jeudi 22 décembre 2016

Est-il encore possible pour les médecins libéraux de discuter avec les pharmaciens libéraux ?


Mon dernier billet (voir ICI) sur les 10 propositions des pharmaciens était, je l'avoue, un peu provocateur, un peu orienté, un peu maladroit, mais je ne regrette rien.

Les pharmaciens qui ont réagi ne l'ont pas fait en s'exprimant sur le blog, sans doute pour ne pas lui donner de l'importance ou pour le boycotter, mais ce que j'ai lu ici ou là, et heureusement que certains d'entre eux ont gardé un regard critique sur leur métier (ils me l'ont fait savoir en messages privés), montre que le déchaînement de certains dans l'entre soi de leurs conversations est franchement inquiétant. Ayant le cuir dur je ne m'en formalise pas. Mais ce que j'ai compris par en dessous (UTC : under the counter) m'a stupéfait au point que je suis désormais certain qu'il n'y a plus rien à attendre d'un dialogue, à condition même que l'on puisse se réunir autour d'une table, car le dit et le non dit sont terribles. J'ai compris que selon certains je ne comprenais rien, que j'étais un âne, mais, pas l'once de l'esquisse d'une tentative de pédagogie, alors qu'il ne me semble pas que je sois le plus bête d'entre nous.

Les échanges sur twitter ont montré une irréductibilité incroyable.

Les pharmaciens ont un problème avec leur chiffre d'affaires, ce que je comprends, mais qu'ils en fassent leur axe de santé publique est plus difficile à avaler.

Tout le monde se plaint et les médecins sont les premiers à demander une augmention de leurs honoraires (pas moi).

Il est donc nécessaire avant d'argumenter de préciser, pour ceux qui ne savent pas lire, qui ne lisent pas le blog, ce que je prétends. Et ne croyez pas qu'il s'agisse d'un plaidoyer pro domo : pour tous les points que je vais énoncer je suis également fautif.

  1. Les médecins en général croient trop en la médecine.
  2. Les médecins en général prescrivent trop de médicaments.
  3. Les médecins en général ne contrôlent pas assez le nombre de lignes de traitements sur leurs ordonnances.
  4. Les médecins en général rédigent mal leurs ordonnances.
  5. Les médecins en général se moquent des avertissements que leurs banques de données signalent lors de leurs prescriptions : contre-indications, précautions d'emploi.
  6. Les médecins en général peuvent se tromper sur les posologies des médicaments.
  7. Les médecins en général n'ont pas de bonnes relations avec les pharmaciens quand ceux-ci émettent des doutes sur la qualité, la pertinence et/ou la cohérence de leurs prescriptions.
  8. Les médecins en général se moquent de l'Evidence Based Medicine et/ou du processus de Share Decision Making.
  9. Les médecins en général ne connaissent pas le prix des médicaments qu'ils prescrivent.
  10. Les médecins en général sont influencés dans leurs prescriptions par l'industrie pharmaceutique.
  11. J'en passe et des meilleures.
Donc, ces préliminaires indispensables étant précisés, on peut aller au fond du sujet.

Les pharmaciens en général ont donc raison de se plaindre de la façon dont les ordonnances des médecins, en général, sont rédigées, de leurs incohérences, de leurs erreurs, de leurs fouillis, de leur inconsistance, de leur mal-à-propos, de leurs accumulations d'interactions médicamenteuses possibles, mais ils deviennent réticents quand on leur parle de diminuer le nombre de lignes sur les ordonnances, le nombre de molécules prescrites, le nombre de placebos prescrits, le nombre de produits coûteux, et cetera.

La principale source d'effets indésirables des médicaments est la méconnaissance des interactions et plus il y a de médicaments prescrits et plus il y a d'interactions, c'est automatique, plus il y a de médicaments nouveaux (c'est à dire dont on ne connaît pas l'étendue des potentialités nuisibles) prescrits (i.e. chers) et plus il y a d'interactions médicamenteuses, plus il y a d'ordonnances rédigées pour le même patient par des médecins différents et plus le risque d'interactions médicamenteuses est important (d'où l'intérêt du médecin traitant et du pharmacien traitant). Et cetera.

Il serait malencontreux que les pharmaciens, dans le souci de limiter les interactions médicamenteuses potentiellement nuisibles, puissent cependant penser que la surmédicamentation des patients est une bonne chose et, par conséquent, que la dé médicalisation en est une mauvaise.

Au delà d'un certain nombre de lignes de traitements sur l'ordonnance on fait de la mauvaise médecine mais de la bonne pharmacie. C'était une plaisanterie.

Est-ce que l'Evidence Based Pharmacy est une bonne chose pour les patients mais une mauvaise chose pour les pharmaciens ?

Quant aux références constantes des pharmaciens français sur ce qui se passe au Québec, rappelons qu'au Québec un grand nombre de médecins internistes, pharmacologues, pharmacovigilants, prônent la dé prescription. Voir LA, par exemple, le livre de Pierre Biron intitulé "Alter dictionnaire médico-pharmaceutique".

J'ai proposé des réunions de pairs pharmaciens/médecins sur la base de l'intérêt partagé des patients. Sans intérêt m'ont dit mes contradicteurs puisque mon idée de départ, c'est ce que j'ai compris entre les lignes, est de diminuer le chiffre d'affaires des pharmaciens (utilitarisme versus conséquentialisme).

Dont acte.

Peut-on encore parler d'exercice conjoint du soin entre libéraux et libéraux ?

S'il y a des bonnes volontés la porte est ouverte.

4 commentaires:

Jean-Baptiste Blanc a dit…

Je me retrouve dans les points que tu ênumères sauf le 7 : j'adore quand un pharmacien m'appelle pour vėrifier une prescription. Ça me rassure car avec toutes les erreurs de prescription potentielles j'aime bien savoir que quelqu'un vėrifie.
La qualité du travail du pharmacien butte sur le fait que (comme dans de nombreuses spécialités médicales) les conseils donnés aux patients entraînent un chiffre d'affaire - je parle pour l'activité hors prescription - plus ou moins important. Impossible que le conseil n'en soit pas influencé. C'est pareil pour les médecins mais moins fréquent aevc l'auto prescription d'actes rémunérateurs (oh là il vaut mieux qu'on vous fasse une césarienne là Madame - je vais vous faire une infiltration ça vous fera du bien, etc.
Voilà quoi, tant que la recommandation a une incidence sur la rémunération la recommandation est douteuse

BG a dit…

Deux médicaments sur une ordonnance, surveillez le patient.
Trois médicaments, hospitalisez le patient.
Quatre médicaments, surveillez le médecin.
Cinq, hospitalisez le médecin.

hexdoc a dit…

@BG aphorisme facile et gratuit. Le traitement BASIC du post infarctus a déjà 5 médicaments. Si en plus il s'agit d'un asthmatique ou un diabétique, la liste s'allonge. Il ne faut pas oublier que les médecins soignent des gens malades la pluspart du temps.

BG a dit…

C'était pour rappeler une plaisanterie facile mais amusante sur les médecins qui font des prescriptions à rallonge.

Cependant, si on ne s'arrête pas aux nombres 2, 3, 4, 5 médicaments, il est vrai que l'interaction de plusieurs médicaments entre-eux n'est pas sans poser quelques problèmes, vous le savez sans doute mieux que moi (je suis mathématicien). Même l'homéopathie a sa composante uniciste, les homéopathes qui ne prescrivent qu'un seul médicament à la fois.

Derrière cet aphorisme facile et gratuit il y a un vrai et grave problème, il faut aussi en convenir.