jeudi 15 novembre 2012

"Le malade pauvre qui a un Iphone, y peut payer un dépassement"


Cette phrase, je l'ai souvent lue sur des forums que je fréquente et dans des déclarations de médecins à propos des dépassements d'honoraires... et du Reste à Charge...
Les gens (médecins) qui disent cela ne se rendent pas compte de leurs propos.

Pour ce qui est des dépassements d'honoraires, le problème est ardu et polémique.
Je ne suis pas un spécialiste de ces questions.
Je vais dire ceci, pour résumer ma pensée :

  1. Je suis a priori contre les dépassements d'honoraires pour des raisons idéologiques qui tiennent à mon éducation et à mes présupposés, comment dire, sociétaux, mais je peux me tromper.
  2. Le problème de la valeur ou du prix de la consultation en médecine générale ne peut être traité de façon globale car les conditions d'exercice sont d'une grande diversité.
  3. Est-il possible de bien "vivre" la médecine générale en consultant en moyenne 20 malades par jour, 5 jours sur 7, 46 semaines par an, soit 4600 actes par an, soit 109 800 euro bruts sans compter les suppléments visites, les rémunérations ALD et l'éventuel Paiement à la performance a) en exerçant en isolé  ; b) avec un associé ; c) avec ou non secrétariat physique ; d) à Neuilly ou à Mantes-La-Jolie ; e) ad libitum ?
  4. Vous pouvez vous poser la même question avec 15, 25, 30, ou 35 actes par jour (pour les situations d'exception consultez en privé.
  5. On le voit, toutes choses égales par ailleurs, le prix ou la valeur d'une consultation sont difficiles à fixer en médecine générale.
  6. Peut-on comparer les rémunérations en secteur 1 d'un spécialiste en ophtalmologie faisant ou non de la chirurgie avec celles d'un urologue exerçant en clinique privée en secteur 2 ?
  7. Peut-on comparer les revenus d'un PU PH avec ceux d'un poseur de stents en clinique privée ?
  8. Je m'arrête là.
  9. La revalorisation du C en médecine générale, pardon du CS, (mais, je le rappelle ici, je ne suis pas spécialiste en médecine générale, seulement médecin généraliste alapapa, voir ICI) est nécessaire pour que les médecins qui consultent peu et longtemps (mais j'ai toujours pensé, ne me sautez pas dessus, qu'il y a toujours eu des lents et des rapides, et qu'il n'est pas raisonnable de payer plus quelqu'un qui résout un calcul vectoriel en 20 minutes que celui qui le fait en 2) puissent être mieux rémunérés mais il me semble peu logique qu'un médecin qui consulte en moyenne 40 malades par jour dans un cabinet de 4 médecins avec un secrétariat et demi ait des augmentations sans changer le contenu de ses consultations. Je me pose pourtant une question : que va-t-il se passer si les médecins généralistes en secteur 1 décidaient du jour au lendemain de faire la grève du zèle, c'est à dire décider par avance qu'ils ne verraient pas plus de 30 malades par jour et s'arrêteraient systématiquement avant le trente-et-unième ? Que diraient les patients ? Que diraient les urgences ? 
  10. Bon, on le voit, rien n'est simple.  
  11. Encore un point (capital) : le niveau de dépassement d'honoraires n'est pas corrélé à la qualité de l'acte. C'est comme si l'on disait que les légumes achetés sur le marché Paris seizième sont meilleurs que ceux vendus sur le marché de Brive-la-Gaillarde.
Pour ce qui est de l'Iphone.
La malade qui a un Iphone et qui est caissière à Lidl, elle fait ce qu'elle veut.
Point barre.
On peut penser qu'elle aurait mieux à faire, mais cette simple idée nous fait entrer dans un domaine mouvant, celui de "Faire le bonheur des gens malgré eux".
Et ainsi, chaque Erémiste, chaque Erésaste, chaque Pôleemploi addict, chaque invalide rentier, chaque smicard, chaque smicard et un peu plus, le plus est assez difficile à définir par un médecin généraliste en secteur I dont les bénéfices non commerciaux (BNC) seraient, selon la CARMF (voir ICI), en moyenne de 55 544 € par an, ou par un radiologue en secteur I de 124 684 € (on est toujours le pauvre de quelqu'un), aurait droit à une Tutelle, dépendrait d'un Tuteur issu de la classe intellectuelle, intelligente et fortunée (bigre, le groupe paraît de plus en plus restreint) ou issu de la classe bien-pensante des gens-qui-savent-ce qui-est-bon-pour-le-peuple (ne vous inquiétez pas, il y en a autant à gauche qu'à droite, chez les ultra libéraux comme chez les crypto-staliniens), un Tuteur qui vérifierait le panier à provisions, qui vérifierait la liste des courses, qui interdirait la consommation de tabac, d'alcool, de graisses poly insaturées (mais autoriserait le cannabis, trop mode, la cocaïne et le reste), de produits non made in France, qui conseillerait les transports en commun non polluants, le camping de la plage et la machine à laver générique, ce même tuteur possesseur d'actions dans des fonds e pension possédant des actions Coca, Philip Morris, Ferrero ou Microsost...
Le "peuple" fait ce qu'il veut et la condescendance de droite comme de gauche est mauvaise conseillère.

