samedi 10 septembre 2011

Dé-prescrire chez les personnes âgées !


Dé-prescrire chez les personnes âgées sera probablement l'un des objectifs majeurs de ces prochaines années.
Mais pourquoi vous en parler aujourd'hui ?
Une mouche m'aurait-elle piqué ?
S'agit-il d'une révélation ?
Je préfère répondre : pourquoi ne pas commencer dès aujourd'hui ?

Certains médecins vertueux, que nous louons ici, pourraient nous dire en ricanant qu'il eût mieux valu commencer par ne pas prescrire à tort et à travers et depuis des années avant de lancer des initiatives aussi triviales que celles de réfléchir aux rapports bénéfices / risques des médicaments chez les personnes âgées, et de se poser en médecin vertueux, d'autant plus vertueux qu'on aurait vécu dans le péché auparavant...
Nous n'ignorons pas non plus dans quel environnement nous vivons : un système diagnostique et prescriptif qui combine à la fois la prescription symptomatique (un symptôme, un médicament), la prescription probabiliste (une escroquerie que l'on nous a fait avaler avec enthousiasme depuis des années, et je ne donnerai qu'un seul exemple, celui de l'antibiothérapie probabiliste à la française qui a fait des médecins français les plus gros prescripteurs d'Europe et des germes français les plus résistants de la même zone, au grand profit de la fréquentation des cabinets médicaux et des ventes de Big Pharma) et la prescription préventive instaurée en loi d'airain des bonnes pratiques.
Mais il faut bien qu'un jour ou l'autre les récriminations et les mauvaises pratiques cessent, malgré le système, nous n'entrerons pas ici dans les débats impossibles entre système et individu, qui fait qui et qui fait quoi, l'oeuf ou la poule, et nous prendrons également en compte le fait que les prescriptions superfétatoires, c'est toujours celles des autres, et que les médecins ont toujours de bonnes raisons de justifier les leurs...

Les raisons de dé-prescrire sont doubles : d'abord diminuer la iatrogénie, ensuite peser le bénéfice, ne parlons même pas du risque, de traiter des maladies chroniques chez les personnes âgées et très âgées.

Ce sujet m'a été suggéré par la lecture de deux articles (ben oui la lumière atteint même les ignorants)...
Cela ne veut pas dire que je n'attachais pas, jusqu'à là, d'importance au nombre de lignes de mes ordonnances, mais il faut bien un déclic.
Avouons aussi que le premier stimulus a été la lecture d'une étude cas-contrôle sur l'arrêt de l'aspirine prise à faible dose (75 - 300 mg) chez des Britanniques ayant des antécédents d'événements cardiovasculaires et dans le contexte de la médecine générale : ICI. L'étude disait, en substance, que l'arrêt de l'aspirine chez des personnes ayant des antécédents d'événements cardiovasculaires, entraînait, dans un délai moyen de 3,2 années, une augmentation du risque d'infarctus du myocarde non fatals par rapport à ceux qui n'arrêtaient pas. Je voulais en faire un post mais je ne savais pas trop comment l'aborder : comme une expression ultime du disease mongering (on commence par prescrire des médicaments inutiles et on continue en affirmant que les arrêter sera dangereux) ou comme un avertissement scientifiquement fondé... En tous les cas comme un coup d'arrêt à la dé-prescription. D'ici qu'une étude "montre" que l'arrêt des statines conduit à des événements coronariens fatals dans les 2,5 ans suivants...

Voici les deux articles si vous souhaitez les lire au lieu de subir ma prose réductrice :
Celui de Pierre Biron qui est paru sur le site de Pharmacritique (ICI) et qui permet de lire en lien son Dictionnaire Médicopharmaceutique fort roboratif : LA.
Celui de Ray Moynihan qui est paru sur le site du BMJ : LA.

Pour les paresseux ou pour les non abonnés au BMJ, voici ce que racontent les deux articles.

