samedi 5 janvier 2019

La phrase la plus, comment dire, la plus... de l'année. Bilan 2018.


J'ai lu sur twitter, à la suite d'une discussion sur les relations entre la vaccination contre l'hépatite B et l'apparition de sclérose en plaque (SEP) (la doxa : pas de relations) cette phrase d'un respecté PU-PH anonyme :

La vaccination contre l'hépatite B ne provoque pas la sclérose en plaque mais la démasque, ce qui est une bonne chose pour les futurs malades, car cela permet de débuter plus tôt les nouveaux traitements efficaces qui les sauveront.

Vous avez trois heures pour décider (plusieurs réponses possibles) comment vous ressentez cette phrase :

  1. Cynique
  2. Méprisante
  3. Empathique
  4. Progressiste
  5. Courageuse
  6. Partageuse de décisions
  7. Paternaliste
  8. Malheureusement vraie
  9. Scientiste 
  10. Néantissime

14 commentaires:

guillaume a dit…

Je propose réponse 11 humoristique

massouerg a dit…

Néantissime bien entendu ;
QUI est ce C.. ?
bonne journée à tous.

Anonyme a dit…

Je rejoins Guillaume. Ca ressemble à du troisième degré.

Lea De Strooper a dit…

Criminelle !

Anonyme a dit…

En fait pour savoir s'il s'agit d'une imbécilité feinte ou authentique, il faudrait connaître de le nom de l'auteur.
(en plus, ça me démange).

Anonyme a dit…

cynique et criminelle

Anonyme a dit…

vous ne devriez pas vous promener sur Twitter, vous perdez votre temps et votre énergie.

dreamer a dit…

Il faut quand même rappeler d'où vient cette escroquerie intellectuelle de SEP "pré existante qui n'est pas causée mais simplement révélée" par le vaccin : il s'agit du bullshit mis en place par les autorités françaises pour ne pas imputer (et donc ne pas indemniser) les victimes d'accidents vaccinaux.

Ce bullshit est d'ailleurs réaffirmé dans le bulletin du CNOM de Juin 2018 - cette fois ci en se basant sur l'étude d'Anette Langer Gould (JAMA Neurol. 2014 Dec;71(12):1506-13. doi: 10.1001/jamaneurol.2014.2633.) qui a un risque relatif particulièrement inquiétant (OR, 2.32; 95% CI [1.18-4.57]) sur la survenue d'affections démyélinisantes dans les 30 jours suivants une vaccination HB ou HPV chez les gens d'âge < 50 ans.

Le "raisonnement" (j'ai honte pour eux) étant que si des symptômes arrivent dans un délai aussi court c'est forcément parce que la maladie était pré existante.

Daniel Corcos a dit…

Un dépistage en quelque sorte....
Qui déclencherait la maladie qu'il doit dépister. Il me semble que j'ai déjà vu ça quelque part.

Anonyme a dit…

C'est bien cela https://jamanetwork.com/journals/jamaneurology/fullarticle/1917549
que vous évoquez ? (traducteur automatique) "Conclusions et pertinence : Nous n'avons trouvé aucune association à plus long terme des vaccins avec la SEP ou tout autre ADS du SNC, ce qui plaide contre une association de cause à effet. L'augmentation à court terme du risque suggère que les vaccins pourraient accélérer la transition de l'auto-immunité subclinique à l'auto-immunité manifeste chez les patients atteints d'une maladie existante. Nos résultats corroborent les anecdotes cliniques sur l’apparition des symptômes du SSA du SNC peu après la vaccination, mais ne suggèrent pas la nécessité de modifier la politique vaccinale." CQFD. Cette scientifique n'a sans doute jamais entendu parler de syllogismes.

Décidément les scientifiques me font peur. Et par extension les médecins qui appliquent sans se poser de questions (je plaisante...à moitié). Reste-t'il une place pour le bon sens ?

Anonyme a dit…

@ Anonyme de 01:36
A mon humble avis, la responsable de l'étude est vendue, tandis que l'auteur de la phrase épinglée par doc du 16 n'est même pas achetable.

Anonyme a dit…

Audiardesque dans le sens: "les cons ça ose tout c'est même à ça qu'on les reconnait"
DDD'

Anonyme a dit…


Au zoo, tous les animaux ont une conduite décente, sauf les singes. On voit que l’homme n’est pas loin. Cioran.

Anonyme a dit…

Si ce n'est pas la phrase, c'est du moins le raisonnement d'un certain neurologue, qui s'exprime beaucoup sut Twitter, et qui ne semble pas comprendre l'intérêt pour les patients d'avoir 10,15, 20 années voir plus de répit dans l'expression symptomatique d'une maladie qu'on ne sait pas guérir.