Donc, ce n'est parce que l'on a un Iphone, ou d'ailleurs que l'on n'en a pas, qu'on peut et doit payer des dépassements d'honoraires sans barguigner.
Donc, je ne suis pas choqué après réflexion qu'il puisse y avoir des dépassements d'honoraires mais... le tact et la mesure sont une affaire de curseur... Je me rappelle un dentiste de ma famille, aujourd'hui décédé et exerçant juste après guerre, qui me disait qu'il proposait à ses patients des soins dentaires à trois tarifs : cher, normal, bon marché. Le patient choisissait et il faisait exactement la même chose.

(Les mendiants. Pieter Brueghel l'Ancien - 1568)

26 commentaires:

doudou13314682 a dit…

100% d'accord!pour suivre le cirque conventionnel depuis longtemps il me semble clair.que pour la mg les noeuds gordiens sont:
- une capitation partielle
-une ccam des actes cliniques permettant de différencier la pratique
-des primes"performance"peut etre mais indépendantes des choix de la SS et de sa pagaille institutionelle
Aucun des acteurs n'est prét à s engager donc pleurons ou pas;après la société ne profite pas de cet air du temps de la "juste rétribution"de chaque profession trop déstabilisant..

Dr YannnSud a dit…

Dans l'idée "il a 1 iPhone il peut payer un dépassement", je pense qu'il ne faut pas comprendre "il DOIT payer un dépassement" mais "il a les moyens matériels de payer les 10/50/150/200€ de compléments que je lui demande puisqu'il se paye un iPhone qui lui a coûté bien plus."
Après tout à fait d'accord que ces arbitrages appartiennent au patient, il ne faut donc pas en faire porter toute la responsabilité au médecin.

kyste a dit…

@yannsud
Je ne suis pas d'accord car pour l'iPhone, un pourcentage du salaire n'est pas prélevé mensuellement pour payer l'assurance qui te permettrais d'en acheter un. Pour la santé, chaque mois, chaque salarié et non salarié de France cotisent donc il est logique que la personne qui économise pour payer un iPhone soit surprise de devoir payer en plus pour une consultation pour laquelle elle paye un supplément déjà et parfois depuis fort longtemps. C'est pour ça, que le dépassement pose une question et un problème. Si nous étions dans un système entièrement libéral avec le choix de ne pas cotiser à la sécurité sociale, je serai tout à fait d'accord pour une liberté des prix. Dans notre système, je pense que c'est plus difficile. En dehors de ça, parfois la consultation à son prix actuel est très mal payé, comme parfois elle est honteusement chère.

