jeudi 22 septembre 2011

Alzheimer : des experts montent au créneau pour défendre des médicaments peu efficaces !


La maladie d'Alzheimer progresse.
La maladie d'Alzheimer se répand.
La maladie d'Alzheimer est en phase pandémique (l'OMS ne l'a pas encore annoncé).

Les critères diagnostiques sont flous.
Les solutions pharmaceutiques sont quasiment inexistantes.
La prise en charge familiale et institutionnelle est difficile et coûteuse.

Il semblerait que les médicaments dits anti-Alzheimer soient sous le coup d'une réévaluation par la Commission de Transparence de la Haute Autorité de Santé qui les rendraient non remboursables à 100 %

Les visiteurs médicaux académiques se déchaînent :
  1. Le professeur Ollier de Sainte-Anne est interrogé sur Europe 1 et, sans aucune Déclaration Personnelle d'Intérêt (DPI), DPI qui montrerait, si elle était sincère, des liens avec des molécules qu'il prescrit tous les jours, enfile les perles des contre-vérités, voir ICI, notamment sur l"efficacité des molécules.
  2. Le docteur Christophe Trivalle, Praticien Hospitalier, commet un article dans le journal Le Monde qui est un modèle de désinformation et d'incompréhension de la Santé Publique (LA). C'est d'une telle sottise qu'on est partagé entre l'admiration et la résignation. Le bon docteur prétend, en bon soldat du disease mongering ou fabrication des maladies ou stratégie de Knock (voir ICI pour le disease mongering), et en dévoilant le dessin invisible de la manoeuvre, que la quasi disparition des médicaments anti- Alzheimer, rendrait la maladie moins structurée, empêcherait que le diagnostic fût fait, découragerait les médecins à adresser les patients dans les centres de mémoire et ruinerait les trois plans Alzheimer antérieurs. La médecine hospitalière a donc rendu les armes : elle ne prend pas en charge quand elle n'a pas de médicaments à prescrire (fût-ce des placebos...) comme on le reprochait et qu'on le reproche encore à la médecine générale praticienne... La dernière phrase de son article est exceptionnelle, il a dû la polir et la hurler dans son gueuloir hospitalier, à moins qu'il ne l'ait soumis à ses amis de Big Pharma... "Si on supprime ces médicaments, la France sera le premier pays qui verra ainsidisparaître la maladie d'Alzheimer, car plus personne ne fera de bilan diagnostique pour une pathologie sans aucun traitement. Et on en reviendra à la démence sénile et au bon vieux gâtisme d'antan." Car Dominique Dupagne nous apprend aussi sur son site (LA) que le bon docteur et ses envolées lyriques sont fortement connotés : il a présidé un symposium au Pavillon Dauphine (haut lieu de la scientificité parisienne) sponsorisé largement par Big Pharma... Mais il n'en parle pas dans son article du monde. Une sorte d'anosognosie intraitable.
  3. Le professeur Bruno Dubois fait feu de tout... bois dans les media. Il faut dire qu'il défend sa paroisse, étant Président de l'Institut Alzheimer de l'Hôpital de la Pitié Salpétrière, et il fait de l'annonce dans deux voies : une molécule, dont je ne vous dirai pas le nom, a montré, en double-aveugle contre placebo (nous attendons la publication), qu'elle diminuait la diminution de la taille de l'hippocampe qui serait une donnée anatomique chez les patients Alzheimer ; un vaccin aurait été mis au point et il agit, selon les dires Dubois, de façon spectaculaire chez les souris (il ne nous dit pas s'il s'agit de mâles ou de femelles). Voir ICI. Tout baignerait donc bien dans le monde merveilleux de l'Alzheimer s'il n'y avait pas, comme le dit si bien le docteur Trivalle, la revue Prescrire, les syndicats de médecin généraliste et des médecins médiatiques (ICI ENCORE)...
Et je pense que nous n'avons rien vu...

Je voudrais également, en passant, dire un mot de l'échelle qui permet de "faire le diagnostic", la MMS (Mini Mental State) (ICI), échelle qui n'est pas spécifique de l'Alzheimer, il faut le préciser.
Elle n'est pas spécifique mais elle est utilisée larga manu pour prescrire les molécules sus citées.
Non spécifique mais spécifique de la prescription systématique des médicaments anti-Alzheimer : on en était à un, cela ne marche pas, alors on est passés à l'association...
J'avais proposé ICI un questionnaire facilement administrable pour faire le diagnostic de la maladie (International Docteurdu16 Alzheimer Score), un complot l'a enterré...

