mercredi 22 septembre 2021

Covid : la revanche de l'hygiène et le retour des hygiénistes.



La pandémie de Covid est une expérience moderne tout à fait impressionnante : il sera peut-être un jour possible de déterminer ce qui a le plus influencé son passage de la pandémicité à l'endémicité. Les facteurs de déclin d'une pandémie sans traitement curatif sont multiples : l'écoulement du temps (la peste qui a dévasté Marseille plusieurs fois dans l'histoire en tuant à chaque fois entre 40 et 50 % de la population en 1720 a fini par disparaître sans traitements, sans hypothèses physiopathologiques, sans médecins mais avec la quarantaine), les mesures politiques (le confinement), les pratiques médicales (la prise en charge des patients en réanimation), la santé publique (le dépistage, l'isolement, la recherche de clusters), l'hygiène en général (les mesures barrières) et la vaccination.

La pandémie de covid nous aura rappelé que la politique et l'hygiène avaient un avenir en médecine.

Mais l'hygiène en médecine a surtout un passé.

Pour ne pas polémiquer inutilement et ne pas (les temps sont durs pour une réflexion sereine) m'attirer un veto a priori, je ne parlerai pas des interactions entre l'hygiène et la vaccination mais entre l'hygiène et les antibiotiques (sujet que j'ai déjà abordé ICI).

L'exemple du rhumatisme articulaire aigu, du streptocoque et de la pénicilline.

L'hygiène, les progrès de l'hygiène, n'ont pas fait disparaître le RAA. Les antibiotiques : oui.

Mais les effets de l'hygiène n'ont pas été modestes et une remontée dans le temps est nécessaire.

La perspective épidémiologique historique peut être occultée comme ici dans cette figure en initiant la courbe de mortalité due au RAA à l'année 1930 : 




ou non occultée en prenant plus de recul comme dans cette figure où les courbes danoises commencent en 1860 (et la lecture des chiffres rapportés par Thomas McKeown (ICI) pourrait permettre de remonter encore plus loin : 




Peut-on espérer que la vaccination seule permettra l'éradication du Covid sur la planète tout entière ?

Sans doute non. La pandémie va devenir une affection endémique.


L'hygiène dans la gestion du Covid

Avant la mise à disposition du vaccin, c'est le principe hygiénique de prévention qui a prévalu avec zéro preuves tangibles de l'efficacité des mesures sur des critères robustes comme la mortalité :

  1. Nettoyage obsessionnel des surfaces à l'intérieur comme à l'extérieur avec photographies ad hoc de rues inondées de désinfectants, avec le conseil de passer les "courses" à l'eau de javel en revenant du supermarché et autres mesures qui, malheureusement, n'ont pas encore été toutes et partout abandonnées... Sans parler des tenues de cosmonautes en consultation...
  2. Mise en avant du manuportage et du lavage des mains au savon mais surtout avec du soluté hydro-alcoolique : il y a des tutoriels pour se laver les mains (comme si la personne qui allait chercher son courrier dans sa boîte aux lettres entrait en salle d'opération), des conseils pour avoir du SHA en ambulatoire... et des messages contradictoires sur le port de gants : oui, non, peut-être, parfois, mais... Pas de gants !
  3. Mise en avant de la contamination par projection avec bien entendu la distanciation sociale, le port du masque (cf. infra) mais aussi la mise en place de parois en plexiglass (au mieux) dans les boutiques, les écoles, les lieux clos, sans preuves robustes d'efficacité mais ensuite, toujours sans preuves robustes d'inefficacité, retour en arrière : ce serait dangereux. 
  4. Mise en avant de la distanciation sociale et du port du masque : en extérieur en général (certains intimaient de porter le masque en faisant de la course à pied), en extérieur en zones denses (critère flou), en extérieur partout, en extérieur sur les plages (il y avait des préfets fous) en intimant des distances non fondées sur des preuves solides (cela variait selon les pays entre 1 et 2 mètres, car Mesdames et Messieurs, le coronavirus national n'avait pas la même virulence... Distanciation sociale à l'intérieur, dans les boutiques, détermination de jauges (aucune preuve robuste bien entendu).
  5. Mise en avant du port du masque. Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie. Cela ne dépendait pas chers crétines et crétins de concitoyennes et de concitoyens de l'efficacité du port du masque  (et de quel type de masque: tissu, chirurgical ou FFP2) fondé sur des critères robustes mais de l'état des stocks desdits masques et de leur disponibilité. Passons sur quel masque utiliser et comment la gestion de la pénurie dans les hôpitaux a fait fi de toute considération scientifique, les hygiénistes étaient sans doute aux abonnés absents, les professionnels de santé les plus exposés étant parmi les moins protégés, quant au vulgum pecus, la citoyenne lambda, on lui intimait de porter un masque quand il n'y en avait pas et c'était jamais le bon.
  6. Mise en avant (tardive) de la contamination par aérosolisation (notion connue depuis la nuit des temps par les hygiénistes, les épidémiologistes, les virologues, les infectiologues, et autres médecins mais qui avait été oubliée pour des raisons assez incompréhensibles). Il devenait urgent d'ouvrir les fenêtres d'aérer...
  7. J'ai oublié quelque chose ?


