dimanche 28 avril 2013

Le mur des khons à la sauce médicale.


L'affaire du local (privé) du Syndicat de la Magistrature où l'on a trouvé le fameux "Mur des cons" mériterait de nombreux commentaires (qui ont déjà été faits). Je m'abstiendrai d'en rajouter une couche.
Enfin, si.
Un commentaire : le Syndicat de la magistrature se dit de gauche. Il a été attaqué très souvent pour sa partialité (par la droite). Et violemment. Le Syndicat de la magistrature est un donneur de leçons. Il prétend s'attaquer aux puissants et défendre les faibles, lutter pour l'indépendance, et cetera. La pauvreté des arguments de défense du Syndicat (voir ICI) est ahurissante. Que le niveau de réflexion d'un syndicat de magistrats soit aussi basique, et ils ont eu le temps de réfléchir, me sidère. Il y a aussi un Communiqué de presse sur le site qui est du même tonneau (LA). L'entretien (exclusif) (sic) accordé au journal Le Parisien par la présidente du Syndicat de la magistrature (SM, nous ne ferons aucun commentaire sur l'acronyme), Françoise Martres, et son secrétaire général, Eric Bociarelli, est assez croquignolet : 
  1. Le "mur des cons" s'attaquait aux idées pas aux personnes (c'est le titre de l'entretien). Le distinguo subtil ne nous convient pas mais c'est plaidable. Il est évident que lorsque l'on dit que Jacques Servier est un khon, par exemple, on ne vise pas sa personne, seulement ses idées...
  2. C'est pas nous qui avons commencé dit EB : "Nous étions sous pression, et ce mur était un exutoire satirique confiné dans un espace privé."Cet argument de cour d'école pourrait donner des idées aux avocats pour leurs plaidoiries. 
  3. Les images ont été volées, voilà un argument fort à mon avis et il est fourni deux fois, par EB "Cette droite que nous combattons a vu dans ces images volées le prétexte qu’elle attendait pour nous faire taire." et ici : "Christiane Taubira feint d’ignorer qu’il s’agit là d’images volées exprimant des opinions privées. Notre parole publique n’a jamais été prise en défaut."Il est vrai que cette circonstance est préoccupante mais elle semble bien acceptée quand il s'agit d'écouter les conversations privées de Jérôme Cahuzac. La jurisprudence Plenel, à savoir, comme j'ai été méchamment écouté par les sbires de Mitterrand, je fais pareil avec la FFF ou Cahuzac, est devenue une évidence publique que personne ne remarque sinon les ennemis (forcément de droite et d'extrême-droite de Mediapart) de la transparence comme vertu républicaine. A lire un billet de blog de Véronique Hurtado (ICI) sur le site Mediapart qui ne manque pas d'humour mais qui mélange beaucoup de choses dont les suicides de salariés (c'est bon, cocotte, cela fait vendre...) en n'y connaissant rien, et qui nous donne une super idée sur le nom de Mélenchon (qui apparaît tout jeune sur les affiches...).
  4. A la réflexion  du journaliste du Parisien "Deux pères de victimes étaient également épinglées" FM répond que les idées de ces deux personnes étaient condamnables et quand on voit ce que FM leur reproche "suppression du juge d'instruction" pour l'un et "plus de répression" pour l'autre, on se demande si Madame la présidente sait ce qu'est un délit d'opinion ou la simple liberté d'expression.
  5. A la question "Etes-vous de gauche ?" FM répond sans sourciller : "Pour autant, nous ne sommes affiliés à aucun parti politique. Nous avons d’ailleurs critiqué plusieurs fois Christiane Taubira sur ses atermoiements."Cette réponse est obligatoirement fausse, nous ne cherchons pas, mais il est certain qu'au moins un membre du SM a, est ou a été membre d'un parti politique. Quant à l'argument de la critique de la ministre de la justice comme justification de l'indépendance, il est pitoyable et indigne d'une magistrate. 
  6. "Ce mur ne pose-t-il pas la question de votre impartialité ? " demande encore le journaliste. Eh bien, la réponse de FM ne déplairait pas à Daniel Floret et à Bruno Lina : "On peut être un juge engagé et exercer son métier de façon impartiale."Je crois que FM devrait relire les grands classiques de la sujétion, dont la fameuse, trop fameuse expérience de Milgram (ICI). Un séminaire de SM à programmer... Mais la fin de la réponse est savoureuse : Puisque l'UMP le fait, on le fait.
  7. Nous terminerons par ce propos fort d'EB :"Notre parole publique n’a jamais été prise en défaut." Si : dans cet entretien.
Pourquoi je vous parle de cela ? Ce n'est pas mon domaine, ce ne sont pas mes oignons. Si. Quand même. Les magistrats que je verrai, si, je ne l'espère pas, je passe devant la justice, je me demanderais si, à la suite de mon post, je ne suis pas sur un mur des cons.

