mardi 1 octobre 2019

Vaccination anti grippale et dépistage du cancer du sein : propagande.


Comme c'est lassant de devoir, tous les ans, se lamenter en voyant la propagande se développer sous nos yeux.

Non, le dépistage organisé du cancer du sein chez les femmes dont l'âge est compris entre 50 et 74 ans, ne sauve pas des vies. Aucune étude n'a montré que la mortalité globale baissait. Quant à le proposer avant et après ces âges, c'est tout simplement criminel.



Non, la vaccination des personnes âgées ne semble pas non plus très pertinente si l'on se fie aux données actuelles des rares essais contrôlés menés.


Voir la référence : ICI

Quant à la vaccination des personnels de santé pour prévenir la survenue de grippes ou de syndromes grippaux chez des personnes de plus de 59 ans vivant dans des institutions de soins chroniques, elle n'est pas, selon Cochrane (LA), concluante.

Authors' conclusions: 
Our review findings have not identified conclusive evidence of benefit of HCW vaccination programmes on specific outcomes of laboratory-proven influenza, its complications (lower respiratory tract infection, hospitalisation or death due to lower respiratory tract illness), or all cause mortality in people over the age of 60 who live in care institutions. This review did not find information on co-interventions with healthcare worker vaccination: hand-washing, face masks, early detection of laboratory-proven influenza, quarantine, avoiding admissions, antivirals and asking healthcare workers with influenza or influenza-like illness (ILI) not to work. This review does not provide reasonable evidence to support the vaccination of healthcare workers to prevent influenza in those aged 60 years or older resident in LTCIs. High quality RCTs are required to avoid the risks of bias in methodology and conduct identified by this review and to test further these interventions in combination.


CONCLUSION : 


Mentir n'est pas une bonne chose surtout quand on prétend agir pour la bonne cause. 

Le dépistage organisé du cancer du sein est à revoir. Il est surtout nécessaire d'informer sincèrement les femmes sur les enjeux et non pas de les filouter en leur racontant des craques.

Octobre Rose est l'entreprise la plus horrible que l'on puisse voir en santé publique : un mélange de propagande médicale insensée et de mercantilisme éhonté.

La vaccination contre la grippe pose des problèmes puisqu'elle n'a pas, contre toute logique et tout bon sens, fait la preuve de son efficacité dans des essais contrôlés.

Il ne s'agit pas de dire qu'il faut arrêter de vacciner, il faut laisser le choix aux citoyens et aux citoyennes et mieux informer les patients et les patientes, surtout sans doute en présence de patients malades dans l'entourage.

Enfin, des éléments tout à fait surprenants ont également montré que les mesures barrières dans le cas de la grippe sont peu efficaces (ICI) : faudrait-il pour cela dire aux citoyens et aux soignants de ne pas se laver les mains en entrant dans la chambre d'un patient ?


10 commentaires:

Emilio a dit…

C'est ça la méthode UNIQUE de gestion politique du macronisme. Si ce n'est pas par la contrainte des obligations légales ou de fait, alors c'est le mensonge, le rabâchage, la censure, l'inflation de lois liberticides.

Le choix éclairé est l'ennemi à abattre, sous le prétexte de fakes news ou de complotisme (impressionnant la vitesse à laquelle le préfet en charge du dossier Lubrizol a dégainé la "fakes news" pour expliquer que les gens ne croient pas les informations officielles).

On est gouverné par des menteurs et des voyous.

Daniel Corcos a dit…

En ce qui concerne le cancer du sein, il y a encore pire : on propose le dépistage à des femmes jeunes porteuses de mutation qui les rendent sensibles aux radiations ionisantes de la mammographie.

Anonyme a dit…

La politique de santé publique est devenu une sorte de bento statistique qui, sous prétexte de soigner (peut être), dépister (si on les croit) et prévenir (si on a la foi) quelques affections pour la cloche de la courbe de gauss, rend malade (40% des malades sont iatrogènes) et tue (entre 20 et 60 000 morts par an de iatrogénie) une grande partie des bords de cette même courbe.