Cela m'a fait drôlement penser aux MMS, les bonbons chocolatés (voir plus haut).

Une étude française (et toulousaine) parue dans le British Medical Journal est tout à fait confondante mais on n'en a pas beaucoup entendu parler : ICI. Elle raconte ceci : A comprehensive specific care plan in memory clinics had no additional positive effect on functional decline in patients with mild to moderateAlzheimer’s disease.. Ce qui, en français signifie ceci : un programme d'intervention dans les cliniques de la mémoire associant patients et aidants ne fait pas mieux (ou fait aussi mal si on veut) qu'un suivi en milieu ouvert par le généraliste sur le déclin fonctionnel des patients présentant une maladie d'Alzheimer légère à modérée.

Qu'en conclure ?
Que la prise en charge des patients Alzheimer est faite par des spécialistes qui n'ont que l'effet placebo comme argument thérapeutique.
C'est navrant.
(Ne me faites pourtant pas dire que les médecins généralistes font mieux, disons qu'ils font ce qu'ils peuvent dans le cadre du domicile ou de la famille, et que ce peu est un investissement considérable en temps et en pénibilité.)


(Photographie : MMS)


22 commentaires:

Picorna a dit…

C'est quoi l'impact factor du monde ?

CMT a dit…

Il serait peut-être temps de s’intéresser à ce pivot du marketing de Big Pharma, ce poison lent de la médecine que sont les ESSAIS CLINIQUES EN MILIEU HOSPITALIER.
C’est un phénomène qui en l’espace d’une vingtaine d’années s’est emparé de l’hôpital et l’a asservi aux intérêts de l’Industrie pharmaceutique. Tout ceci au nom des « facilités » qu’il faudrait offrir à ces pointures que seraient les praticiens hospitaliers pour les retenir dans le giron public.
Les essais cliniques, personne n’y échappe. Même Sainte Irène Frachon (de GSK, Pfizer, Bayer…) y a goûté à ce mets délicieux offert de manière totalement intéressée par les laboratoires aux médecins hospitaliers en mal de reconnaissance et de pouvoir d’achat : http://docs.google.com/viewer?a=v&q=cache:7wONcL5nQUMJ:www.sante.gouv.fr/IMG/pdf/FRACHON_Irene_20110325112718.pdf+irene+frachon+dpi+gsk+htap&hl=fr&gl=fr&pid=bl&srcid=ADGEESgH2kk3cpylDkyPQIF7Tl97daYcunuJv68RmjRtSQQWR9ytyjThPdxIGZvBi0xKh2GHConIsWP0f0saIjLHHIBS0GX_irp9DY0EvjtggIztI4V3OFjHoBDDRjmY2uek6Ht4_f9A&sig=AHIEtbTwyADt9g9GK9AwRrZ8t_ohpYSOjA
Comme toute organisation perverse le système d’aliénation mis en place par Big Pharma se glisse dans toutes les failles, celles qui n’ont que l’épaisseur d’une feuille de papier, et les travaille jusqu’à les rendre aussi larges que la faille de San Andréas. Ce sont les essais cliniques menés en milieu hospitalier qui ont permis de propulser les médicaments ANTICANCEREUX issus des biotechnologies au premier rang des sources de revenus pour les laboratoires pharmaceutiques sans qu’aucun bénéfice tangible pour les patients n’ait pu être démontré les concernant.