Anonyme a dit…

Bonjour
C'est toute la différence entre une vision commerciale et entrepreneuriale (Apple) et une vision non-marchande (la santé, dans l'idéal). La santé ne devrait pas être un commerce ! (ce qui n'emp^che pas de gagner correctement sa vie en pratiquant le métier de soignant).
Tout n'est pas si noir, pour mémoire on se rappelle que la politique pharmaceutique européenne est passée en 2009/2010 de la direction entreprises à la direction santé et consommateurs :
http://english.prescrire.org/Docu/Archive/docus/Congrats_switchFinal.pdf
amitiés
Dr Goro

Docteurdu16 a dit…

@ Goro La médecine va devenir une des branches à part entière du consumérisme. Que Choisir ? l'a compris en faisant des tests à l'aveugle chez les médecins. Le Nouvel Obs et Le Figaro également qui classent les hôpitaux en fonction, par exemple, de leur taux d'infection nosocomiale... Mais pour ne pas avoir d'infection nosocomiale, il suffit de ne pas les déclarer ! Et c'est ce qu'ils font. Le taux de non déclaration des effets indésirables graves est identique à l'hôpital et en ville. Il est vrai que le critère de gravité Hospitalisation est incompréhensible pour les médecins hospitaliers puisque les malades sont déjà hospitalisés !
Les experts de l'Education Nationale ont mis l'élève au centre du système éducatif, ce qui, en théorie, pourrait ne pas être idiot, mais les dérives sont constatées tous les jours ; maintenant le patient va être placé au centre du système de soins mais non pour que le patient soit mieux soigné mais pour que la consommation augmente.
Nous y sommes presque.
Bonne soirée.

CMT a dit…

Aaaahhh. Ces salauds de pauvres qui viennent prendre le caviar dans la bouche des riches. Cela peut sembler démago de le dire comme-ça mais c'est ce qu'on nous fait comprendre depuis quelques années au travers des discours des hommes politiques et des grands titres de presse.
Un bon pauvre est un pauvre comme il faut. Seuls les pauvres méritants devraient être aidés. Tellement méritants et tellement comme il faut que de moins en moins de personnes sont éligibles aux aides publiques.
Il ne viendrait à l'esprit de personne de reprocher à Bernard Arnault ou autres Pinault d'avoir acheté un Yacht plutôt que d'investir son argent dans les bonnes oeuvres. Tellement la richesse suffit à rendre irréprochable et inspire un IMMEEEEEENSE respect.

Le docteur SBK a dit…

et parfois ceux qui ont un Iphone ne sont pas assez aisés pour avoir une assurance ou roulent sans permis.

Je me souviendrai toujours le jour où je suis entrée dans une masure où les enfant dormaient sous des couvertures sans drap, pas de peinture aux murs, mais une superbe télé trônait sur le buffet. Affaire de priorités

1bouffeematinetsoir a dit…

la majeure partie de mon taf consistant à écouter les patients et à ce qu'ils se sentent entendus,je ne suis évidemment pas d'accord avec la discrimination lent/rapide. Résoudre une consultation même simple en moins de 5 minutes, ce n'est pas faisable. Ou alors pas bien.

zigmund a dit…

même analyse que 1bouffeematinetsoir depuis que la valeur du CS stagne et que mes revenus baissent (et mm si je suis rare je ne suis pas le seul) j'ai tenté de faire en 5 minutes ce que je faisais en 20 ou 30 et je n'y arrive pas...et les rares fois où j'y parviens
-soit c'est un djeun's sans pb et j'ai tendance à fêter l'évennement en discutant un chouia avec lui
-soit c'est un beau baclage de consult et je m'en veux à mort pendant des mois :( un ex :je travaillais dans une consult glaucome surcharhée 70 malades sur la journée et j'ai vu un patient je l'ai super bien examiné en 5 mn pour obeir au patron qd il est parti je me suis aperçu que j'avais juste oublié de mesurer sa pression oculaire !)
pour l'iphone ce n'est pas une marque de richesse c'est un choix j'ai connu des smicards qui mettaient tout leur argent dans un super voyage que leur enviaient leurs potes, d'autres choisissent la belle voiture ou l'écran plat géant... affaire de priorités nous n'avons pas à juger
j'estime qu'une CS de + de 20 minutes en oph avec explications (et présence face au malade ) vaut entre 70 et 80 €

Docteurdu16 a dit…

@ Je suis d'accord avec zigmund pour les C d'ophtalmo qui devraient être réévaluées. Je parlais des C de médecine générale. Pour une rhinopharyngite chez un enfant que l'on voit au moins 4 fois par an et dont on connaît les frères et soeurs et les parents, il n'est pas besoin de passer, trois heures...Le "renouvellement" d'un patient connu depuis 10 ans demande de l'attention et pas forcément du temps. Et cetera... L'écoute, c'est bien, mais très cher Zigmund, le maître l'a dit, cela ne suffit pas... Je plaisante. Je n'ai jamais dit que 5 minutes de consultation, c'était bien, mais, en termes d'écoute, c'est 7 en GB et moins en Allemagne...
Bonne journée.