Il y a plusieurs raisons à cela :
1 - la 'science' qui accompagne la médecine est un truc probabiliste. On peut voir une excellente explication ici : http://www.jaddo.fr/2019/03/03/des-dieses-et-des-coquelicots/#comment-327113 et ici : http://www.jaddo.fr/2019/03/03/des-dieses-et-des-coquelicots/#comment-336473 Ainsi il suffit de bouger un poil la ligne représentant ce qui est considéré comme la norme pour engranger mondialement des centaines de millions de patients qui ne demandaient rien qu'à vivre tranquillement et qui se trouvent à expérimenter des protocoles au mieux inutiles au pire délétères voire mortels.
2 - Il n'y a plus de recherche publique désintéressée. Les labos sont farcies de personnes qui ne pensent que carrières et notoriétés. Ainsi il est plus payant de découvrir un traitement que de montrer qu'il ne marche pas. Ainsi quelques manipulations sur les statistiques permettent de faire pencher la balance du bon coté, et tant pis pour ceux qui ne sont pas dans le haut de la courbe. Un petit 'exemple' ici : http://www.agoravox.fr/actualites/sante/article/la-moitie-des-etudes-biomedicales-169181
3 - Les médecins qui sont un poil plus attentifs que les autres à la science sont très souvent très mauvais en stats. Lorsqu'ils regardent des études, ils n'arrivent pas à voir ou est le loup. Ce n'est pas de leur faute, juste que leurs études leur ont mal appris, parce que leurs professeurs sont tout aussi mauvais. Cette mauvaisitute arrangeant tout le monde. Petit exemple ici : http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2019/03/17/37184995.html
4 - Puisque ce sont les industriels qui mènent la danse et que nos politiques préfèrent assurer leur après plutôt que de faire leur simple travail, que ces même industriels sont dirigés par la finance et protégés par la justice au delà du raisonnable, les scandales se suivent et se ressemblent avec la régularité d'une horloge suisse (même pas la peine de donner des exemples)
5 -Le pire de tout : les hordes de crétins sans aucun recul qui viennent bêler à #fakescience et #fakenews dès que l'on sort un truc qu'ils n'acceptent pas car cela fait tâche dans leur petit monde de bisounours. Avec palme du jury pour ceux qui savent et qui mentent : dernier truc en date à Rouen, où "ce n'est pas toxique, vous pouvez respirer" (mais on va séquestrer toute les productions agricoles, et on classe confidentiel la prise de sang d'un pompier).
6 - la réaction de classe : qui es tu pour me parler moi qui ait fait tout plein d'années d'études. C'est valable pour toutes les professions dites supérieurs. Le médecin acquiert un capital social et culturel tout autant qu'une compétence (voire plus pour certains) et penser leur demander obligatoirement de s'installer dans les 'déserts' médicaux les fait se révolter, parce que cela irait à l'encontre de ce capital social.

herve_02

hexdoc a dit…

Bonsoir doc du 16

Votre référence concernant la grippe n'est pas très pertinente pour illustrer votre propos et finalement ne conclue pas grand chose :

L'illustration a un résumé disant : "The influenzae vaccination may prevent adult aged 60 years ans older from getting influenza". Les chiffres cités vont en effet dans ce sens, même si la mortalité globale toute cause confondue est équivalente.

Et l'article conclue : "Do the results provide proof (evidence) for the benefits and harms of the vaccination? Overall, the evidence is of low and sometimes of moderate quality. Only a small number of randomized controlled studies exist."

Donc si je comprends bien cette étude dit tout simplement que oui la vaccination des personnes âgées peut prévenir de la grippe, mais que les études sont insuffisantes et ne fournissent pas de preuve.
Autrement dit ils publient pour ne rien dire, et ce n'est pas un argument recevable pour illustrer votre propos liminaire à cette citation.



Docteurdu16 a dit…

@hexdoc
Merci pour ce commentaire.
Permettez-moi trois réflexions :
1) L'absence de preuves ne signifie évidemment pas qu'il n'y ait pas de preuves de l'efficience/efficacité de la vaccination anti grippale chez les personnes de plus de 59 ans
2) Ce qui m'amène à ceci : la vaccination anti grippale chez les personnes âgées a été mise en place sans preuves de son efficience/efficacité, ce qui souligne avec brutalité la façon dont les politiques de santé publique sont initiées et comment revenir en arrière est compliqué, voire impossible dans le double contexte de a) j'ai toujours raison et b)cela pourrait être contre-productif (pour "la" vaccination en particulier et pour toutes les politiques de santé publique en général)
3) Les conséquences de ces deux points sont les suivants : l'industrie des vaccins comme les agences gouvernementales ont décidé que, désormais, il ne serait pas éthique de mener des essais contrôlés tant la perte de chance des citoyens du groupe placebo serait grande.
Donc : on maintient une politique qui touche des millions de Français, qui n'a pas fait la preuve de son efficacité (mais qui est implicite puisque des études ultérieures seraient moralement attaquables)
A bientôt

Anonyme a dit…

Faisons un « essai »en grandeur nature.... que notre doc du 16 ne vaccinne contre la grippe personne de sa clientele.... et qu il compte les resultats quelques temps apres...
Un visiteur medical de 54 ans...

Anonyme a dit…

@Anonyme

Votre proposition rentre clairement dans le cas de mon commentaire sur le "truc" probabiliste, et je ne saurais trop vous conseiller de lire avec attention la partie sur les erreurs conceptuels des statistiques médicales, ici : http://questionvaccins.canalblog.com/archives/2019/03/17/37184995.html en ayant lu bien entendu le pdf proposé.

Notre docdu16 ne pourra jamais compter les résultats et s'en servir parce que la science ce n'est pas du doigt mouillé. Il comparera avec quoi ? ces patients de l'année n-1 ? c'est à dire avec un an de moins ? Pris comme cela TOUT traitement médical est nocif car les gens meurent, inévitablement, il suffit d'attendre un an de plus et il y a des morts, et encore un an de plus et encore des morts.