CMT a dit…

Les failles exploitées sont de trois types :
- Une faille réglementaire, qui rend la réglementation sur les essais cliniques bien plus permissive, donc moins protectrice pour le patient, lorsqu’il s’agit de maladies graves
- Une faille bien pardonnable et humaine, qui rend le patient atteint par une maladie grave vulnérable et sensible à toute lueur d’espoir qui lui est offerte, pour aussi ténue que soit cette lueur
- Une faille toute aussi humaine mais tout à fait impardonnable, lorsqu’elle interfère avec le professionnalisme du médecin, comme c’est le cas, et l’empêche de garder à l’esprit que sa priorité doit être le bien du patient.
Cette dernière faille, celle du médecin hospitalier propulsé « médecin investigateur » par la grâce de CONTRATS PRIVES et opaques conclus avec le commanditaire de l’essai ou « promoteur » (labo) est constituée d’un mélange dans des proportions variables d’infatuation, d’appât du gain, de scientisme (qu’on peut tout aussi bien appeler par son vrai nom, à savoir incompétence scientifique ou ignorance) et est une source inépuisable de revenus pour les laboratoires comme pour les médecins investigateurs. C’est ce savant mélange qui fait du médecin investigateur un dupe bien facile à convaincre et à auto persuader qu’il agit pour le bien de l’humanité. Au bout du chemin : la gloire. Et en attendant la gloire, pour l’aider à patienter, un gros paquet d’euros.
J’ai été plutôt ébahie d’apprendre, au détour d’un rapport de l’IGAS, que participer à un essai clinique c’était, pour un praticien hospitalier, l’assurance de toucher le pactole. Il peut doubler, tripler voire quadrupler son revenu par ce moyen.
Je recopie (bêtement) un passage (p77) du rapport de l’IGAS intitulé « Enquête sur la rémunération des médecins et chirurgiens hospitaliers » : »Les fonctions d’investigateur sont une source de revenu conséquent pour les médecins qui y participent. La rémunération du médecin investigateur est fixée à l’avance pour chaque patient inclus dans l’essai. Elle varie selon les circonstances et les spécialités. Les rémunération sont couramment de l’ordre de 1500 à 2500 euros PAR PATIENT et peuvent aller Jusqu’à 5000 euros en cardiologie ou en réanimation. Dans l’ensemble, les inclusions des patients en CANCEROLOGIE sont particulièrement bien rémunérées .»
Il ne faut pas chercher plus loin les raisons du succès des médicaments contre l’Alzheimer comme celui des médicaments anticancéreux. Surtout lorsque l’on apprend que le seul à qui le médecin investigateur rende des comptes c’est le « promoteur » à savoir le laboratoire pharmaceutique commanditaire. Et ce n’est qu’à celui-ci qu’il doit rendre compte des éventuels effets secondaires observés.
Une large palette de choix s’ouvre ainsi au patient atteint de maladies graves : il peut aller subir des examens et actes tout aussi multiples que souvent inutiles dans des cliniques privées à but lucratif, ou bien aller servir de cochon d’inde à l’hôpital public. Que demande le peuple !

Dominique Dupagne a dit…

Puisque tu parles de M&Ms, voici une vidéo qui montre comment les utiliser au mieux

Docteurdu16 a dit…

Merci pour ce lien.
Il était évident que pour moi le questionnaire MMS était égal aux bonbons MMS et je n'avais pas vu la vidéo !

Docteurdu16 a dit…

@ CMT
Le problème des études cliniques est complexe. Il ne s'agit pas seulement, comme vous le soulignez entre autres, d'un problème milieu hospitalier / milieu communautaire mais cette opposition est déjà très structurante. Les études contrôlées (randomisées en double-aveugle contre placebo) demandent a) un recrutement ; b) une infrastructure ; c) du temps ; d) du savoir-faire ; e) du contrôle ; f) des exames complémentaires. Ce qui exclut, par nature, le milieu communautaire qui est incapable de "fournir". Ensuite, Big Pharma, en montant artificiellement le coût des essais en réalité ou de façon imaginaire, a exclu les tentatives indépendantes de les faire hors de son contrôle sauf dans les pays où existent des structures gouvernementales (parfois sponsorisées elles-mêmes par Big Pharma). Par ailleurs, l'immense majorité des leaders d'opinion réels, autoproclamés ou fabriqués par Big Pharma (expert mongering) ne sont pas capables de mener tout seuls un essai en raison de la complexité des procédures, d'un manque de savoir faire ou d'un inintérêt pour s'en occuper en détail.
Big Pharma, ainsi, en éliminant la concurrence par les coûts, en sélectionnant les experts compliants et, last but not least, en faisant des études dans des pays où les patients sont facilement recrutables, les experts moins payés et les procédures moins onéreuses, mais des pays où il n'existe aucun contrôle et où, surtout,les maladies sont différentes, fait ce qu'elle veut depuis le protocole, l'implantation, le suivi, l'analyse des données, et la rédaction des articles par des ghost-writers.
Comme me le disait un chef de projet international de Big Pharma, notre souci, même dans les plus grands services occidentaux, c'est de vérifier la réalité des patients car la fraude n'est pas seulement big pharmienne elle provient aussi des expérimentateurs avec malades bidons.
Et je suis loin di compte. Il faudra que j'écrive un post sur le sujet.

