mardi 8 mars 2016

Le professeur Agnès Buzyn nommée Directeur de la HAS. La victoire de big onco.



La nomination du professeur Agnès Buzyn à la tête de la HAS est sans doute ce qui pouvait arriver de pire pour la Santé publique française.

"Quand il y a une connerie à faire, Hollande n'est jamais loin et Touraine est sur la photo."

Que la papesse en chef de l'Eglise de Dépistologie soit nommée à la tête de l'Agence la plus importante du système de santé français en dit long sur la volonté du lobby santéo-industriel à changer les choses...

Issue de l'INCa, agence gouvernementale défendant la dépistologie pure et dure, scientifique qui n'avait pratiquement jamais entendu parler du possible rôle néfaste des dépistages organisés, du problème aigu du sur diagnostic et du sur traitement, et qui, nous le rappelle Christian Lehmann (ICI) en citant le media d'investigation qatari, je veux dire Mediapart, déclare, en substance, que les seuls vrais experts, les experts compétents, sont ceux qui participent aux boards de l'industrie pharmaceutique et qui se déplacent dans les congrés tous frais payés par cette même industrie en se faisant rincer midi et soir par ces mêmes industriels. 

Elle est donc adepte de la théorie Bruno Lina qui, se vantant de manger à tous les rateliers, prétend que "Trop de corruption tue la corruption." : quand on a le ventre plein on ne se rappelle pas qui l'a rempli.

On nous avait promis "plus jamais ça" après le scandale du Mediator, on nous avait promis que la nomination de Dominique Maraninchi, issu aussi du milieu de l'oncologie, à la tête de l'ANSM allait permettre de nettoyer les écuries d'Augias... Peine perdue.


Mais cessons de plaisanter, l'heure est grave : nommer une cancérologue, fût-elle hématologue, à la tête d'une Agence gouvernementale c'est comme donner la Légion d'Honneur à un prince saoudien ou  voir sièger un représentant de la Mauritanie à la Commission des droits de l'homme de l'ONU...

Car l'oncologie est la quintessence de ce qu'on peut trouver de pire en médecine dans le domaine des essais cliniques comme dans celui de la protocolisation des traitements ou, tout aussi dramatiquement, sur l'entrée du privé dans le service public comme dans le cas de l'Institut Gustave Roussy.

Nul doute que vous n'apprendrez pas de la bouche d'Agnès Buzyn que les 71 dernières molécules labellisées par la FDA dans le domaine de la cancérologie augmentaient en moyenne l'espérance de vie des patients de... 2,1 mois ! (Voir LA)

Cette nomination est aussi l'aboutissement du modèle américain avec contrôle direct de la FDA par l'industrie pharmaceutique. Les US l'ont fait, nous suivons.

La déclaration des effets secondaires en oncologie est également considérée comme peu pertinente.

Les premières déclarations de Madame Agnès Buzyn sur les liens et conflits d'intérêt entre experts et industrie pharmaceutique n'annoncent rien de bon mais surtout démontrent la formidable impunité dont elle croit disposer en déclarant d'emblée que l'intelligence des experts est corrélée à leur degré de dépendance à l'égard des industriels.

Nous nous préparons des jours difficiles.

PS (du 14 mars 2016). Voici le lien avec les 126 publications d'Agnès Buzyn recensées dans PubMed. ICI.
PS (du 14 mars 2016). Un article de Aurélie Haroche  qui cite Christian Lehmann et moi-même. LA.

12 commentaires:

Pierre Frouard a dit…

oui, comme disait l'autre : Agnès, elle abuse, hein !

Anonyme a dit…

Oh, M**** !!!

Vite, un concert de Berezovski pour oublier un peu !

On est foutus. :o(

Bonne soirée.
Nicole

"Il y a trois sortes d'hommes politiques : ceux qui troublent l'eau ; ceux qui pêchent en eau trouble ; et ceux, plus doués, qui troublent l'eau pour pêcher en eau trouble."
(Arthur Schnitzler - Relations et Solitudes)

Picorna a dit…

Diatribe de principe qui malheureusement pour Docdu16 tombe à l'eau : Agnes Buzyn n'est pas oncologue mais bien hématologue : nous n'avons pas de cursus commun avec les oncologues, d'ailleurs, nous passons peu voire pas du tout en oncologie pendant notre cursus (nous pratiquons outre notre spécialité des stages en infectiologie, réanimation, laboratoire, médecine interne…) et nous ne pratiquons pas les dépistages (avez-vous entendu parler d'un dépistage de la leucémie, du myélome ou du lymphome ? non !), au contraire, un de mes maîtres s'offusquait toujours devant une électrophorèse demandée "pour rien" mettant en évidence un pic monoclonal et disait aux étudiants "maintenant, on va être obligé de le suivre".
Donc tout faux, méconnaissance totale du monde de l'hématologie (progrès en hématologie : rituximab : +20% de survie dans le lymphome à grandes cellules B, rappel : stades III-IV on est passé de 30-40% de survie à environ 60%, l'imatinib : révolution médicamenteuse dans leucémie myéloïde chronique, récemment des molécules et classes en devenir : ibrutinib, idelalisib dont les taux de réponses sont proches de 90% dans certaines LLC). Tout n'est pas parfait mais je ne peux laisser une collègue hématologue se faire insulter de la sorte et traiter d'oncologue ;-)

Anonyme a dit…

http://www.rtl.fr/culture/web-high-tech/le-pr-agnes-buzin-avec-plus-de-prevention-certains-cancers-seraient-evitables-7691691660

Anonyme a dit…

"Personnalisation" ou protocole ?
D'autre part, le dépistage généralisé - et efficace, bien sûr... - est mis en avant dans l'ITW ci-dessus.
Et puis, il y a le fameux plan cancer 2014-2019...
Mais : "Il suffit de se projeter"...

