jeudi 14 avril 2016

Un coup de gueule inacceptable. Histoire de consultation 190.

Les deux Frida. 1939. Frida Kahlo (1907-1954)

Madame A, 92 ans, vit seule dans un pavillon biscornu où les transferts sont difficiles. Elle est fragile.
Son traitement de base est : levothyrox, ramipril, forlax. Plus quelques babioles dont des plantes pour dormir.

Elle est tombée l'autre soir.
Grosse chute.
Son alarme de poignet a fonctionné.
Elle a été emmenée aux urgences par sa fille (59 ans) qui habite à 10 minutes de chez elle en voiture. Elle est restée au service porte une douzaine d'heures puis elle est revenue à son domicile.

Je viens la voir deux jours après.
La situation n'est pas fameuse : la patiente ne va pas bien, elle a mal au moindre mouvement, ne peut plus, dit-elle, dormir dans son lit à cause des douleurs et s'installe la nuit dans un fauteuil au rez-de-chaussée.
Il y a un monstrueux hématome qui est en train de descendre, les lombes sont très douloureuses, les côtes très sensibles. J'apprends ensuite que des radiographies ont été faites et qu'il n'y avait pas de fracture.
Pas de troubles sensitivo-moteurs des membres inférieurs.
Elle est affaiblie.

"Docteur, faites quelque chose, je souffre tellement."
Le traitement des urgences : 4 g de doliprane et 2 comprimés d'ibuprofène 400.
J'ai noté quelque part dans son dossier qu'elle ne supporte pas les opiacés.
Je suis toujours circonspect en cas de douleurs lombaires très intenses chez les personnes âgées dont le rachis est fragile et j'ai eu le cas d'une fracture sans déplacement d'une vertèbre lombaire dont le diagnostic avait été fait au scanner après que le patient était devenu parétique.

"Je pense que vous pouvez rester seule chez vous.
- Je ne veux pas être placée."

En fin de visite et comme il était prévu la fille de la patiente arrive (ce qui rallonge bien entendu le temps de visite).
"Qu'est-ce que vous en pensez ?"

On reprend depuis le début.

Entre temps j'avais donc eu la fille au téléphone et lui avais conseillé de reprendre contact avec l'assistante sociale du centre de gérontologie qui était venue il y a deux ans pour déterminer le degré d'autonomie de la patiente. Ce qu'elle a fait.

Nous faisons l'inventaire des aides dont la patiente dispose, soit surtout une femme de ménage qui vient deux fois la semaine. Pas de portage de repas, elle se fait à manger toute seule.

J'essaie de convaincre la patiente de dormir dans son lit si on le descend dans une des pièces du rez-de-chaussée. Je prescris un lit médicalisé.

Le lendemain la situation s'est aggravée. Je repasse au domicile non sans avoir appelé une structure aiguë pour personnes âgées. Ils sont décidés à l'accueillir mais ils n'ont pas de place avant trois jours.

La fille est catastrophée. "Comment allons-nous faire ?"
Je la regarde et je lui dis : "Vous allez coucher ces trois nuits auprès de votre mère. - Je ne peux pas, mon mari, mon travail. Il faut trouver une garde de nuit. - Ce n'est pas possible en si peu de temps."
Je tente d'être calme : "Votre mari est valide ? - Oui. - Peut-il manger seul trois soirs de suite et dormir sans vous dans un grand lit ? - Oui, mais..."
Pas calme : "Donc, vous me cassez les couilles, vous n'avez qu'une mère après tout, vous allez dormir ici et vous verrez après pour les conséquences."
La fille est choquée par mon langage (et moi aussi) mais elle dormira trois nuits avec sa mère. En fait, deux, car une place s'est libérée plus tôt.
Mon coup de gueule était inacceptable mais cela m'a échappé.

Epilogue.

Madame A a passé huit jours en soins de suite où les choses se sont remarquablement passées contrairement à ce que je craignais : elle a dormi, elle a mangé, elle a repris des forces et... elle a râlé.
Elle est revenue chez elle, un lit médicalisé installé dans une chambre du rez-de-chaussée, une femme de ménage est passée trois fois par semaine, sa fille venait deux fois par jour, un service de portage de repas avait été institué, les enfants de la fille venaient voir leur grand-père (le mari, je l'ai vu une fois, il avait l'air charmant, attentionné... je lui ai demandé s'il avait survécu à deux nuits sans sa femme, il a rigolé, et il vient voir sa belle-mère régulièrement), et un médecin traitant qui surveille de loin et qui fait plus du social et de la réassurance que de la médecine.

Aujourd'hui, c'est à dire trois mois après, les douleurs ont presque disparu (les AINS ont été arrêtés depuis belle lurette et la créatinine a tenu le coup), la femme de ménage ne passe plus que deux fois par semaine, et Madame A est un peu plus constipée que d'habitude.

Quant à la fille de la patiente, malgré mon coup de gueule, elle semble bien aller et j'aimerais être petite souris quand elle parle de moi et de mon langage de charretier.


6 commentaires:

Anonyme a dit…

Des vacances de prévues bientôt?
Quand je commence à râler plus que d'habitude en général c'est immanquable c'est un besoin de vacance qui se fait ressentir.
Un des remèdes contre le Burnes Out.

Jean-Baptiste Blanc a dit…

La prise de décision partagée n'est pas toujours l'approche la plus efficace !

Doudou 13314682 a dit…

Le rappel aux fondamentaux se fait rarement en sussurant #parole de rugbyman

NP a dit…

Bon, tu t'es lâché, ça t'a échappé.
Peut-on toujours l'éviter et combien de fois nous sommes-nous demandés, après une consultation, pourquoi ou comment nous avons dit ou fait ceci ou cela ? Combien de patients sont repartis en se demandant ce qu'on avait bien voulu dire, ou pourquoi on l'avait dit comme cela ?
Ca me paraît inévitable malgré l'attention que nous pouvons y porter, l'important est de ne pas faire la grosse connerie.
Ton billet est surtout l'occasion de souligner que ce petit aller et retour avec la fille n'a pas empêché des échanges assez positifs entre toi et la famille et dans la famille elle même. Peut-être même que ces petites failles ont rapproché des humains faillibles.
Outre le fait que tu as bien géré la situation médicale dont, à mon humble avis, le social fait partie.

CMT a dit…

Je serai brève, cette fois, pour dire que parfois il est utile de rappeler aux femmes, surtout dans un moment d'imprévu et d'affolement, que tous les menus services que nous rendons à notre entourage, ne nous rendent pas, pour autant, indispensables, afin de remettre les priorités dans le bon ordre.

Sur l'art et la manière... bon,l y aurait sûrement à redire. Mais cela s'est avéré efficace, en tous cas.

Anonyme a dit…

Pourquoi inacceptable ? Cela vous a fait tellement de bien !
A vous lire , je vous ressens intègre , honnête homme .
Vous n'êtes pas encore parfait . Pour le plus que parfait on attendra un peu .
Accepter nos imperfections nous rend plus humains .
Et en haussant le ton , vous avez certainement rendu service à vos patients .
Sinon , c'est irrémédiable pour eux .