Pierre Biron (pharmacologue montréalais en retraite dont je n'ai pas trouvé la déclaration de liens d'intérêt sur le net) argumente contre la pharmaco-prévention dans les unités de soin de longue durée qu'il considère comme de l'acharnement. Il distingue la médecine symptomatique (i.e. les prescriptions aiguës) et la médecine préventive. Il donne les exemples suivants :
  1. Les statines : deux soucis : l'efficacité en prévention primaire est douteuse chez des femmes jeunes et a fortiori âgées ; que peut-on en attendre chez des patients très âgés, impotents, inconscients, déments ou dont l'espérance de vie est fortement compromise par des polypathologies ? Une étude menée chez les Veterans (LA) montre que 52 % des patients qui sont morts dans de telles unités recevaient des statines dans les 6 derniers mois de leur vie !
  2. L'aspirine en prévention primaire est assez peu efficace, c'est le moins que l'on puisse dire, même chez les patients diabétiques, contrairement aux recommandations de feu CAPI. La Société Canadienne de Cardiologie la déconseille, même chez les diabétiques : LA. Chez des personnes âgées et très âgées le risque hémorragique n'est pas négligeable non plus.
  3. Les bisphosphonates : guère de place en prévention primaire des fractures ; ne pas dépasser cinq ans d'utilisation ; arrêter de faire des ostéodensitométries inutiles.
  4. Le calcium : aucun intérêt.
  5. Les anti-hypertenseurs : pas de place pour les traitements intensifs des hypertensions bénignes ; pas de place pour un régime sans sel ; pas d'objectifs trop bas chez le diabétique
  6. Les hypoglycémiants : ne pas se fixer d'objectifs trop ambitieux en termes d'HbA1C (mais ne pas hésiter de passer à l'insuline) ; se limiter aux antidiabétiques oraux qui ont eu le temps d'être génériqués ; limiter le nombre de glycémies capillaires au minimum chez les patients équilibrés (4 à 6 dosages par année).
  7. Les psychotropes : des enquêtes montrent que grosso modo 40 % des prescriptions de benzodiazépines et / ou de psychotropes sont injustifiées (enquête américaine) et que l'espérance de vie des déments sous antipsychotiques est diminuée de moitié et que deux tiers des prescriptions seraient injustifiées (étude britannique) ; il serait raisonnable d'écrire un article entier sur l'usage des psychotropes et sur leur rôle dans la non formation des médecins et des personnels et sur le caractère répressif (camisole chimique) de ces prescriptions ; n'oublions pas non plus (docteurdu16) la structure "hôtelière" souvent peu adaptée de ces structures (en fréquentant pour des raisons familiales différents établissements j'ai pu me rendre compte de l'effroi que représentait l'arrivée du soir et de la nuit -- notamment quand les repas sont donnés à 18 heures trente -- pour les hospitalisés et combien la présence d'une gouvernante venant de l'hôtellerie traditionnelle et donnant quelques conseils d'organisation pourrait très simplement améliorer des situations incroyables en termes stricts d'hôtellerie...)
  8. Les anticholinestérasiques : Pierre Biron insiste sur la non appropriation des traitements, sur la nécessité d'en limiter la durée de prescription et sur les pseudo indications qui les déclenchent et, surtout, sur l'aveuglement des soignants qui ne savent pas leur attribuer des effets secondaires pourtant déjà répertoriés : cardiovasculaires notamment (bradycardies) mais aussi fractures...
On le voit, il y a du boulot. Une (petite) étude israélo-néozélandaise (ICI) incluant 70 patients d'âge moyen 82,8 ans et suivis 19 mois montre même que l'arrêt de traitement était indiqué selon les auteurs pour 311 molécules chez 64 patients. A la suite de cet arrêt 2 % des traitements furent réintroduits en raison du retour de la symptomatologie initiale, dans 81 % des cas l'arrêt fut définitif (en tenant compte du refus des patients et des échecs). Globalement, les auteurs prétendent que 88 % des patients rapportèrent une amélioration globale de leur santé. Cette étude est bien entendu critiquable car elle est ouverte et qu'elle est sujette à la subjectivité des auteurs et à leur volontarisme. Mais admettons qu'elle nous éclaire fortement sur les excès de prescription en général.