Docteurdu16 a dit…

Cher Picorna,
Merci pour cette leçon de choses.
La guéguerre picrocholine entre hématologues et oncologues... me fait doucement rire, il ne faudrait pas prendre la contradiction accessoire pour la contradiction principale.
Notre hématologue a été directrice de l'INCa où la folie des protocoles, la folie du dépistage et la folie des financements (je suis poli) big pharmiens fait rage.
Quant aux progrès réalisés en certains domaines : dont Acte. Mais qui pourrait ne pas les constater ?
La contradiction principale : la corruption généralisée.
Les industriels peuvent dormir sur leurs deux oreilles.
Bonne journée.

Anonyme a dit…

https://www.mediapart.fr/journal/france/070316/les-petits-arrangements-de-la-nouvelle-presidente-de-la-haute-autorite-de-sante

Anonyme a dit…

Confondre oncologie et hématologie en dit long sur les compétences de l'auteur sur la question. On se demande d'ailleurs de quelle légitimité il se réclame pour commettre une telle tribune, en dehors du fait de tenir un blog. Personnellement, ça me fait penser à tel chirurgien digestif parlant des vaccins ou tel urologue écrivant un livre sur les médicaments. Bref, "Sutor, ne supra crepidam"...

braillon a dit…

oui. En effet silence radio sur l'information éclairée vis a vis des dépistages, à l'encontre de ce qui se passe dans tous les autres pays. Pire, pseudo articles scientifiques avec le tristement célèbre Duffy pour essayer de de montrer que le surdiagnostic n'existe pas. Refus du débat scientifique ... http://braillon.net/alain/bcs.pdf
Quant au tabac et l'alcool, là encore silence radio de l'Inca, qui n'a même pas fait le minimum syndical. A peine semblant!!! Lacheté
Son mari qui est DG de l'Inserm se soucie peu lui aussi des problèmes de conflits d'intérêt des expert et quand on l'alerte il ne répond pas!
La France est une république bananière, à la traine des pays riches, classée 23ème seulement par Transparency International

Docteurdu16 a dit…

@ Anonyme du 12 mars 2016 à 09H29.
L'anonymat protège du ridicule.
La légitimité de l'anonymat n'est sans doute pas celui de la transparence puisque cet "auteur" défend Madame Buzyn et sa culture des liens d'intérêt comme preuve de compétence.
Le fait ce citer des locutions latines fait "chic", je m'incline.
Mais cet anonyme latiniste de cuisine qui fait le malin derrière son masque de carnaval ne connaît sans doute pas Alain Braillon ou, s'il le connaît, il a dû faire partie de ceux qui le condamnaient et tentaient de le censurer pour crimes de lèse-majesté.
Cher anonyme, allez à la soupe, continuez de parler la bouche pleine et l'estomac dilaté, nous sommes tellement contents de disposer de specimen qui vont partout, ici et ailleurs, qua la cancérologie française est la meilleure du monde.
Et comme le disait Cicéron dénonçant Catilina :
Quousque tandem abutere, Catilina, patientia nostra ? quamdiu etiam furor iste tuus nos eludet ? quem ad finem sese effrenata iactabit audacia ?
Bonne journée.

Picorna a dit…

@docdu16
c'était une boutade concernant hémato/cancéro mais juste pour pointer du doigt qu'avant de se lancer dans une diatribe sur le dépistage etc… et de traiter A. Buzyn d'infame cancérologue (pléonasme), il fallait vous renseigner pour gagner en crédibilité. Après, sur les conflits d'intérêt, la corruption généralisée et sa banalisation (avant, ils étaient corrumpus mais le savait quand même… aujourd'hui, c'est le déni complet, pire, on essaie de nous faire croire que la dernière phase I/II est dans l'intérêt du patient… alors qu'elle ne sert qu'à financer les postes de recherche clinique ou je ne sais quel protocole), je vous rejoins tout à fait...

Le point intéressant, c'est de savoir si le Pr Buzyn s'est rendu compte que la HAS était dans le 93 ce qui l'empêchera de faire les boutiques chiques parisiennes pendant sa pause de midi… (comment ça, ça sent le vécu ?)

M Roujemaure a dit…

il faut bien le dire tous les experts en conflit d’intérêt (formindep etc...)le disent:agnes buzyn c'est une catastrophe. le doc du 16 a entièrement raison comme d'habitude d'ailleurs... l’hématologue est un oncologue et pense comme eux: inclure les gens dans des protocoles d'essais thérapeutiques....Les RCP (réunion de concertation pluridisciplinaire: en clair, réunion ou se réunissent tous les médecins qui s'occupent du cancéreux pour décider du traitement) sont de vagues fumisteries. Les oncologues ne cherchent pas a traiter le patient:ils cherchent le protocole dans lequel ils vont pouvoir l'inclure.... et même des fois, le représentant commercial du labo industriel est la!!!!Les vrais médecins honnêtes sont vite mis a l’écart des décisions et c’est les plus pourris qui décident... la cancérologie c'est une honte: il n'y en a pas un qui n'a pas de lien d’intérêt avec l'industrie! c'est un scandale. on se sert du cancer pour l'argent. évidemment le cancéreux ne contestera jamais son traitement (abusif)....Merci doc du 16 ... merci