CMT a dit…

Pour l'I phone, je dirais que moins les gens sont éduqués plus ils sont sensibles aux pressions de la société de consommation et à la publicité. Des parents pauvres vont se saigner à blanc pour offrir à leurs enfnats la dernière PS ou la TV dans la chambre que nous ne voudrions surtout pas qu'ils aient et que les parents éduqués évitent d'acheter. Mais c'est pour eux la plus grande preuve d'amour.

Pour la durée de consult, on ne peut pas nier qu'il y a des typologies. Les typologies lentes, comme moi, ont plus tendance à être dans la sympathie, à ne pas cadrer, à se laisser déborder par les demandes des patients ... et à se plaindre ensuite qu'ils sontmal payés pour ce qu'ils font. Mais je m'améliore avec l'expérience et je cherche un équilibre entre durée et qualité. Le facteur déterminant de la durée reste la complexité des problèmes, mais les questions du patient aussi. Les parents éduqués posent beaucoup plus de questions. L'argent n'est pas mon problème (salariée)
Pour les revenus des généralistes la différence entre tes chiffres et les miens, vient de ce qu'une partie (24% en 2005) du revenu des MG libéraux proviennent du salariat.
La profession s'est aussi féminisée et les femmes médecins "préfèrent le de loisir" http://www.liberation.fr/economie/0101304144-ces-medecins-qui-preferent-le-loisir (on voit que c'est un homme qui a écrit ça). Finalement, la révalorisation du C est un bon indicateur pour les revenus libéraux. Elle a été très importante (plus de 30% en 11 ans) permettant aux MG de rattraper les spés qui cherchent à maintenir l'écart en multipliant les dépassements, que les MG ne font pratiquement pas.
La CPAM considère, par principe, qu'il faut appliquer une surcôté à un acte qui est pratiqué par un spécialiste (valorisation de la spécialisation)
Les comparaison avec l'étranger sont douteuses. Les MG britanniques sont deux soif moins nombreux que les français, ils sont en bout de chaîne et ont un rôle important de coordination. Les MG allemands mettent dexu fois moins de temps à voir les patients. Les MG américains sont les plus grands dispensateurs d'actes inutiles, sont sous le contrôle des assureurs privés.
Ergo...

doris_ide a dit…

A propos d’OPH, de durée de consultation et de dépassements d’honoraires et:
- Chirurgien OHP rencontré cet été avant chirurgie pour cataracte : durée de la cs préopératoire : 4 minutes, prix 90 euros (comprenant, il est vrai, les deux contrôles post-opératoires, dont la durée n’excède pas les 3 minutes), chaque rencontre avec le chirurgien est précédée d’un examen par une orthoptiste (enfin, je suppose que c’est son titre)
- Prix de l’intervention : 150 euros de dépassement / par œil
- Nombre d’interventions dans une journée (je ne sais pas le nombre de jours opératoires dans la semaine) : 30
- Je suppose qu’il paie l’orthoptiste de sa « poche », les implants, paie-t-il sa secrétaire ?, combien reverse-t-il à la clinique ?
Mais cela laisse rêveur !
Le chirurgien est charmant, les interventions se sont très bien passées, le résultat est parfait, mon mari a retrouvé une vision presque parfaite, plus de myopie, reste la presbytie.