CMT a dit…

A Jean-Claude Grange
Ce que vous dites est vrai, pas de doute. Mais mon propos n’était pas de discourir sur les études cliniques en général, sur la supposée nécessité qui conduit à ce qu’ils soient implémentés à l’hôpital ou ailleurs. D’ailleurs, je ne crois pas à la nécessité dans ces matières, je ne crois qu’aux rapports de force. Il y a toujours, dans toutes les situations, plusieurs voies possibles. Et la seule raison pour laquelle on nous fait croire que telle voie est inéluctable est que c’est la voie qui correspond le mieux aux intérêts des groupes dominants.
Alors, la question que je me pose est pourquoi il y a une quinzaine d’années en France il était difficile de trouver à l’hôpital un praticien participant à un essai clinique et actuellement il semble impossible de trouver un praticien qui n’ait pas participé, qui ne participe pas ou qui ne soit pas sur le point de participer à un essai clinique ?
Est-ce que cette prolifération des essais cliniques à l’hôpital correspond à une période de progrès thérapeutiques sans précédent ? Il n’y a que les médecins hospitaliers pour le croire.
Et , d’autre part, pourquoi aller rémunérer aussi somptueusement des médecins hospitaliers français pour mener des études qui coûteraient nada dans des pays en voie de développement et qui permettraient d’obtenir des AMM encore plus facilement et à moindre coût ? On peut penser que les essais cliniques en milieu hospitalier correspondent davantage à UNE STRATEGIE MARKETING qu’à des impératifs en matière de recherche .
Et je m’explique. Dans les études cliniques les praticiens hospitaliers opérant en tant que médecins investigateurs sont responsables du recrutement des patients pour les dits essais et sont « intéressés à leur mise en œuvre et aux résultats ».Parfois les médecins sont rémunérés pour leurs services par les laboratoires de manière directe et opaque. Mais souvent les « nécessités » de la recherche donnent lieu à la mise en place d’ASSOCIATIONS pérennes loi 1901 qui servent d’interface entre les financements par les laboratoires pharmaceutiques et l’établissement hospitalier ou le praticien, les deux étant mis en concurrence par le biais de ces associations , pour percevoir les financements. Au prétexte de la recherche les établissements hospitaliers et les médecins travaillant à l‘hôpital perçoivent de l’argent directement des laboratoires pharmaceutiques. Autant dire que, au prétexte de la recherche, les laboratoires pharmaceutiques ont réussi à générer des CONFLITS d’INTERETS MAJEURS à l’hôpital car les hôpitaux comme les médecins concernés ont tout intérêt à ce que des essais cliniques soient menés en leur sein ou avec leur concours et à ce qu’un maximum de patients soient recrutés pour ces essais (plus il y en a, plus ça rapporte). Toutes les conditions sont réunies pour que l’OMERTA règne entre hôpital et laboratoires . Les médecins seront peu enclins à mettre en cause l’efficacité ou la sécurité de médicaments qu’ils ont contribué à mettre au point.
C’est un point clé pour expliquer l’augmentation exponentielle des coûts unitaires de médicaments peu efficaces utilisés en milieu hospitalier. Si les MEDECINS ET LES ETABLISSEMENTS HOSPITALIERS BENEFICIAIRES DE CES MANNES FINANCIERES N’ETAIENT PAS DELIBEREMENT PLACES PAR LES LABORATOIRES AU SEIN D’UN RESEAU DE CONFLITS D’INTERETS CELA NE SERAIT PAS POSSIBLE. Sans oublier que cela se répercute sur les dépenses de ville dont les prescriptions hospitalières constituent une part importante.