C'est cette étude que Ray Moynihan met lui aussi en exergue après avoir relaté le cas de la mère de de Johanna Trimble qui raconte son histoire ICI sous forme d'un diaporama (et je vous conseille d'aller y faire un tour, c'est un peu trop démonstratif mais c'est quand même très démonstratif et pertinent). Ce qui est tout à fait étonnant, c'est l'enchaînement des faits : Madame Fervid Trimble, 86 ans, vit dans une résidence pour personnes âgées, fait un épisode de diarrhée associé à des vertiges et se retrouve dans un établissement de soins situé non loin de son domicile. Sa famille se rend compte d'une rapide détérioration de son état après admission avec l'apparition d'étranges nouveaux symptômes qui n'existaient pas auparavant. Après discussion avec le staff médical (docteurdu16 : dans le temps il y avait une pancarte au pied du lit où il était possible de consulter et les traitements et les soins d'un seul coup d'oeil, c'est désormais fini, il faut trouver quelqu'un pour renseigner la famille...) la famille se rend compte que Fervid prend de nouveaux traitements dont un antalgique et un antidépresseur et que les médecins pensent qu'elle est dépressive. La famille ne le pense pas : elle est persuadée que Fervid regrette simplement son ancienne vie, qu'elle se sent en prison à l'hôpital et qu'elle est, tout simplement, triste. Mais ce n'est pas fini : un psychiatre évoque le diagnostic d'Alzheimer et veut lui prescrire un anticholinestérasique. La famille refuse et demande des vacances pour les médicaments. Au bout de quelques jours Fervid va mieux.
Johanna Trimble indique qu'il faut toujours se demander, quand votre mère change, "Est-ce que votre mère prend des médicaments ?" Elle ajoute, mais elle n'a pas de preuves, que l'épidémie d'Alzheimer et de démences en général est peut être liée à la sur prescription de médicaments et de psychotropes en général. J'ajouterai que les antalgiques à effets centraux, opioïdes et autres morphiniques, doivent eux-aussi être suspectés a priori.

Conclusion : Ces deux expériences institutionnelles sont bien entendu une charge contre l'institutionnalisation mais il ne faut pas s'arrêter là. Les patients qui entrent dans un établissement de soins ont aussi des médicaments en trop, les gériatres nous le font assez remarquer (et ils n'ont souvent pas tort), c'est pourquoi il faut entrer dans l'ère de la Dé-Prescription en médecine générale. Il faut aussi que les médecins traitants ne se désinvestissent pas du devenir de leurs patients une fois sortis de leur domicile ou de leur foyer logement non médicalisé. Il faut les suivre malgré l'arrogance des hospitaliers, malgré l'arrogance des gériatres, malgré l'arrogance des psychologues, malgré l'arrogance des personnels à l'égard des médecins traitants, malgré le manque de temps des médecins traitants... Il faut aussi que les familles fassent le forcing et ne se laissent pas avoir par la surmédicalisation et la surmédication. Vaste programme.

Nous y reviendrons souvent.

PS du 15 novembre 2012 : Sept raisons de trop prescrire : ICI

(Bernard le Bouyer de Fontenelle - 1657 - 1757 - par Louis Galloche)

12 commentaires:

