mardi 14 décembre 2010

THESES DE MEDECINE GENERALE : PFIZER ASSUME !


J'accepte l'autre jour de recevoir l'appel d'une interne de médecine générale de l'hôpital de Mantes qui fait, a-t-elle dit à ma secrétaire, une thèse de médecine générale. Voix charmante, au demeurant, elle me pose des questions d'identité, ma date de thèse (1979), mon âge (58), le nombre de malades que je vois par jour (je ne sais pas lui répondre et je lui donne mon nombre d'actes annuels, 7000, bon an mal an, remplaçants et vacances comprises), puis me dit qu'il s'agit d'un questionnaire et que cela va durer environ dix minutes. Et elle commence : "Connaissez-vous les caractéristiques des douleurs nociceptives ?" Blanc sur la ligne. Interloqué, je réponds, ce qui est assez vrai : "Non." Deuxième question : "Connaissez-vous l'étiologie des douleurs nociceptives ?" Nouveau blanc et moi : "Je croyais, Mademoiselle, qu'il s'agissait d'une thèse de médecine générale ? - Mais c'est le cas. J'essaie de faire le point sur les connaissances des médecins généralistes dans le domaine de la douleur. " Moi, non convaincu et un peu énervé : "Je vous réponds donc non et accepte de continuer mais je vous dirai ce que je pense de tout cela." Troisième question : "Quel type de médicaments utilisez-vous en cas de douleurs nociceptives ?" Là, je bous. "Mademoiselle, j'aimerais savoir de quel type de thèse de médecine générale il s'agit ? Parce que votre questionnaire ressemble furieusement à un argumentaire pour vendre du lyrica... - Je fais cette thèse sous l'autorité du docteur F qui s'occupe du centre anti-douleurs de P. - Bon, je comprends mieux. Vous savez ce que je pense des centres anti douleurs ? - Non... - Eh bien, ce sont des annexes des laboratoires Pfizer, des endroits où les malades, après avoir attendu trois mois un rendez-vous, après qu'ils ont rempli un questionnaire de douze pages sur le poids de leur âge, le sexe de leur grand-mère ou le nombre de boîtes de paracétamol qu'ils ont avalées (carton compris) depuis les trois dernières années, sont reçus par un médecin douleurologue, soit une anesthésiste requalifiée, soit un neuropsychologue reconverti dans le somatique, sont reçus pendant quelques minutes, se voient prescrire un anti-épileptique ou un boîtier de neurostimulation, sans compter un antidépresseur imipraminique à doses anxiolytiques et le médecin traitant ne recevra une lettre que vingt ans plus tard..." Blanc sur toute la ligne. "Pourtant", reprend-elle, "vous ne pouvez pas nier que les douleurs nociceptives soient un sujet important... - Je ne nie pas. Je veux signaler combien les centres anti douleurs sont des officines dépendant directement de l'industrie pharmaceutique. - Est-ce que vous acceptez quand même de répondre aux questions suivantes ?" Il ne sera pas dit que le bon docteurdu16 sciera sur pied la statue de la médecine générale représentée par une charmante voix. J'écoute la question suivante : "Est-ce que vous seriez intéressé par une formation sur les douleurs nociceptives ? - Non. " Je vous fais grâce du reste.
J'avais oublié cet épisode navrant de l'évolution prévisible de la médecine générale quand j'ai reçu hier soir par courriel un message de Medscape Family Medicine Education (ici), revue sponsorisée mais dont il est possible d'extraire la substantifique moelle, et deux Titres (Headlines) ont attiré mon attention : What Primary Care Physicians Should Know about Fibromyalgia et Fibromyalgia: Diagnostic and Treatment Strategies for Family Physicians. Eh bien, le questionnaire évaluant ce que les médecins de premier recours doivent savoir sur la fibromyalgie ressemblait étrangement au questionnaire de l'interne de médecine générale (ici).
Ainsi, cette jeune interne de médecine générale, sous le prétexte (et je conçois qu'il ne s'agit pas pour elle d'un prétexte) de faire sa thèse, a commencé avec succès son trajet expertal (voir ici) sous les bons auspices de Pfizer Inc., et en toute innocence, de telle sorte que son sujet de thèse pourra avoir des effets multiples et variés sur sa carrière et sera un grain de sable de plus dans l'édifice pfizerien de l'éducation des masses généralistes et autres.
Car, ne nous y trompons pas, si cette jeune femme à la voix charmante a un tant soit peu de savoir faire, parle un peu l'anglais, et sait parler en public, nul doute que la déléguée hospitalière du dit laboratoire la mettra en avant, organisera pour elle des réunions de Formation Médicale Continue sponsorisée avec sa chef directrice de thèse, avec et pour des médecins généralistes qui ont répondu au questionnaire sur les douleurs nociceptives, avec des petits fours, une présentation Power Point, et un message Lyrica clair comme du jus de roche ; puis, cette thèse lui ouvrant la possibilité d'articles dans de prestigieuses revues comme Le Quotidien du Médecin, Le Généraliste ou La Revue de Médecine du Val d'Oise, et sa connaissance de l'anglais aidant lui permettant de "couvrir" le Congrès sur la douleur de Clermont-Ferrand, puis celui de Bruxelles ou de Berlin et, enfin, récompense suprême, celui de la Société Américaine d'Algologie à Chicago (Il)...
Pfizer a tout bénéfice : il "tient" le centre anti douleurs, subventionne une thèse qui permet ensuite de faire découvrir une jeune interne qui va faire des réunions de FMC pour les médecins généralistes du coin, flattés de la façon dont l'information scientifique leur arrive, va obtenir des articles gratuits dans la presse médicale, va pouvoir populariser les Congrès que le laboratoire sponsorise ici et là et aidera la jeune femme à participer à un essai clinique bidon qui sera publié, grâce à l'obligeance de sa sainteté dollar, dans des revues de langue anglaise tout aussi sponsorisées mais dont l'éloignement exotique permet de gommer les financements domestiques... Ces études permettront d'alimenter aussi les associations de patients qui, souffrant, ont droit à tous les égards pharmaceutiques, à toutes les empathies sentimentales et à toutes les subventions qui permettront à ces dits patients, en entrant dans le cabinet de leur médecin généraliste transformé par la grâce de la science toute puissante se penchant avec bienveillance sur leur cabinet de se prendre pour un algologue distingué, un fibromyalgithérapeute émérite (voir ici mon empathie pour la fibromyalgithérapie), et d'exiger qu'un anti douleur moderne leur soit prescrit (i.e. un antiépileptique).
Je n'aime pas les antiépileptiques utilisés systématiquement et sans réflexion dans les douleurs nociceptives.