CMT a dit…

Un principe de base en affaires c’est qu’on ne paye jamais un service plus que ce qu’il ne vous rapporte. Les laboratoires payent très cher les médecins hospitaliers pour recruter des patients pour leurs essais cliniques. S’ils le font c’est qu’ils savent que cet argent leur en rapporte beaucoup plus. Les médecins hospitaliers « le valent bien ». Mais sur le dos des patients.
Et le rapport de l’IGAS précise que si un groupement d’intérêt public (partenariat public privé entre hôpitaux et laboratoires) a été créé, le CENGEPS, l’objectif premier de cet organisme n’est pas de veiller au respect de l’éthique mais de FACILITER L’INCLUSION DE PATIENTS DANS DES ESSAIS CLINIQUES.
La prolifération des essais cliniques à l’hôpital est donc surtout pour moi le symptôme du succès de l’entreprise de PERVERSION DE L’HOPITAL par les laboratoires pharmaceutiques. Les manœuvres des laboratoires pharmaceutiques ont encore une fois réussi à détourner le focus des patients, qui devraient être au centre des préoccupations, vers les médicaments. Au sein d’ un tel système le patient n’est plus l’objectif mais un simple moyen.
Et si vous ne voyez pas de quoi je parle essayez d’imaginer ce qui se passerait dans votre esprit si chaque patient franchissant le seuil de votre cabinet représentait potentiellement 2500 ou 5000 euros à gagner vite fait en faisant juste preuve d’un peu de capacité de persuasion. Et pour la bonne cause bien sûr.

docpp a dit…

j'ai lu un livre interessant " la face Cachée des médicaments" de Nicole Délépine ed Michalon qui montre bien comment s'exercent le les manipulations de Big Pharma à a partir de plusieurs exemples ( statines, psychotropes , anticancéreux, biothérapie, vaccins ,...)

http://www.amazon.fr/face-cach%C3%A9e-m%C3%A9dicaments-Nicole-Del%C3%A9pine/dp/284186569X/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1316813499&sr=8-1

Docteurdu16 a dit…

@ CMT
Nous sommes d'accord.
Mais, pour compléter ce que vous avez dit : on ne fait plus de "vrais" essais cliniques en France car les experts sont non seulement incompétents mais incapables de recruter puisqu'ils ne voient plus de malades... et qu'ils n'ont pas les structures ad hoc pour "expérimenter". En revanche de faux essais cliniques jamais publiés sont mis en route, des études alimentaires, des études qui attachent l'expert au labo, qui le valorise (plus il touche plus il se sent un grand docteur), des études qui sont faites avec de faux malades, de faux résultats, de fausses investigations et le labo fait semblant de ne rien voir, sachant que ces études ne servent à rien ou qu'elles seront manipulées ensuite au moment de l'analyse statistique et qu'elles servent surtout à corrompre. L'étude européenne sur le PSA était tellement flouée en France que les résultats français n'ont pu être intégrés à l'analyse finale.
les études cliniques, comme vous le dites, servent à corrompre, c'est souvent le cas.