CMT a dit…

Je n’aime pas parler de choses personnelles mais il se trouve que j’ai un exemple qui est en plein dans le sujet. Il se trouve que ma mère, plutôt en bonne santé, a connu des épisodes hypertensifs (jusqu’à 20 de HTA systolique) suite à un évènement choquant.
Elle a consulté un cardiologue qui l’a consciencieusement examinée et interrogée. En quelques semaines le traitement pour la tension est passé de 1 à 3 molécules, la tension s’avérant difficile à contrôler, dont un traitement combiné et une molécule récente.
Quelque temps plus tard, je me suis étonnée de voir que ma mère avait perdu son dynamisme, qu’elle semblait absente, ailleurs. Je ne sais plus quel était le problème avec le médecin traitant, je crois qu’il était absent.
J’ai prescrit une prise de sang où il est apparu une créatininémie à 149 qui n’avait jamais existé auparavant, signifiant une insuffisance rénale. Bref, j’ai tout de suite pensé à une possibilité d’interaction médicamenteuse et je me suis mise en devoir de passer en revue les 8 molécules qu’elle prenait, toutes à titre préventif, pour examiner leurs possibles interactions. J’ai rapidement constaté que plusieurs médicaments pouvaient altérer la fonction rénale, entre autres, la molécule la plus récente dont les effets indésirables n’étaient pas bien connus.
Je lui ai demandé d’arrêter la plupart de ses traitements et en ai discuté avec le cardiologue.
En quelques jours elle allait mieux et avait retrouvé son dynamisme et une semaine plus tard la créatininémie était revenue à 92 un mois plus tard, elle était à 65. Et la tension s’est stabilisée avec un traitement réduit.
J’en ai voulu au cardiologue pour avoir prescrit une troisième molécule pour la tension, aux bénéfices et aux effets indésirables mal connus car trop récente. J’en ai voulu au médecin traitant pour avoir additionné au cours des années, quelques 6 molécules différentes, uniquement à titre préventif, chez une personne en bonne santé, selon le schéma mental un risque= un traitement, sans vraiment se soucier de leur effet cumulatif et de leurs possibles interactions.

Dr Galy a dit…

Quel est le médicament qui est le plus facile à déprescrire ??

..

..

Celui que l'on n'a pas prescrit ;-)

Anonyme a dit…

Ma grand mère : 83 ans au compteur, quelques douleurs d'arthrose, un taux de cholestérol un peu au dessus de la norme, un mauvais sommeil...le classique chez les vieux.

En pleine forme, elle conduit sa twingo pour faire ses petites courses au super du coin, habite un appart de 100 m2 qu'elle entretient seule sans aide ménagère, elle se cuisine des bons petits plats même si elle vit seule....

Elle s'est cassée le col du fémur il y quatre ans et elle avait même bluffé le chirurgien par sa récupération sans opération au bout de trois mois. Elle était devenue la mascotte des kinés la maison de convalescence.

Tous les médecins lui demandent : "Quel est donc votre secret de jouvence ?".

Là généralement elle se marre et elle répond : "C'est simple docteur, je ne prends AUCUN médicament sauf du paracétamol de temps en temps pour mes douleurs".

Elle constate toujours en riant que 90 % des gens de sa génération qu'elle connaît qui carburaient à 8/9 pillules par jour, soit ils sont morts soit ils sont perdus la boule !!!

Alors oui dé-prescrire chez les personnes âgées c'est pas du luxe mais c'est surement pas bon pour le business.

docpp a dit…

à Dr Galy

c'est sur... mais

pour ne pas prescrire il faut savoir résister au réflexe un symptôme = un médicament

il faut aussi se demander si le symptôme n'est pas du à un autre traitement et arrêter le médicament iatrogène plutôt qu'a jouter un traitement symptomatique

Il faut se poser la question de l’utilité du médicament pour le patient

Est il vraiment nécessaire?
Que va t'il apporter ?

la dé-prescription de médicaments nécessite une analyse globale de l'ordonnance et des problèmes du patient en essayant de ne pas prescrire plus de 4 médicaments.

Dans mon expérience elle ne pose pas de problème d'adhésion du patient si on l'informe des données actuelles de la Science.( par exemple les études avec les statines n'ont pas montré de bénéfice en prévention CV apres 80 ans)

A ce sujet lire la synthèse faite par les belges qui analysent de manière argumentée les médicaments à prescrire (ou ne pas prescrire) chez les personnes âgées

http://www.farmaka.be/home.php?usub=24&nav=2&lang=be_FR

docpp a dit…

A anonyme


Votre grand mère a la chance de ne pas avoir de maladies graves qui fragilisent beaucoup les personnes agées (par exemple maladie de Parkinson diabète, insuffisance cardiaque,... et qui auraient sans doute rendu nécessaire la prise de médicaments

