vendredi 3 décembre 2010

UNE CONSULTATION BIEN REMPLIE - HISTOIRES DE CONSULTATION : EPISODE 55

Christian "sac à main" SAOUT


Cette consultation à 22 euro est dédiée à Jacques Chérèque. Et à Jean-Luc Mélenchon. Et à Nicolas Sarkozy. Et à Christian "sac à main" Saout.

Madame A, 62 ans, malade charmante (et c'est vrai), diabétique non insulino-dépendante, hypertendue et traitée en outre par hypocholestérolémiant et aspirine, assurée par la MGEN, la mutuelle la plus bordélique du monde, a pris rendez-vous ce matin pour :
  1. Me montrer ses résultats (dont l'hbA1C)
  2. Se faire vacciner contre la grippe
  3. Se faire expliquer l'hemoccult dans le cadre de la campagne de détection...
  4. "Renouveler" ses médicaments
  5. Demander une presciption d'examens complémentaires pour dans trois mois
  6. Se faire prendre la tension
  7. Se faire écouter le coeur
  8. Me parler de ses brûlures quand elle mange
  9. Prolonger son ALD
  10. Et me parler de sa petite-fille qui lui pose problèmes.
Vous voulez savoir comment on dit 22 dans différentes langues ?

C'est ici.
Et ras-le-bol !

Je ne suis pas allé regarder comment on le disait en hurdu ou en hindi.
Donc, quand ce sera 23 euro, cela ira mieux, c'est ce que disent les syndicats.
Mais on parle aussi de 11 euro : et ici, dix fois neuf : 90 euro !
Parce qu'avec 22 euro et dans la perspective d'une médecine de spécialistes, j'ai fait économiser un diabétologue, un cardiologue, un gastro-entérologue, un psychiatre, une infirmière, un cadre de santé et un médecin-conseil.

Je suis un mec important dans cette société : je cumule les mandats et tout ça pour 22 euro !

Mais je n'en veux pas à la charmante Madame A qui vient de très loin pour me voir : j'aurais dû lui dire comme je dis aux nouveaux hypertendus ou aux nouveaux diabétiques. Que nous allons scinder la consultation en plusieurs séances. Mais j'avais un peu de temps ce matin...

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Mais vous savez bien, Dr Grange, qu'il y a une sorte de mutualisation, même si elle est purement fortuite, des tarifs de consultation, la bobologie de certains compensant les consultations longues des autres. D'autre part le médecin libéral a la faculté d'autoréguler ses revenus, arme à double tranchant, soit en scindant sa consultation en deux(ou trois ou quatre)comme vous le faites soit en diminuant la durée moyenne des consultations. Ce que les médecins ont fait puisque d'une durée moyenne de 20 mn il y a 20 ans la consultation tend à s'approcher des 10 mn actuellement. Je me suis laissée dire que le revenu moyen net d'un généraliste en libéral était de l'ordre de 6000 euros par mois, soit 4 fois le revenu médian pour les français qui travaillent de 1500 euros, pour environ 50 à 55 hs de travail par semaine, soit 27 euros net en moyenne. Soit, ce que gagne un médecin salarié en fin de carrière.
Si vous pensez vraiment ce que vous dites vous devez être content que l'on envisage maintenant des tarifs variables: ainsi vous pourrez facturer par exemple 3,5 euros la lecture de l'HbA1C, 5 euros la prise de tension etc et vous remettrez à la fin une facture au patient comme quand on va chez le mécanicien: "Il y a une erreur ici docteur, la vidange c'était la fois d'avant que vous me l'avez faite" Ce seraient encore les plus fragiles qui paieraient dans ces conditions, les remboursements suivant une courbe descendante.
On peut inverser la proposition et se demander si à raison de 10 mn la consultation les patients ont droit à une prestation de qualité. Peut-on faire autre chose que des ordonnances stéréotypées si on dispose de 10mn et du visiteur médical comme principale source d'information? "Vous voulez maigrir? Je vous prescris du Mediator. C'est hors AMM mais le visiteur médical m'a dit que ça marchait du tonnerre!"
Je pense que les médecins généralistes souffrent d'un manque de reconnaissance,nous en sommes tous là et ça fait longtemps que je n'attends aucune reconnaissance de mes responsables, mais la reconnaissance ne passe pas que par l'argent.
Je pense qu'il y a une confusion et qu'on inverse le problème: il faut d'abord se poser la question de la qualité des soins et ensuite seulement celle de la juste rémunération.
CMT

Docteurdu16 a dit…

@CMT : Votre dernière phrase (il faut d'abord se poser la question de la qualité des soins et ensuite seulement celle de la juste rémunération.) exprime ce que je dis depuis des années, ce qui m'avait fait refuser les grèves pour l'augmentation des honoraires en disant que l'ordre des facteurs était inversé. Et ce serait la seule façon l'image que les médecins ont d'eux-mêmes. Ce blog, à la suite du webzine que je publiais, tente de montrer la richesse de l'activité de la médecine générale, seulement de la médecine générale. J'essaie donc, jour après jour, de montrer l'universalité de la médecine générale, notion que nombre de mes confrères refusent par idéologie ou par paresse ou par ennui. Pour le reste, la forfaitisation des actes, nous en reparlerons.