Puis la vaccination est arrivée. Avec la rapidité de l'éclair.

Nous avons donc quitté l'hygiène pour entrer dans la médecine. La médecine qui avait déjà pointé son nez avec les tests de dépistage.

Nous n'avons pas parlé non plus des mesures politiques que sont les différents types de confinement et le moment où ils ont été mis en place, la fermeture des écoles (ou non), le télétravail... Mais surtout : les mesures de dépistage, de traçage, d'isolement avec leurs différents degrés et leurs différentes modalités d'application.


De la vaccinolâtrie à l'hygiénisme

L'extraordinaire efficacité annoncée des différents vaccins a rendu fous les vaccinolâtres. 

Puis le déclin progressif de cette efficacité en situation réelle, et il faut souligner aujourd'hui pour qu'il n'y ait pas d'ambiguïté dans mes propos qu'il est vraisemblable que les vaccins anti covid sont un apport déterminant pour rendre cette pandémie endémique (cf. supra), et en tenant compte des variants (la notion de vaccination efficace quel que soit le vaccin a volé en éclats) a rendu les vaccinolâtres partisans inconditionnels de l'hygiène.

La diminution de l'efficacité des vaccins en situation réelle et le fait que les vaccinolâtres se rendent compte, sauf quelques terroristes, qu'il ne sera sans doute pas possible de vacciner tout le monde dès la sortie de la maternité et jusqu'à la fin de vie en EHPAD, avec un rappel tous les ans, voire deux, pour de simples raisons logistiques et pour cause d'effets indésirables chez les plus jeunes, les ont convaincus que pour valider l'efficacité des vaccins il fallait mettre le paquet sur l'hygiène.

Les vaccinolâtres prétendaient que l'hygiène n'avait eu aucun rôle sur la diminution considérable de la morbimortalité des maladies infectieuses depuis, disons, le début du vingtième siècle, en raison de l'efficacité absolue de LA vaccination, sont devenus des hygiénistes. Et des hygiénistes enragés comme seuls les convertis en sont capables. 

Ils sont passés brutalement, et comme seuls les convertis en sont capables, de vaccinolâtres à hygiénistes bon teint.

Et comme tous les hygiénistes : ils valident la morale comme argument d'autorité.

Si la vaccination ne marche pas assez bien c'est parce que : on porte mal le masque (cela me rappelle quelque chose), pas le bon masque, pas au bon endroit... et ad libitum...

Cet hygiénisme triomphant s'accompagne d'un activisme politique débordant : contrôles des populations, contrôles des lieux d'éducation, contrôles des professionnels de santé, contrôles des EHPAD, contrôles du CO2, et cetera. 

Et comme tous les hygiénistes, la fabrique de la peur n'est jamais loin.

Si vous ne faites pas ceci ou cela vous allez mourir.

Et l'insulte sociale : achetez des masques, pas des écrans plats.

Et l'insulte intellectuelle : les pauci-neuronaux qui ne portent pas bien leur masque et/ou qui ne se vaccinent pas.

Sans oublier la délirante proposition du zéro-covid dans un contexte mondialisé.

L'hygiène : oui.

L'hygiénisme : non.




1 commentaire:

Louis a dit…

Oui, il me semble que vous avez oublié de parler de l'option où aucune des actions entreprises n'a eu d'impact positif et où l’hygiénisme (ou une modification quelconque des règles générales d'hygiène) tout comme le recours à un vaccin ont été un désastre.

Bref, l'option où une grippe saisonnière a été illuminée par la magie qu'on a pu voir en génériquant le lévothyrox.

La peur fait vendre, parait-il. Remarquez, si ça marchait à tous les coups, on aurait eu un stock de masques digne de la ligne Maginot(merci Roselyne).