Enfin, le mur des cons m'a fait penser à mon blog.
Plusieurs personnes m'ont dit et écrit que mes propos critiques contre certains médecins pouvaient passer pour des attaques personnelles, qu'elles étaient mal venues et qu'elles pouvaient blesser ou qu'elles pouvaient faire penser que je m'attaquais ad hominem et non es qualités. J'y réfléchis. Je pourrais dire, comme le SM, que ce sont eux qui ont commencé... Mais surtout que leur pouvoir de nuisance médiatique est beaucoup plus fort que le mien. Mais il est possible que mon blog soit une sorte de mur des khons.

Et le mur des cons m'a fait penser à l'e-santé. 
Il y a un truc qui me chiffonne sur les blogs médicaux tenus par des médecins et à la lecture des tweets émanant de confrères (mais il peut y avoir des pseudos qui donnent le change), c'est le patient bashing.
N'est-ce pas, d'une certaine façon, un mur des khons à l'extérieur d'un local syndical ? Mes malades sont khons et cela me soulage de le dire. Mes malades sont khons et je l'affiche. Mes malades ne comprennent rien et je raconte les anecdotes. Cela me permet d'évacuer mon stress que de dire que mes patients sont khons... Les écoles de marketing, celles qui sont sérieuses, affirment qu'il n'est pas possible de vendre un produit si on méprise son client... Comment "vendre" une relation avec un malade s'il sait, le malade, qu'il est possible que "son" médecin dise du mal du patient quand il a le dos tourné ? 
Imagine-t-on un médecin bashing ? Des blogs de patients consacrés uniquement à dire du mal de ce khonnard de médecin que l'on vient de voir en consultation ? Que diraient les médecins ? ne protesteraient-ils pas ? Même sous le couvert de l'anonymat. Dans le genre "Mon médecin ne comprend rien à ce que je lui dis. Je lui dis que cela me gratouille et il pense que cela me chatouille... Ah le bouffon..."

Bon, on se calme.

Cela dit, dans le même genre, le dernier billet de Des Spence, ICI, est consacré aux patients qui ne se rendent pas aux rendez-vous hospitaliers (10 % des patients) (en anglais DNA : Do Not Attend). Il raconte que tout le monde s'indigne, que cela fait perdre beaucoup d'argent au NHS, qu'on leur envoie des courriers courroucés, qu'on voudrait leur coller des amendes, qu'on prévient les journaux... Pourquoi ne pas les afficher sur un mur des khons ? Et que dit Spence ? Il défend les lapinous (ceux qui posent des lapins) : les lignes téléphoniques des hôpitaux sont injoignables et, l'argument est assez surprenant et rarement mis en avant en France, il existe des variations d'adressage des patients à l'hôpital allant de 1 à 10 entre les médecins... ce qui ne peut manquer de dérouter les patients. 
Je voudrais rajouter ceci : si Des Spence souligne qu'il y a beaucoup de rendez-vus annulés par les hôpitaux la consultation hospitalière en France est véritablement scandaleuse si on la compare, par exemple, à la consultation libérale. Faudrait-il, au lieu de vilipender les patients qui ne se rendent pas à leurs rendez-vous (ce qui n'est pas bien, nous ne les excusons pas, nous en sommes les victimes tous les jours ou presque) sans prévenir, rapporter les conditions de la consultation dans de nombreux hôpitaux publics ? Des exemples à afficher sur le mur des khons médecins ou sur le mur des khons institutionnels ? Je donne quelques exemples : annulation des médecins au dernier moment ; consultations où les retards se comptent en heures ; convocation de tous les malades à la même heure pour que la caisse de l'hôpital puisse récupérer l'argent ; arrivée des patients à six heures du matin pour être les premiers sur la liste d'attente...

