne va pas non plus assister à un match de basket et il fut dit et répété qu'on était contagieux avant d'être malade ou même en restant asymptomatique … Les Shadocks j'vou dit ...

Anonyme a dit…

CMT,
votre commentaire du 26 septembre est particulièrement utile . C'est la première fois que j'y lis avec netteté ce qui a permis de mettre en évidence la relation entre les cas de narcolepsie et la vaccination.
"Mais ceci n’a été possible que parce que les cas de narcolepsie post-vaccinaux présentaient des caractéristiques particulières, à savoir la survenue très fréquente de cataplexie (perte du tonus musculaire lors d’une émotion, survenant dans un contexte de narcolepsie), qui les rendaient faciles à identifier et à isoler du « bruit de fond » des narcolepsies ordinaires sans cataplexie qui peuvent mettre plusieurs années à être diagnostiquées. Le délai entre vaccination et survenue d’une somnolence diurne excessive étaient aussi très courts, 50% d’entre eux survenant dans les deux mois après vaccination. La forme post-vaccinale peut être qualifiée de particulièrement sévère et invalidante."

Je complète votre commentaire par l'ajout du lien vers la décision du Parlement Européen ET du Conseil de L'UE : http://eudravigilance.ema.europa.eu/human/docs/Directives/Dir2001-20_en.pdf
(Je suis toujours étonné que les sites des agences européennes ne soient accessibles qu'en anglais !)

Vous évoquez l'Inserm ; n'est-ce pas à cette institution qu'est rattaché Frédéric Carrat dont les propos ont été rapportés dans Science et Vie d'octobre 2012 ?

CMT a dit…

A anonyme,
je ne sais pas qui est "Fabrice" Carat (et non Frédéric) mais je vois là http://archives-lepost.huffingtonpost.fr/article/2009/09/20/1704648_grippe-ah1n1-voici-la-preuve-de-l-escroquerie-scientifique-du-siecle.html qu'il a joué un rôle non négligeable dans les prévisions catastrophistes au sujet de la pandémie 2009. Il travaille effectivement comme épidémiologiste spécialisé dans les modélisations à l'INSERM.

A Picorna,
le problème est un peu plus compliqué. Le rapport bénéfice/risque est une manière minimaliste d'aborder la problématique des vaccins. D'une part l'évaluation de l'efficacité se base sur des corrélats (augmentation du taux de certains naticorps) et non sur l'effet directement observable sur la maladie qui est potentielle, et, comme le disait BG, de plus, en pratique, il y a plein de raisons pour que l'efficacité observée sur le terrain soit très inférieurs à l'efficacité qui pourrait être obtenue dans des conditions idéales. L'une d'elles étant la chronologie de la vaccination.

Pour l'aspect "risques", la narcolepsie est un des effets secondaires constatés pour le Pandemrix. Mais il y avait des symptômes pseudo-grippaux très fréquents, des vertiges, des céphalées, des fièvres élevées,des paralysies, dont certaines non régressives et un nombre indéterminé de chocs anaphylactiques.
Le problème actuel est qu'on introduit de plus en plus rapidement des composants nouveaux dans les nouveux vaccins, souvent issus du génie génétique. Ces nouveaux vaccins ont été testés contre des faux placébos contenant ces mêmes adjuvants (sans l'antigène) ou de l'aluminium. La conclusion des études cliniques étant qu'il ny' a pas plus d'effets indésirables observés qu'avec le placébo (le faux placébo).
Ces études sur la narcolepsie, hautement concordantes,ce qui est un critère majeur en faveur de la relation causale, démontrent que le fait d'introduire des nouveaux composants dans des vaccins qui vont être administrés en quelques mois à des millions de personnes n'est pas sans risques.

CMT a dit…

J'ai assisté tout à l'heure à une conférence donnée par Robert Neuberger, psychiatre, qui nous parlait des adolescents et du sentiment d'appartenance. Tout cela s'est intriqué avec ce que disait JCG dans le post sur les groupes et associations tels le Formindep ou Prescrire. Neuberger dit ceci: "la vie nous est donnée, mais le sentiment d'exister reste à construire. Et il se construit notamment à travers le sentiment d'appartenance". Appartenance à une famille, à un club, à une association, à un groupe d'amis...

Donc, c'est entendu, personne ne tient debout tous seul. Nous sommes des êtres sociaux.