CMT a dit…

A JCG Et réciproquement. D’accord avec vous aussi.
Mais cela induit d’autres questionnements. Il me paraît très alarmant que des patients souffrant de maladies graves se rendent à l’hôpital, confiants dans le fait qu’ils vont être pris en charge par des médecins consciencieux et humains et se trouvent en fait, pris dans ce jeu de stratégie marketing, de mainmise des laboratoires sur les hôpitaux, pris dans des enjeux qu’ils ignorent, qui leur échappent, comme des simples pions, qu’on va briser, pour la gloire des médecins investigateurs, de l’hôpital, et pour la bonne marche du business. Les laboratoires n’ont pas de grands efforts à faire et s’engouffrent dans la voie royale qui leur a été ouverte par les restrictions budgétaires qui ont mis les hôpitaux aux abois, à la recherche permanente de crédits. Et c’est un phénomène qui s’AUTO AGGRAVE EN PERMANENCE. Plus les hôpitaux enrichissent les laboratoires, plus ils appauvrissent l’Etat et plus ils sont sous la coupe des dits laboratoires.
La question est : où se situe exactement la limite entre les conflits d’intérêts et la corruption ? J’ai souvenir d’un DU à l’hôpital, à la fin duquel, le promoteur du dit DU, qui était aussi chef de service, voulant nous faire plaisir, ou peut-être nous impressionner (allez savoir ce qui se passe dans la tête d’un chef de service) nous a conviés à un « brunch » offert par les laboratoires avec lesquels il collaborait quotidiennement. La table qui nous a été dévoilée correspondait exactement à l’image que je me faisais, dans ma tendre enfance, des festins offerts par le génie de la lampe merveilleuse à Aladin, dans « Aladin et la lampe merveilleuse ». Il y avait même du bon vin. Un type moyennement intelligent peut-il ne pas savoir qu’on n’accède pas à de telles « faveurs » sans rien offrir en échange ?
D’autre part on ne peut pas dire que les scandales attachés aux laboratoires et la question des conflits d’intérêts soient des sujets confidentiels dont la connaissance est réservée à un petit groupe d’initiés. On ne peut pas dire que les journalistes, pris dans leur ensemble, ne fassent pas leur boulot. Depuis l’épisode de la fausse pandémie, il ne se passe pas de jour sans que la question des conflits d’intérêts et de l’influence néfaste des laboratoires sur la gestion de la santé fassent l’objet de gros titres dans les médias. Même « le Figaro » s’y colle. A supposer que les médecins investigateurs refusent de lire autre chose que des journaux à tendance néolibérale, qu’ils se bouchent les yeux et les oreilles, ils ne peuvent ignorer ce qu’il en est.
IL Y A TOUT DE MEME DES LIMITES A LA DISSONANCE COGNITIVE. MEME SI C’EST SUR CES LIMITES LA, CELLES QUI EXISTENT ENTRE CORRUPTION ET CONFLITS D’INTERETS, QUE LES LABORATOIRES JOUENT EN PERMANENCE.
Si malgré ce pilonnage médiatique les médecins hospitaliers ne comprennent toujours pas, c’est qu’ils ont la comprennette plutôt difficilette. Il conviendrait alors de se poser des questions sur l’opportunité de leur confier des patients.
Cette question de LA LIMITE ENTRE CONFLITS D’INTERETS ET CORRUPTION a toute son importance, dès lors que dans la question précise du recrutement de patients souffrant de maladies graves pour des essais cliniques rémunérés par des laboratoires, elle définit la ligne de démarcation entre erreur de jugement et ABUS DE FAIBLESSE ( définition abus de faiblesse : http://sos-net.eu.org/conso/code/infodat1t.htm) même si j’ai conscience que cet article de loi ne s’applique pas tout à fait ici, puisqu’il ne s’agit pas d’argent entre le patient et le médecin investigateur mais que c’est tout simplement sa SANTE et sa VIE que le patient engage dans ce « contrat » qui permet de l’inclure dans un essai clinique. Il y aurait-il là un vide juridique ? Qu’il y a-t-il entre l’abus de faiblesse et l’exercice illégal de la médecine ? Rien je le crains (un juriste dans la salle ?). C’est dans ce vide juridique que se sont encore engouffrés les laboratoires.

CMT a dit…

A docpp,
Pour Nicole Délépine, j’ai appris son existence à l’occasion d’une émission (C dans l’air) que Marc Girard évoquait sur son site. Voici une vidéo de l’émission intitulée « Médicaments, le grand inventaire » qui est passée en juillet : http://www.ametist.org/association_ametist_livre_docteur_delepine_3.php et qui était tout à fait intéressante.
Pour ce que j’en ai compris, cette consoeur, chef d’un service de cancérologie pédiatrique, a été poursuivie en justice par l’Institut Gustave Roussy, institut de cancérologie , au début des années 2000, car elle refusait d’appliquer aux enfants souffrant de cancers les nouveaux protocoles recommandés par cet institut, fondés sur des « thérapies innovantes » issues des biotechnologies. Jugeant ces nouveaux protocoles peu efficaces et dangereux, elle leur a préféré de vieux protocoles éprouvés. Comme elle refusait également d’effectuer des essais cliniques sur les enfants cancéreux dans son service elle a été également persécutée par ses confrères hospitaliers.
C’est sûr qu’avec cette consoeur’on est dans une AUTRE ECHELLE DE VALEURS que celle représentée par certains confrères qui veulent faire pleurer dans les chaumières pour la raison que l’administration leur a mis des bâtons dans les roues et les a empêchés de mener à terme leur petit essai clinique qui aurait pu leur valoir une publication dans une des multiples revues médicales à grande diffusion financées directe ou indirectement par les laboratoires. Et je ne citerai personne, même si ce serait mérité.