Ceci dit ,il aurait été tout à fait possible de lui prescrire inutilement plusieurs médicaments : un anti-inflammatoire pour l'arthrose, une statine pour le cholestérol, un somnifère pour les troubles du sommeil, du calcium et un diphosphonate pour l'ostéoporose avec un peu de vitamine D

c'est sur qu'avec un tel cocktail elle aurait eu beaucoup de chances de faire un accident iatrogène et donc de se fragiliser et d'évoluer vers la perte d'autonomie

DB a dit…

En lisant les commentaires, je me demande pourquoi on a inventé médicaments et suivi médical..!;)
Puisque il suffit de ne rien prendre ,ou supprimer les prescriptions pour que tout aille mieux..

docpp a dit…

à DB

relisez attentivement les commentaires ce n'est pas aussi simple

avant de prescrire un médicament il faut évaluer sa balance bénéfice risques (a t il plus de chances de faire du bien que du mal)
cette évaluation ne peut etre qu'individuelle (ce qui est valable pour un patient donné ne l'est pas pour l'autre) et doit être refaite au cours du temps (d’où la nécessité de déprescrire un médicament qui a parfois été utile pendant plusieurs années )

en sachant que plus on vieillit plus on a de maladies , si on donne un médicament pour chaque problème de santé on peut arriver, au fil du temps, à des ordonnances comportant 10, 15 voire 20 médicaments

Or , il a été montré que plus on prend de médicaments, plus on risque d'avoir des problèmes de santé liés à cette prise (iatrogénie)

d'ou la nécessité de déprescrire en ne gardant que les médicaments vraiment utiles et les moins dangereux possibles pour la personne agée

Anonyme a dit…

"Votre grand mère a la chance de ne pas avoir de maladies graves qui fragilisent beaucoup les personnes agées (par exemple maladie de Parkinson diabète, insuffisance cardiaque,... et qui auraient sans doute rendu nécessaire la prise de médicaments

Ceci dit ,il aurait été tout à fait possible de lui prescrire inutilement plusieurs médicaments : un anti-inflammatoire pour l'arthrose, une statine pour le cholestérol, un somnifère pour les troubles du sommeil, du calcium et un diphosphonate pour l'ostéoporose avec un peu de vitamine D"

C'était exactement le sens de mon propos.




" Or , il a été montré que plus on prend de médicaments, plus on risque d'avoir des problèmes de santé liés à cette prise (iatrogénie)"

Il serait interessant de savoir quelle est la proportion de pathologies induites secondairement par la prise de certains médicaments.

Il ne s'agit bien évidemment pas d'être contre TOUS les médicaments mais le trop est l'ennemi du bien...

Deprescrire a dit…

Bonjour,
J'ai pensé que vous pourriez être intéressé par ce lien...
http://www.youtube.com/user/CPAMAude
Le thème de la dé-prescription a occupé une place centrale lors de cette rencontre de pharmacologie dans l'Aude, en novembre 2011, animée par le Pr Montastruc.

Marie a dit…

Je suis infirmière et j'ajouterais bien que l'administration des médicaments quand elle gâche tous les repas d'une patiente est une torture. Et encore plus, quand ils sont écrasés dans le mixé alors qu'on sait très bien qu'on devrait pas les réduire en poudre....

Poutine et Tigrou and Mister T a dit…

Vous avez raison déprescrivez ..On mourra plus tôt et l'Etat pourra récupérer nos retraites. Plus cela va et moins on devrai se soigner d'après certains soignants ou responsables sécu ou politiques. OUI ré-apprenons à mourir à 60 ans comme autrefois. Je veux bien me supprimer si je "vie une vie indigne faite de souffrances" par exemple mais si je peux encore vivre normalement je souhaite que l'on cesse de culpabiliser les patients devenus clients, sinon retournons aux années 30 !

Docteurdu16 a dit…

@ Poutine tigrou et mister t sont des rigolos. Ils ne connaissent ni l'histoire de la médecine, ni la démographie, ni l'ethno-anthropologie. Laissons-les vivre jusqu'à 100 ans.