Mais appartenir à un groupe, c'est aussi aliéner son indépendance, et souvent sa liberté de penser différemment, ou tout au moins de le dire. Nous avons un exemple politique actuel avec certains ministres.

Ma conviction est qu'il faut des personnes hors des groupes pour pouvoir penser autrement et tenir des discours qui ouvrent d'autres perspectives.

Mais qui dit appartenance dit aussi sentiment de dette et de loyauté.
Et j'ai eu une curieuse conversation avec une pédiatre qui m'a affirmé qu'en matière de vaccination, elle était tenue de présenter un certain discours aux parents à cause de son appartenance à tel ou tel groupement professionnel, à tel organisme mais, qu'en revanche, elle se sentait libre d'agir autrement avec ses enfants.

Ainsi elle crée des cercles d'appartenance, donc de loyauté, où le patient se trouve relégué aux dernières places.

Pour ma part je pense que le code de déontologie médical nous délivre de tels dilemmes: de manière non équivoque, non seulement il nous autorise mais il nous contraint à réserver notre loyauté aux patients, et non à telle ou telle autorité.

Pour ce qui est de la pureté affichée, je crois, en effet, qu'elle mène au totalitarisme. Non parce que l'Homme serait mauvais mais parce que la prétention à la pureté est déjà en soi une forme de totalitarisme.

Picorna a dit…

@Docdu16 : je ne parlais pas de l'efficacité du vaccin, me suis mal exprimé mais de la gestion globale d'une pandémie, la vaccination "in gymnasium" n'ayant été qu'une de ses multiples conneries... Nos décideurs ont montré leur grande médiocrité. Comment aurait évolué la situation en cas de pandémie avec un virus ayant un haut taux de mortalité (même pas coronavirus avec 10% de mortalité mais déjà avec 1 à 5% de mortalité) et hautement contagieux ? Aux mauvais choix stratégiques se seraient rajoutés la panique, les problèmes sanitaires et économiques en tout genre.

Ma réflexion n'est pas "on aurait vu ce qu'on aurait vu" mais
1- quid de la gestion d'une pandémie virale avec un agent infectieux plus dangereux (d'ailleurs, l'épidémie de coronavirus type SARS-coV a été gérée sans vaccin disponible par des mesures de quarantaine)
2- des effets indésirables sont acceptables si le vaccin protège d'une maladie grave. C'est surtout sur ce point qu'on (dont des collègues de mon CHU…) se sont foutu de nous. Fallait-il prendre le risque de la vaccination en masse pour ce type de virus.
3- Comment se fait-il qu'on peine à avoir des études régulières pour juger de l'efficacité du vaccin anti-grippal, on nous donne en plus des nombres de décès liés à la grippe d'une disparité totalement anormale. J'en reste effaré

Après, le débat de la vaccination anti-grippale, c'est comme la grippe et son vaccin, il reviendra tous les ans (comme la campagne pour le dépistage du cancer du sein, nouvelle épidémie saisonnière d'octobre). Comme d'habitude, les médias influencés et les politiques influencés (pour ne pas dire plus) s'arrangerons pour répondre à côté de la plaque aux mauvaises questions…
Tant mieux pour ce blog, cela permettra d'alimenter de nombreux messages chaque année…

N'empêche que ce qui me gêne, c'est d'assimiler tous les vaccins, on revoit la recrudescence de la rougeole, des foyers de polio réapparaissent. A quand le retour du tetanos en réanimation ? (et pourquoi pas du tétanos néonatal de familles anti-vaccination souhaitant l'emploi de ciseaux "bio" pour couper le cordon ombilical)…

Docteurdu16 a dit…

@Picorna
Les questions que vous posez ont, pour certaines, des réponses dans le blog.
J'avais souligné qu'en cas d'épidémie "grave" les mesures du plan variole n'étaient pas appliquées, c'était au début de l'alerte.
Des effets indésirables graves pourraient effectivement être acceptables en cas de maladie grave mais encore faudrait-il que l'on sût l'efficacité du vaccin et que l'on convînt que des effets indésirables puissent exister(ce qui est nié).
Il n'y aura pas d'essais contrôlés pour tester les vaccins car ce ne serait pas éthique, disent les vaccinologues. Pas de discussion possible, donc. Il s'agit d'immunisation passive contre la bêtise comme le dirait Karl Popper. Voir ici : http://docteurdu16.blogspot.fr/2008/12/vaccination-contre-la-grippe-chez-les.html
Enfin, m'accuser de mettre tous les vaccins dans le même sac est un peu léger. Les articles de CMT sur ce blog en sont la démonstration.
N'oublions pas que l'épidémie de rougeole récente est retombée d'elle-même...
Dernier point : je vaccine en mon cabinet. J'ai l'impression de devoir me justifier avant de parler des vaccins. Dois-je me justifier pour dire du mal de Diane 35 ?
Merci en tout cas pour vos commentaires.