CMT a dit…

Comme suite logique aux commentaires précédents je signale un article paru sur Pharmacritique sous la plume de Thérèse Clesment (une élue ? un agent hospitalier ? je n’ai pas compris).
Une explication rapide auparavant. La TARIFICATION A L’ACTIVITE ou T2A introduite depuis 2007 à l’hôpital en France et déjà dans d’autres pays auparavant lie étroitement le financement des activités hospitalières à l’activité de SOINS des médecins, comme dans les cliniques privées. Auparavant il existait un budget global et les médecins n’étaient pas impliqués dans la gestion des budgets. La T2A les met en première ligne car le budget affecté à un hôpital dépend des actes effectués par les médecins, chaque type d’acte étant associé à une tarification par l’intermédiaire du PMSI (programme de médicalisation des systèmes d’information) dont on s’aperçoit, au passage, que la mise en place était une étape vers la tarification à l’activité.
Le problème c’est que la tarification à l’activité fonctionne très bien pour les cliniques privées à but lucratif qui ne visent que la rentabilisation d’une activité de soins. Mais ce mode de tarification laisse totalement de côté tout ce qui relève du SERVICE PUBLIC, de l’INTERET GENERAL, qui ne concerne aucun groupe de la population en particulier mais bénéficie à l’ensemble de la population MAIS qui n’est ni rentabilisable ni individualisable dans une nomenclature.
Cette « lacune » bien involontaire, pense-t-on de la part des pouvoirs publics qui ne souhaitent que le bien de la population bien entendu, est (de moins en moins) comblée par lenveloppe budgétaire appelée MIGAC (décidément l’administration aime les sigles !qui rendent les politiques publiques bien opaques) ce qui signifie Missions d’Intérêt général et d’Aide à la Contractualisation .

CMT a dit…

Cette enveloppe MIGAC n’est pas une paille, puisque, votée par le parlement elle représente environ 10% des objectifs nationaux de dépenses de santé (ONDAM) soit quelques QUINZE MILLIARDS D’EUROS.
Comme cela est expliqué dans ce texte : http://www.ansfc.com/deauville2007/T2A_recettes_MIGAC.pdf
Toute réduction du MIGAC a un double effet. D’une part elle augmente le déséquilibre entre public ou privé (en faveur du privé, mais vous l’aviez deviné). D’autre part elle augmente le déséquilibre entre activités thérapeutiques et activités de PREVENTION(aux dépens de ces dernières mais vous l’aviez deviné aussi)
Au niveau du budget de fonctionnement d’un hôpital ce n’est pas une paille non plus car dans l’exemple donné dans le texte le budget MIGAC représente quelques 25% soit un quart du budget de fonctionnement de l’hôpital.
Or, le texte paru sur Pharmacritique, nous explique qu’au niveau de l’Assistance public Hôpitaux de Paris (AP-HP), un train de suppression d’emplois se profile, tandis que l’enveloppe MIGAC est gelée par l’Agence Régionale de Santé, reliée par un cordon ombilical au gouvernement. Si ce n’est pas une décision politique d’étranglement de l’hôpital public je ne sais pas ce que c’est.
La MIGAC couvre des activités aussi variées que la recherche et l’enseignement, l’activité du SMUR, les activités de prévention (aussi dans le cadre des contrats d’objectifs) et d’autres moins avouables comme les médicaments sous ATU.
L’effet le plus remarquable de la T2A a été de faire EXPLOSER L’ACTIVITE PRIVEE DES MEDECINS HOSPITALIERS comme signalée dans le texte sur Pharmacritique.
Et le lien avec ce que j’ai dit précédemment est ici : les rémunérations obtenues de la part des établissements publics hospitaliers en particulier les centres hospitalo universitaries (CHU) pour mener des essais cliniques sont intégrées dans ces budgets et permettent de financer ce qui n’est pas financée par la T2A donc tout ce qui relève des missions de service public en théorie. En gealnt l’enveloppe MIGAC les politiques AUGEMENTENT LA DEPENDANCE DES HOPITAUX PUBLICS VIS-A-VIS DE FINANCEMENTS PRIVES, NOTAMMENT VIS-A-VIS DES LABORATOIRES PHARMACEUTIQUES PAR LE BIAIS EN PARTICULIER DES ESSAIS CLINIQUES ET DE LA RECHERCHE, POUR CE QUI CONCERNE DES ACTIVITES DE SERVICE PUBLIC. Il n’y a aucune illusion à se faire, les laboratoires vont exercer des pressions de plus en plus fortes pour que ces budgets soient utilisés à leur profit et donc pervertir le sens des missions de service public qui vont avoir tendance à disparaître. On aura de plus en plus d’investissements dans des « innovations » qui n’apportent rien, et de moins en moins de services réels rendus aux patients.