Ce serait comme dire, en parlant oncologie puisque nous avons un spécialiste de la chose ici : l'oncologie est la spécialité qui tue tous ses patients : ils finissent tous par mourir. (cela marche aussi avec pratiquement toutes les spécialités médicales, puisque nous mourrons tous un jour.

Ce qui me dérange, personnellement, c'est qu'un visiteur médical de 54 ans (ceci voulant dire avec de l'expérience) puisse avoir ce type de raisonnement, tellement peu scientifique. Si une personne émissaire des laboratoires a des raisonnements aussi peu étayés, je trouve, de mon point de vue de néophyte, que c'est inquiétant. Cela me rappelle une session sur la sécurité ou un stagiaire (formation professionnelle donc c'est le terme pour apprenant) à l'affirmation que la grande majorité des accidents sur autoroute arrivait sur la 3ème file se proposait comme mesure corrective de supprimer cette 3ème file.

Ce que les études montrent c'est qu'il n'y a pas de différence de mortalité globale entre les vaccinés et non vaccinés. donc on ne sait pas si cela marche ou pas. Peut être que cela marche mais que les 'vieux' meurent d'autre chose à la place. (du vaccin peut être?)

Moi ce que j'avais lu c'est qu'un bonne grippe protège pour environ 10 ans toutes souches confondus alors que le vaccin protège peut être pour les souches visées un an. Donc que probabilistement, mieux vaut en attraper une tous les 10 ans et, arriver vieux, protégé par son immunité acquise, plutôt que de faire confiance au vaccin, ne pas être protégé durablement et paff le chien lorsque le vaccin (qui protège peut être) rate sa cible une année et nous chope 'à poil' (ou à plume si elle est aviaire).

Bien entendu nous parlons santé publique et pas bénéfice des labos. Parce que entre nous (puisque vous êtes un visiteur médical de 54 ans, vous devez bien le savoir) qui compte les vieux qui crèvent du vaccin ? statistiquement il y en a, obligatoirement. quelles procédures sont mise en place pour noter dans une base les personnes âgées mortes et la date de leur dernier vaccin de la grippe, histoire de voir. N'est-ce pas cela la science ? N'est-ce pas cela le travail des laboratoires ? vérifier leur travail ? ou c'est juste de dire : faites l'essai et comptez.

Sans avoir dans mon entourage autant de vieux que la patientèle de docdu16, je n'ai JAMAIS vu un vieux non vacciné contre la grippe mourir de la grippe : cancers, maladies nosocomiales, interventions salopées à l'hosto, vieillesse. Mais je sais que cela n'en fait pas une étude... je réponds juste à la question de yoraka compter

Unknown a dit…

Vraiment tout à fait d'accord avec ce dernier propos!!
Nuance pour moi, pour la protection naturelle de la grippe qui approche plus de 20 que de 10 ans. En effet les gens décrivent (car ils s'en souviennent!!) 2 à 3 grippes dans une vie et rarement (voire jamais mais en médecine ne jamais dire jamais) à moins de 15-20 ans d'écart.

Je rassure @anonyme aussi qui pourrait s'inquiéter du fait que docdu16 et qq autres médecins irresponsables ne prescrivent pas de statine a toute personne de plus de 35 ans (et 25 si jamais leur grand père de 98 ans a fait un avc ou un idm), nos patients n'ont pas plus de pb cardiovasculaires que les autres....

Emilio a dit…

Vous savez que la ministre projette plus que jamais de réactiver l'obligation vaccinale antigrippale (suspendue en 2006, cf Décret n° 2006-1260 du 14 octobre 2006, article L3111-4 CSP) concernant les centaines de milliers de professionnels de santé qui travaillent en France ? La Cour des Comptes l'a déjà demandé l'année dernière...

Mais il faudra faire croire que si le gouvernement oblige les professionnels de santé à recevoir la piqûre, c'est parce qu'ils l'auront bien cherché...

Ben oui, les professionnels de santé ne veulent pas croire les menteurs comme Bruno Lina (que j'ai vu à la télé l'autre jour) après l'épisode H1N1 dont le bilan n'a jamais été réalisé sérieusement. Ca doit être parce que c'est des vilains qu'ils se méfient... il faut dire aussi que la propagande est tellement subtile que c'est difficile de ne pas prendre au sérieux les bons gros bobards désintéressés des larbins de la ministre.

https://www.ouest-france.fr/sante/grippe/grippe-deux-professionnels-de-sante-sur-trois-ne-se-fait-pas-vacciner-6575666

Apres le vaccin obligatoire, vous préférez quoi pour faire glisser l'aiguille plus facilement ? Plutôt un café ou un bisou sur le front ?

Naty a dit…

Propagande, l'académie nationale de médecine souhaite renforcer la vaccination HPV en milieu scolaire. ..A l'insu des parents sensibiliser les jeunes à cette vaccination. Nous n'aurions plus notre mot à dire..C'est de la manipulation