jeudi 2 juin 2016

Homophobiol, le premier traitement contre l'homophobie : une campagne idéologiquement déplacée.


Une campagne publicitaire de l'association AIDES (LA) contre l'homophobie excite l'association et la fait s'auto congratuler par des gens qui trouvent cela génial, ce dont elle ne manque pas de s'en faire le relais.
Je trouve cette campagne terriblement déplacée.
Les campagnes de publicité servent en théorie à vendre des produits. Quand une campagne de publicité est "bonne", cela ne signifie pas qu'elle est acceptée par le milieu publicitaire ou qu'elle fait le buzz ou qu'elle est détournée sur you tube, cela signifie que la courbe des ventes est en train de monter. L'important d'ailleurs n'est pas que la courbe des ventes monte en trois jours (mois) et retombe en deux, l'important est que le produit (ou la marque) monte progressivement, atteigne un plateau et continue de se vendre pendant des mois (années) en profitant de la forte image que la campagne a produite pour que le consommateur désire le produit.
Mais ne faisons pas du marketing pour classe maternelle. posons-nous la question ? Combien d'homophobes auront changé d'avis en voyant la boîte ?

Non, je pense que cette campagne est déplacée et inappropriée (nonobstant le fait que ses créateurs affirment que cela fait en parler, de l'homophobie, et que c'est toujours cela), pour des raisons idéologiques.




D'abord, utiliser la publicité, le procédé le plus hideux du consumérisme et de la société de consommation en général, et nul doute que de nombreuses associations qui luttent contre l'homophobie luttent aussi contre la publicité, et les procédés de la publicité (on me rétorquera : utiliser les armes de l'adversaire pour le combattre est souvent une bonne chose, hum...), les procédés les plus infâmes, les faux témoignages, les études bidons, même avec humour.

Voici quelques perles :
Homophobiol est le nouveau médicament lancé par AIDES et Ex Aequo, deux ONG qui luttent contre le sida. Son principe est simple : à l’aide de comprimés ou de patchs, le traitement est censé combattre l’homophobie, de la plus petite à la plus importante (ICI).
On a même réalisé de faux témoignages (sic) pour montrer l'efficacité du produit : comme si la publicité n'utilisait pas, toujours, de faux témoignages (voir LA).

On a aussi cela :
Dans le cadre de la journée internationale de lutte contre l'homophobie, des associations proposent avec légèreté un traitement médical imaginaire: une pastille contre les insultes et les violences envers les homosexuels (LA).

Ensuite : 
J'ai longuement développé sur ce blog, en me fondant sur Ivan Illich (La Nemesis médicale dénonçant : la médicalisation de la société,  l'hétéronomie de la santé, la perversion et les dangers de l'institution médicale, et cetera, voir LA et ICI) et sur Thomas Mckeown (The role of medicine précisant : les rôles respectifs de la médecine et de l'hygiène, les actions respectives des médecins et des institutions de santé, ce que l'on devrait attendre des uns et des autres, les illusions sur la médecine inventées par les médecins, l'industrie pharmaceutique, et cetera), par exemple mais la liste des bons auteurs n'est pas limitative, que les croyances mythiques en la médecine passaient par la médicalisation de la société, la médicalisation de la vie, et, par conséquence, la médicamentation de la vie publique et privée, la pilule du bonheur des années soixante, et voilà que d'un seul coup d'un seul les deux associations entérinent ces faits.

Encore : 
Qui peut penser une seule seconde que l'homophobie (qui est une variante de la peur de l'autre mais, bien entendu, beaucoup plus, mais parler d'analyse freudienne est devenu incongru, voire réactionnaire, et ce, d'autant, que les freudiens ou ce qu'il en reste ont des comptes à rendre avec l'homosexualité, c'est ce que disent les LGBT, puisqu'ils résistent...) pourrait être vaincue par une pilule ou par un patch ? De qui se moque-t-on en prétendant qu'un médicament, fût-il humoristique, pût lutter contre des préjugés ou des attitudes éthiques, moraux, sociétaux, anthropologiques, sociologiques ? Qui pourrait s'imaginer que le cerveau humain, qu'il fût reptilien ou non, pût être durablement influencé par la prise d'une drogue, d'un poison (le nom grec de médicament) et qu'ainsi, passez muscade, le monde serait peuplé de gens bons et moralement bien formatés à la construction à la mode ? Non, l'homophobie est, au même titre sans doute, que le racisme ou la simple peur de l'autre, une donnée construite, construite par l'histoire, la culture, la sociologie, l'anthropologie, la médecine, et j'en oublie, et elle s'exprime de façon différente selon les coutumes, les climats, les sociétés, les régimes politiques...

C'est donner l'idée que l'homophobie est une maladie alors que le principal combat de ces dernières années était de combattre l'idée que l'homosexualité en était une. Cela n'a pas de sens.

5 commentaires:

remseeks a dit…

Merci pour cet article.
Je ne peux m'empecher de penser aux "soins psychiatriques" prodigués à certains patients en ex-URSS, pour une pathologie nommée la dissidence. Mais je vois le mal partout ...

Anonyme a dit…

Vous auriez bien besoin d'un peu de Stupidol ...

Marie-Vie a dit…

Hélas, dans l'ex-URSS, où j'ai longtemps vécu, aujourd'hui, il y a un projet, officiel, de "soigner" les homosexuels... Il a été voté par la DOUMA, semble-t-il.

Docteurdu16 a dit…

@ remseeks
Ce n'était pas mon propos.
@ Marie-Vie
Je n'étais pas loin de la réalité.
Voilà pourquoi il faut être prudent quand on choisit un acte de communication.
Bonne soirée.

Hemlock a dit…

Autant je comprends les critiques sur le vocabulaire psychophobe de cette campagne, autant il s'agit avant tout d'un pied de nez à un vieil argument fallacieux et toujours d'actualité bien que l'homosexualité ne soit plus reconnue en France comme pathologie, toujours d'actualité: les personnes LGBT seraient des malades qu'il conviendrait de curer au choix par des traitements barbares type electrochocs ou des thérapies de conversions, ces deux type de "prise en charges" étant toujours d'actualité dans de nombreux pays...