Signé Doris Une infirmière : 32 ans dans un grand CHU, ayant beaucoup de respect pour les internes et leur rythme de travail. Je comprends leur combat mais celui des spécialistes pour leur dépassement beaucoup moins …

Chantal a dit…

Par rapport à votre titre, personnellement j'ai eu droit par une directrice de cabinet médical allemand m'entendre dire que "les patients du systhème obligatoire n'ont pas tous payé par leur caisse" pour justifier le dépassement honoraire volontaire d'une facture pour ma caisse d'assurance privée! Or la différence entre le montant exigé entre le "obligatoire" où est demandé selon Web 80 ou 90 euro, et pour cette caisse privé le maxi autorisé est de 320 euro. Je trouve la diffénece déjà pas mal mais non la personne exigea 15 euro de plus afin que le "privé" paye aussi un peu de sa poche. Or le "privé" n'a pas tout prix en charge (la franchise existe aussi), une mutuelle est utile (mais que faire quand on ne peut point obtenir une? la différnce est à sa propre charge). Donc, il y a aussi un peu d'arrongance chez certains.

Bonne journée

Docteurdu16 a dit…

@ CMT Je me permets de réagir à cette phrase : "La profession s'est aussi féminisée et les femmes médecins "préfèrent le de loisir" " qui me fait doucement rire. Les femmes généralistes autour de moi sont surtout les esclaves des tâches domestiques (y compris les enfants) que leurs maris respectifs ne font pas... C'est un détail. Elles travaillent moins au cabinet également pour ne pas que leurs revenus écrasent trop ceux de leur mari...
Bonne journée.

CMT a dit…

A JCG
Oui, j'ai trouvé la phrase vraiment tordante aussi. Disons que la règle générale est plutôt que les femmes se plient en quatre pour que ni enfants, ni conjoint ne pâtisse de leur ambition d'avoir aussi une vie professionnelle, en assumant des tâches non rémunérées et non reconnues socialement. Une étude de 2001 qu'onpeut trouver sur internet (le partage de temps pour les hommes et les femmes), montrait que si le temps de travail total était équilibré dans un couple sans enfants l'arrivée des enfants est une catastrophe au niveau temps personnel pour les femmes (ça donne à réfléchir mais il est trop tard pour moi) et qu'en ayant 15hs de moins par semaine d'activité professionnelle, les femmes arrivaient tout de même à travailler quelques 17hs de plus sur la semaine que leurs conjoints.
Edifiant.

zigmund a dit…

@Doris
médical S1 j'ai qq questions et précisions :
un chir S2 qui prend un dépassement de 150€ sur l'intervention et 90€ pour 3 Cs courtes ça ne me semble pas monstrueux
si les CS ont été courtes c'est qu'elles étaient simples
le chir paye le personnel le bloc la secrétaire l'orthoptiste
en général l'implant est pris en charge par la sécu sauf implant torique ou implant progressif
l'intervention sur la cataracte n'a pas été revalorisée et le matériel coute cher.
une question néanmoins : il existe des chirurgiens S1 dans les CHU et qq vieux chir S1 en privé rien n'empechait votre mari de s'adresser à l'un d'eux (ceci dit sans aigreur)
depuis 1990 du fait de l'ECN puis du blocage des honoraires la plupart des oph sont chirurgiens et la plupart sont S2

Chantal a dit…

@Doris : un de mes amis a subit l'intervention d ela catarcate, les deux intervention rien que pour le chirurgien avec les implants ont atteint la petite somme d'un peu plus de 2600 Euro (avec un dépassemnt de 300 euro), s'ajoute les visites de contrôle chez l'ophtalmologue traitant (n'opére point la cataracte) soit dans les 400 euros de plus et celui de l'anésthesiste. Comme, je ne connais point le total en France, vous pouvez avoir une idée d'ici (pour le "privé"; pour l'"obligatoire" - aucune idée).

Quand la facture est arrivée ca a fait un petit choc!