CMT a dit…

A Picorna,
je ne peux pas vous en vouloir de tomber dans le travers habituel de l'amalgame et de l'extrapolation. Je ne peux pas vous en vouloir parce que je suis bien placée pour savoir à quel point il est difficile d'extraire de l'information pertinente de la masse de désinformation où nous baignons tous.
Quand j'ai commencé à faire des recherches au sujet des vaccins mon intention était juste de bien faire mon boulot. De comprendre le pourquoi et le comment de chaque vaccin pour pouvoir informer correctement les patients.
Très vite, je me suis rendue compte que même ça ce n'était pas envisageable. Pour les vaccinologues et les pédiatres endoctrinés par leurs soins la vaccinologie est conçue selon la loi du tout ou rien: on vaccine tout le monde contre tout et on ne se pose pas de questions ou alors c'est qu'on ne veut vacciner personne et qu'on est un vaccino-traître (par assimilation à social-trîatre).
Compte tenu, que, comme le disait JCG, pour les vaccinologues et autres pro-vaccinalistes fanatiques, il est de plus en plus clairement entendu que, si en théorie les vaccins pourraient avoir des effets indésirables graves, ils n'en ont jamais en pratique (l'existence de chaque effet indésirable grave étant systématiquement contestée), compte tenu que, d'après eux, les vaccins n'ont pour ainsi dire plus de contre-indications, tellement ils sont parfaits, à vrai dire il n'est plus nécessaire d'être médecin pour vacciner, des robots pourraient aussi bien faire le travail.
Mais qu'on ne me parle pas d'approche scientifique. Cela n'a rien de scientifique. On est jsute dans la msytique vaccinaliste.
Il y a pourtant matière à débat.
JCG avait écrit un article sur le Prevenar, pour lequel l'INVS et le HCSP conviennent que la vaccination a augmenté de manière non négligeable le nombre d'infections invasives à pneumocoque en France et n'a probablement eu aucun effet (ou alors négatif) sur la mortalité des nourrissons due au pneumocoque.
JCG a écrit des articles sur la vaccination contre la grippe, sur l'hépatite B. J'ai écrit des articles sur la vaccination contre la méningite à méningocoque C, contre la rougeole.
Si vous avez le temps et la patience, lisez-les.
Vous verrez que la problématique des vaccins ne peut pas se résumer à la loi du tout ou rien.

Picorna a dit…

@Docdu16 Oulah, je n'ai incriminé personne cher collègue, je parlais des lobby anti-vaccinations, pas de vous. J'avoue même avoir trouvé vos interrogations sur certaines vaccinations intéressantes voire pertinentes (grippe), tout comme sur certains dépistages. Cela reste pour moi des sujets satellites assez loin de ma pratique. Se poser des questions, c'est excellent, tout remettre en cause dans l'autre sens moins (et je précise que je parle pas pour vous !). Sinon, je vous conseille de vous détendre un peu, une petite infusion, cela réduira peut-être l'anxiété et une certaine paranoïa ;-)
@CMT : je lirai quand ce sera moins long… S'intéresser à un sujet ne suffit pas pour en devenir un expert.

BG a dit…

@ Picorna
Vous dites « ce qui me gêne, c'est d'assimiler tous les vaccins, on revoit la recrudescence de la rougeole, des foyers de polio réapparaissent » Ces 2 phénomènes s'expliquent très bien et n'ont rien à voir avec une baisse de la couverture vaccinale au contraire.

Pour la rougeole il en a déjà été question ici, le phénomène épidémiologique est parfaitement connu depuis longtemps : avec la vaccination des enfants on a, au début, ajouté aux adultes et adolescents immunisés par la maladie, l'immunité des enfants qui auparavant faisaient la maladie et assuraient l'entretien de l'immunité des adultes par la circulation du virus. D'où une chute importante et spectaculaire du nombre de cas que l'on attribue à la seule vaccination alors qu'elle est la résultante de 2 immunités complémentaires, celle des anciens malades et celle des vaccinés.