11 commentaires:

Anonyme a dit…

Bonjour,
avez pensez à soumettre le cas du Dr Scott Reuben à cette jeune et fringante interne?
Voir par exemple: http://www.lesmotsontunsens.com/scandale-grande-ampleur-industrie-pharmaceutique-3706
(entre autres)

Chantal a dit…

Je ne vois pas le lien entre un antiépileptique et un antidouleur? à part que les deux agissent dans ou sur le cerveau. Pour moi l'épilepsie et la douleur sont deux choses différentes, ai-je tort?

En tout cas, votre note est intéressante. Je ne pense pas que la médecine puisse faire beaucoup de chose contre une douleur persistante. Il faut s'accommoder, de toute manière on n'a pas d'autre choix.

Bonne soirée

Docteurdu16 a dit…

@Chantal. Les nouveaux et chers produits utilisés dans les douleurs dites neuropathiques par exemple sont des médicaments qui eurent d'abord l'épilepsie comme indication thérapeutique. Puis ils ont été testés dans d'autres indicationscomme les douleurs neuropathiques et l'anxiété généralisée. Une même molécule peut, appartenant à une classe pharmacologique, être utilisée ou développée dans des indications thérapeutiques différentes. Un autre exemple : de nombreux anti hypertenseurs sont aussi anti angoreux (bêtabloquants, inhibiteurs calciques) mais tous les anti hypertenseurs ne sont pas anti angoreux et vice versa. Dans le cas qui nous occupe, l'indication épilepsie est un tout petit marché (un marché de niche) alors que le marché de la douleur est quasiment illimité. La molécule la plus utilisée en France (en nombre de boîtes) est le paracétamol...
Donc, l'épilepsie et la douleur sont deux choses différentes.

David Vincent a dit…

Lyrica marche sur un de mes patients souffrant de neuropathie diabétique, on ne peut pas le mettre absolument aux orties. Mais la thèse de la jeune femme dépendante d'un labo pharmaceutique! Pouah!