@Désolé Zigmund! Mais, la prise en charge n'est pas forcèment mieux à ce prix là que celui en France.

doris_ide a dit…

@sigmund :
Quelques précisions et une question:
Le prix ne m’a pas semblé monstrueux, je voulais juste dire que l’exercice de ce chirurgien me paraît « confortable ».
Mon mari (qui n’est pas du milieu médical ni paramédical) a suivi les conseils de son OPH qui le suit depuis 30 ans, qui est S2, mais qui n’opère pas ou plus (je ne sais pas). Il est possible qu’au CHU, où j’ai travaillé, l’intervention aurait été réalisable mais j’ai laissé mon mari libre de ses choix. Il a confiance en son OPH traitant. De la même façon qu’il a réalisé son dosage des PSA quand son médecin traitant (qui ne doit pas lire Prescrire) lui a prescrit un bilan malgré mes informations mais il est vrai que je ne suis qu’infirmière ! Mais nous nous égarons.
Question : Pour ce qui est du personnel payé par le chirurgien : paie-t-il tout le personnel de bloc, celui de la salle de réveil … cela en fait du monde ?! Là pour le coup, il ne rentre pas dans ses frais.
Vous le dites « sans aigreur » mais vous le dites ! Donc les gens sont en quelque sorte responsables d’avoir payé un dépassement !
Je lis votre blog, Sigmund, j’apprécie votre « humanité » donc lisez ces lignes sans le prendre comme une critique envers vous-même.
Respectueusement.
Doris

zigmund a dit…

@Doris
je crois mais n'en suis pas sûr que le chirurgien paye une redevance à la clinique pour utilisation du bloc
mais la clinique est l'employeur
si la secrétaire est spécifique au cabinet d'un chir (ou d'un groupe d'oph) c'est le chir(ou le groupe SEL ou SCP) qui la paye mm si c'est en clinique ; étant tout seul dans mon coin j'espère ne pas avoir écrit trop de bêtises (je ne joue pas dans la même cour que ces gens que je soutiens )
pas de pb avant d'être oph j'ai été infirmier remplaçant et c'est un aide soignant qui m'a montré ce qu'il fallait faire puis j'ai été un (mauvais)MG immature et inconscient.
j'ai mal interprété votre intervention sur le dépassement sur chir cataracte je pensais que vous vous en plaigniez
je laisse la majorité de mes patients choisir leur chirurgien et pour des questions pratiques je les pousse plus souvent vers des chirurgiens S1 mais certaines chirurgies (rétine) ne sont réalisées que par des oph S2
pardon à doc du 16 de ce long comm spécialisé

Picorna a dit…

Mes collègues chirurgiens dans ma clinique paient leur aide opératoire et l'utilisation du bloc à l'heure à la clinique.
De même, les infirmières anesthésistes sont employées des anesthésistes et pas de la clinique.

Les pratiques peuvent varier d'un établissement à l'autre.

Anonyme a dit…

"que va-t-il se passer si les médecins généralistes en secteur 1 décidaient du jour au lendemain de faire la grève du zèle, c'est à dire décider par avance qu'ils ne verraient pas plus de 30 malades par jour et s'arrêteraient systématiquement avant le trente-et-unième ? Que diraient les patients ? Que diraient les urgences ? "
docdu16, je comprends pas la phrase-question Là ?? c'est sincère ou c'est ironique ? Pour ma part et je ne suis pas le seul là où je travaille, on a tous finit par faire ça car, après moultes tentatives pour permettre ce qu'on appelle l'accès aux soins, rien n'y fait: l'activité ne fait qu'augmenter (départ en retraite, consumérisme, autres phénomènes paranormaux inexpliqués ....). Donc au bout d'un temps, oui j'ai, la mort de MG dans l'âme, plafonné pour pouvoir finir à des heures décentes (20 heures bien entendu). Les patients sont pas contents, les urgences non plus d'ailleurs (ils étaient pas contents avant non plus) donc j'attends la coercition ? Merci de m'en dire plus sur ce que vous entendiez dans votre question. Merci
tl

Docteurdu16 a dit…

@ Anonyme. Ce n'était pas une plaisanterie. Mais le problème est le suivant, je n'ai pas eu le temps de retrouver les chiffres, mais le nombre moyen d'actes par jour est loin d'être de 30 pour un MG, il est beaucoup plus bas. Il y a beaucoup de médecins qui sont en dessous. Cela ne va pas durer mais c'est ainsi.
Bonne soirée.

UFML a dit…



Cher confrère,

Respect, dignité, reconnaissance, considération quatre mots indissociables de l’activité médicale, quatre mots pourtant oubliés au fil du temps…

L’UFML se bat pour remettre ces valeurs simples, intemporelles et incontournables au centre de nos vie professionnelles.