B a dit…

Jeune interne dans un service de gériatrie, je me permets d'ajouter un peu d'eau au moulin en vous faisant part de ma maigre expérience concernant la iatrogénie "sponsorisée" chez le patient dément. Patiente octagénaire, sous Aricept, hospitalisée pour un bilan d'altération de l'état général et de chutes, et qui fait un arrêt spontanément résolutif dès son entrée. L'ECG retrouve un hémibloc ant. G, un BBG et un BAV 1... Dommage que l'aricept ne fonde pas dans la main avant d’atterrir dans la bouche...
B. ( lebruitdessabots.blogspot.com)

CMT a dit…

Vivent les jeunes internes ! Ceux qui n’ont pas les incisives qui raclent le sol, ni la salive au coin des lèvres dès qu’on prononce les mots « essai clinique ».
Même si je dois avouer, à ma très grande honte, que je n’ai pas encore trouvé le temps de lire la thèse de Louis-Adrien Delarue. Je m’y mets ce soir même.
Sur le blog du jeune interne on en apprend encore une bien bonne : les internes sont maintenant rémunérés de manière différenciée selon la RENTABILITE ( ?) du service où ils travaillent. Qui dit mieux ? Suppression programmée des internes dans les petits hôpitaux peu « rentables » qui n’attirent pas suffisamment les « investissements » des laboratoires pharmaceutiques .
Au chef de projet (« international » s’il vous plait) d’un laboratoire pharmaceutique cité par JCG dans un des commentaires précédents, qui se plaint que le Frankenstein qu’il a contribué à créer est devenu trop monstrueux , que LES MEDECINS QU’IL A AIDE A CORROMPRE SONT TROP CORROMPUS , qu’ils inventent des FAUX PATIENTS pour les FAUX ESSAIS CLINIQUES sponsorisés par ces mêmes laboratoires pour palper encore plus, j’ai envie de répondre CHACUN SA M… pour rester polie, c’est bien le moins que vous récoltiez un peu de toute celle que vous avez répandue sur la planète.

Sweet_Faery a dit…

Bonsoir, c'est assez déprimant tout ça....

Les essais cliniques sont bidouillés. Les reco de l'HAS sont faites sous l'influence des labos.
Etc...
Tout ceci n'est pas une nouveauté, pour vous, certes. Pour moi, si. C'est même une grande nouveauté. Déroutante et qui me met mal à l'aise.


Je me pose la question de la valeur de l'enseignement qui m'a été dispensé toutes ces années.... en effet :
- ces médecins hospitaliers en contact permanent avec les labos pour nombre d'entre eux, ceux dont vous parlez, ce sont eux qui font les cours à la fac. (En tant qu'externe, des visiteurs médicaux, j'en ai vu des dizaines et des dizaines, en effet. A noter aussi que je n'ai rencontré aucun médecin généraliste au cours de mon cursus d'externe...)
-si les études/essai cliniques sont falsifié(e)s (à quelque stade que ce soit), à quoi se raccrocher?

Comment s'y retrouver pour soigner les gens sans les mettre en danger?


Bravo à LAD qui a jeté ce pavé dans la mare universitaire

B a dit…

A notre stade d'apprentissage, la revue Prescrire peut être d'un grand soutien, ou le site Formindep...

Dominique Dupagne a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Dominique Dupagne a dit…

@sweet

Vous n'êtes pas seule : http://www.jaddo.fr/2009/03/21/rendez-moi-ma-bouee/

Gilles Delmiglio a dit…

Y-a-t-il des données sur la consommation de ces merveilles dans des pays où le plus misérable comprimé de paracétamol est moins remboursé qu'ici et le médecin mieux payé, ie à moins prescrire?
Possible de conclure une consultation sans prescrire de bonbons n'est pas un truc très français.
Genre sous-paiement à l'acte sur-prescripteur de bonbons plus bénins cheval de troie des grosses saloperies qui coûtent cher pour pas mieux.
Bravo pour votre blog.
Impressionnant.
Ca fait des vacances.

Sweet_Faery a dit…

@ Domimique Dupagne : un grand merci pour m'avoir fait découvrir Jaddo, j'ai beaucoup ri en parcourant son blog.

Cela me rassure beaucoup de savoir qu'il y a des médecins qui se posent des questions et savent remettre le système en cause. (J'avais soigneusement évité la blogosphère médicale pendant mon internat, ce n'était pas très judicieux...)


Merci aussi à Docdu16 pour ce blog très enrichissant.