Après un certain temps, grâce au succès de la vaccination qui réduit la circulation du virus, le décès des immunisés par la maladie et leur remplacement par des personnes n'ayant connu de la rougeole que sa vaccination, il apparaît des trous d'immunisation dans la population : les femmes vaccinés à 5 ans ont des enfants moins bien immunisés que ne l'étaient les enfants nés de femmes ayant fait la rougeole. On voit alors des nourrissons faire des rougeoles très graves. De même pour les adultes en raison de l'absence de circulation du virus. Les épidémiologistes avaient parfaitement prévu ce phénomène, je peux en témoigner pour avoir entendu Lévy Bruhl (InVS) et un chercheur du Cnrs en parler aux journées de veille sanitaire de l'InVS en 2005 alors qu'il n'y avait que 60 cas déclarés par an en France.

Pour la polio on sait parfaitement que le vaccin à virus vivant utilisé dans la campagne d'éradication entretient la circulation des virus polio. Pour exemple, alors que le virus sauvage de type 2 n'a plus été vu depuis octobre 1999 des virus de type 2 dérivés de souche vaccinale circulent toujours avec les mêmes propriétés de virulence et de propagation que les sauvages. Il sera sans doute impossible d'éradiquer la polio sans une maîtrise suffisante des eaux usées : souillées par les matières fécales elles transmettent les virus vaccinaux aussi bien que les sauvages. Or les vaccinaux peuvent retrouver la même virulence que les sauvages. Si vous avez un peu de temps j'ai plusieurs articles sur le sujet :
http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2011/05/23/21207453.html

CMT a dit…

A Picorna
BG a plus de patience que moi.
Vous dites:"S'intéresser à un sujet ne suffit pas pour en devenir un expert". C'est une Lapalissade.
En revanche, si vous avez votre expert en météo qui vous affirme qu'il pleut à torrents (il se trouve qu'il a un conflit d'intérêts avec les vendeurs de parapluie) et que vous regardez par la fenêtre et que vous voyez qu'il fait beau, vous n'allez pas vous auto-disqualifier sous prétexte que vous n'avez pas le titre d'expert, et continuer à faire comme s'il pleuvait à torrents.
Un expert qui a des conflits d'intérêts subit une sorte d'entrave dela pensée, qui le rend souvent tout à fait inapte à bien raisonner.Je crois que le déroulement de la pandémie l'a amplement démontré.
C'est plutôt ça le truc.

Picorna a dit…

@BG : même pas envie de répondre, d'ailleurs, je ne le fais pas
@CMT : dans le même sac, emballé, c'est pesé.

cauchois yvon a dit…

je vais clore le debat sur la vaccination avec pandemrix ou arepanrix, je suis une des victimes sur les 15 000 personnes dans le monde ayant reçu un vaccin au squalene pendant la pandemie H1N1, atteint d'une maladie bien plus invalidante que la narcolepsie: l'encephalomyelite myalgique, pathologie neurologique auto immune degradant progresssivement les fonctions de sommeil lent profond (type 4) , vous ne pouvez plus obtenir de sommeil reparateur donc vous vous epuisez rapidement inexorablement,d'autres alterations sur le systeme neuro vegetatif sont presentes. ces victimes sont a present en partie identifiée a travers le monde, la medecine a enfin fait le lien entre ce syndrome et l'auto immunité, petites precision , ces 15000 victimes sont apres trois années en situation total de handicap, incapable de travailler, d'aller a l'ecole !ou est la balance benefice/risque ? il n'y avait que du risque dans cette vaccination!! le panenza sans adjuvant a provoqué aucune maladie auto immune !! donc on sait faire des vaccins sans risques !! pourquoi l'adjuvant ? pour faire avec une culture d'antigene 5 vaccins au lieu d'un !! tout est question de benefice , il n'y a pas d'autre raison, en france, nous sommes 240 atteints de cette terrible maladie, la meme que les soldats de la guerre du golf !! coincidence , non...juste relation avec le meme adjuvant utilisé , le squalene !!adjuvant utilisé sur les animaux de laboratoire pour activer les maladies auto immunes,l'adjuvant de freund l'homme n'y echappe pas ,ce vaccin a provoqué : narcolepsie, encephalomyelite myalgique, myosites, sla, sep, lupus, tumeur au cerveau, cela vous ne le saurez pas sur les bulletins de pharmacovigilance ! mais par nous les victimes grace aux reseaux sociaux, rejoignez nous et faites circuler l'information sur ce genocide organisé par l'OMS
"yvon chronic fatigue"