Nous sommes médecins, nous entendons retrouver les valeurs qui guident notre art médical dans l’union. Ainsi nous décidons par notre engagement de ne plus subir et de reprendre la responsabilité de l’avenir de notre profession, de l’avenir du soin, et de la protection du système solidaire.

Nous décidons d’aborder et revendiquer une juste reconnaissance, une juste rémunération afin que les tarifs de base soient identiques à la moyenne Européenne et non au plus bas de celle-ci.
Nous refusons de voir lentement disparaitre la médecine générale du fait de l’épuisement de ses acteurs, de rémunérations indignes et de la diminution des choix pour cette spécialité.

Nous avons donc décidé de nous lever, de retrouver la fierté d ‘être médecins, de nous unir, quelque soit nos professions médicales ou nos secteurs d’activité.

Nous refusons les réseaux de soins : nous refusons de perdre notre liberté et notre indépendance, qui seules garantissent la qualité de notre art médical.

Nous refusons que nos patients perdent leur liberté de choix, soit du fait de la disparition du secteur libéral, soit du fait de contrats et de chantages au remboursement!

Nous sommes médecins et il en va de notre responsabilité de prévenir et d’alerter quand une loi est dangereuse pour nos patients! C’est notre devoir que de nous opposer aux avenants et propositions de loi qui portent atteinte à la qualité des soins.

Nous refusons de voir notre système livré à la cupidité d organismes aux
comptes opaque légalisés. Nous ne voulons pas devenir les variables d’ajustements d’un système de santé marchandisé.

On ne transige pas avec la liberté, on ne marchande pas l’indépendance!..... .,

Le 02 Décembre à 14 h, à Paris, au coté des syndicats non signataires BLOC et FMF, nous manifesterons du Sénat à la Mutualité pour défendre nos valeurs, nos droits et ceux de nos patients.

Parce qu’après trente ans d’erreurs conventionnelles et de promesses non tenues nos professions sont en danger, nous vous attendons à nos cotés.

Le Bureau
UFML
www.ufml-asso.fr

Suzifu a dit…

Oulala mais je ne suis absolument pas d'accord.
Déjà le problème des dépassements est juste un faux problème lié à des tarifs sécu bien trop faibles. Augmentez les tarifs sécu (plutôt remettez les a leur valeur réelle) et Bim, plus de dépassements.
Notre état, dans sa grande bonté,a decide de payer les soins de toute la population, soit, mais alors il doit les payer à leur juste valeur. Je trouve honteux de brader les honoraires des médecins gé sous prétexte que la secu n'a pas les moyens De les payer au tarif réel (cf le reste du monde où on se fait juste 4 fois plus). Je n'ai pas fait médecine pour l'argent, mais avec quand même en tête l'idée d'un certain confort de vie. Si j'avais voulu me faire 5000 euros par mois, j'aurais fait 4 ans d'études et j'aurais profité de ma jeunesse.

Anonyme a dit…

Bonjour,
Je suis pauvre, mon seul loisir c’est mon abonnement téléphone/internet à 19,90€ par mois,j'ai un iPhone que j'ai gagné à un jeu-concours sur internet, je m'en sers pour écouter de la musique et j'ai honte de l'avoir, car certains peuvent croire que je dépense bien mal le peu que j'ai.

ES a dit…

Suzifu a écrit: "Je n'ai pas fait médecine pour l'argent, mais avec quand même en tête l'idée d'un certain confort de vie. Si j'avais voulu me faire 5000 euros par mois, j'aurais fait 4 ans d'études et j'aurais profité de ma jeunesse."

J'espère que c'est une blague...
Vous en connaissez beaucoup, des gens qui ont un diplôme de niveau bac+4 et gagnent 5000 euros par mois (somme que vous avez l'air de considérer comme ridicule, mais il y a moins de 10% des salariés qui gagnent cette somme) ? Moi pas... En revanche, je connais par exemple pas mal de salariés à bac+8 (thèse en sciences, parfois suivie de plusieurs années de post-doc avec des statuts précaires) qui en gagnent la moitié. Je crois que vous êtes un peu déconnecté de la réalité...