Anonyme a dit…

J'aurais cru les généralistes mâles un peu plus aguerris avec toutes les visiteuses médicales au look et au maquillage irréprochables, à la voix suave et travaillée que les labos leur envoient dans les pattes. Il me souvient d'un temps où, remplaçante régulière dans un cabinet, se présentaient à moi 4 à 6 visiteurs médicaux par matinée (des hommes surtout pour moi curieusement). Ils se seraient peut-être donné moins de mal s'ils avaient su que je les recevais par pure commisération, pour ne pas leur ôter le pain de la bouche, et que je ne prescrivais, dans les pathologies courantes que j'avais à traiter, que des molécules anciennes dont j'avais pesé le rapport bénéfice/risque. Quoique en y pensant, on s'est encore bien faits avoir avec le dextropopoxyphène (Diantalvic)
CMT

Chantal a dit…

@Docteurdu16:merci

Anonyme a dit…

Un commentaire aussi sur la hiérarchisation des maux, dans notre société. En rapport avec la douleur et l'article très intéressant du docteur du 16 sur la fibromyalgie mis en lien vers la fin de cet article. Un mot sur la manière qu'ont les médecins (certains médecins) de disqualifier la souffrance des patients en lançant derrière leur dos un dédaigneux"c'est dans la tête". Tout est dans la tête en effet, et si la douleur ne passait pas par la tête on ne pourrait pas savoir qu'on souffre. D'un autre côté la tendance bien fâcheuse aussi des associations de malades à vouloir que leurs maux soient organiques, à organiciser leur souffrance. Tout est organique en effet, sans substrat organique pas de ressenti possible, à moins de croire en l'existence d'une âme désincarnée.On n'est plus dans la médecine. j'ai tendance à croire que ces dernières associations sur les sites desquelles fleurissent souvent les témoignages pâmés de patients miraculeusement guéris par le médicament X ou Y, sont légèrement téléguidés par les laboratoires. Et la compassion (ainsi que les financements) ruisselante de bons sentiments des laboratoires, ne dure hélas que le temps de la durée de vie des médicaments X ou Y.
D'un côté comme de l'autre on ne jure que par l'organicité.
Dans le même temps tous les maux qui se répandent dans notre société, douleur d'être au chômage, douleur de l'isolement, douleur d'être un exécutant corvéable à merci, de ne pas être reconnu pour son travail... sont banalisés.
Pourquoi cette hiérarchisation des maux? Sans doute en réponse à une hiérarchisation des valeurs. Pourquoi seule la douleur "médicamentalisable" aurait-elle de la valeur? Pourquoi les patients doivent ils passer par l'organique pour légitimer leur souffrance?
Cela vaut la peine de se poser la question.
CMT

MaBruetOrka a dit…

Bonsoir.

Vous avez raison.

Mais le mal ne commence t-il pas par la peur du médecin de son ignorance ?

Dans le cas de la fibromyalgie, par exemple, il est prouvé que le cymbalta (ou autres) a un effet sur les douleurs....dans un premier temps, avant d'e,n voir les effets s'estomper, d'être obligé d'augmenter les doses ou de changer de traitement.

Jusqu'à ce qu'enfin le malade lui même décide de se sevrer et ne s'en porte pas plus mal....

Et le premier diagnostic est quand même souvent celui de la dépression....

Maintenant quant aux pratiques des laboratoires.....il y a beaucoup à en dire effectivement.

Internet est en train d'y remédier cependant, à toute vitesse, mettant d'ailleurs le médecin devant des patients mieux informés.

Anonyme a dit…

Bla bla bla ... tous des pourris ... blablabla ... c'était mieux avant ... blablabla ... big pharma ...
Déjà, on ne parle pas de douleur nociceptive (ça n'a aucun sens) mais douleurs par excès de nociception. D'autre part ce sont les douleurs neurogènes qui peuvent être traitées par des AE.
Bref, sans interêt...

Daniel a dit…

Wow très intéressant!
Merci de fournir des informations.
pillulle week-end

Anonyme a dit…

Bravo pour votre humour, qui vous a pemis de rester plutôt gentil dans vos commentaires.Pour ma part ,l'un des centres anti-douleurs de ma region "exige" que le médecin traitant remplisse un questionnaire d'une dizaine de pages et ne donne 1 RDV qu'après réception de celui-ci...Pour les 2 patients adressés je n'ai reçu qu'un courrier d'1 ou 2 phrases proposant 1 ttt par rivotril ou laroxyl!!! Honnètement ce n'était pas la peine de "se casser le cul" pendant plus de 20 minutes pour ce questionnaire :moi aussi je sais prescrire ces 2 molécules et je le fais régulièrement sans leur aide.A noter que depuis peu, on a retiré la prescription du Rivotril aux généralistes : merci du fond du coeur à celui qui a fait passer ce texte génial, le patient doit maintenant soffrir jusqu'à la date du RDV chez 1 spécialiste qui lui prescrira de toute façon ... du rivotril!