Je suis sorti de mon sujet mais j'y suis revenu avec une grande facilité. Non, les patients ne sont pas des khons attardés que l'on attaquerait sur leurs idées et pas sur leurs personnes. Non, il n'est pas bien (je veux dire rentable moralement) de taper sur les patients à longueur de blogs et de tweets, une façon différente de celle (ancienne) de nos mandarins pour exprimer l'arrogance médicale et le mépris de ces pauvres citoyens qui ne sont même pas capables de comprendre les enjeux de la Santé Publique...

Après avoir défendu les patients, enfin, je crois, je vais parler ensuite du e-patient (à suivre).

PS du 12 mai 2013 : une Tribune de magistrats dans Le Monde me rend perplexe : la réflexion de ces juges sur les conflits d'intérêts est très en amont des conceptions que nous avons.  Voir ICI

PS du 28 septembre 2015 :  la présidente du syndicat de la Magistrature est renvoyée en correctionnelle : ICI.

14 commentaires:

SylvainASK a dit…

Mince alors, je comptais voir des noms de médecins !!! Et surtout vérifier que le mien n'y était pas. Blague à part, bien dit pour la défense des patients.

Anonyme a dit…

Je m'étais inscrit à une conférence au CERI/Science-Po ; constatant que je ne pourrais me rendre à cette conférence je suis allé sur le site pour annoncer ma défection : rien n'était prévu pour ( ou alors l'option était bien discrète ?).

Qu'un syndicat de la magistrature ou de la médecine affiche en ses locaux un mur des cons ne me choque pas, du moins si cet affichage ne se présente pas dans la salle d'entrée ouverte aux visiteurs. On a ses humeurs ! Il est vrai que venant d'un donneur de leçon es impartialité cela fait désordre ! ( mais je crois comprendre que c'est la pauvreté de la défense du SdM qui vous afflige : ce syndicat aurait-il avoué tout de go être parfois sujet à des mouvements d'humeur que vous ne l'auriez pas autant pris en grippe ?)

Merci d'avoir rappelé le temps d'attente parfois très long dans les hôpitaux et surtout, surtout, la très grande difficulté à joindre les services de rdv pour prendre ou annuler une consultation !

Chantal a dit…

Deux aspects sur le même objet: une consultation ophtalmologique! Ayant pris avec un Dr K, vu de loin en accompagnant une personne au cabinet consulter un autre médecin, je sens que ce Dr K et moi, cela collera point. Donc, j'annule ce RV prévu pour une dizaine de jours plus tard.

Quelques mois plus tard, un autre RV chez le même cabinet avec le Dr F - et au lieu du Dr F ai eu le DR K! Sans que le patient soit prévenu d'avance, on lui impose un médecin qu'il n'a pas choisi. La consultation n'est pas passé très bien.

Donc, si les médecins peuvent se plaindre des RV annulés, les patients peuvent également se plaindrent des médecins, non?

Il y a une vingtaine d'année - mon père avait RV chez un médecin hospitalier qui deux, trois jours avant la consultation demande de la reporter à deux semaines plus tard. OK pas de problèmes, le hic est que deux semaines plus tard mon père avait presque 40°, donc pour conduire pas génial, et demanda un report du RV de quelques jours. La réponse du médecin fut dans 2 mois alors.

Donc, les torts sont partagés! Autant que les médecins puissent enrager de leur patients, les patients le peuvent aussi de la part de leur médecin. Soyons équitable dans le discours, pas comme notre classe politique.

Bonne soirée



Anonyme a dit…

les patients sont suffisamment matures et adultes pour se défendre eux-mêmes. La proportion de khons y est identique à la moyenne des khons chez les médecins. Vouloir redresser les torts des khons c'est bien mais l'essentiel est: "on n'est jamais responsable de la faute d'un autre", surtout s'il est khon ...

Gélule a dit…

Tres franchement Docdu16, je crois avoir lu autant de "mon medecin est khon" que de "mon patient est khon" que ce soit sur Twitter ou sur des blogs :)

Docteurdu16 a dit…

@ Gélule : très franchement, vous pensez que c'est comparable ? La responsabilité professionnelle des médecins est différente de l'activisme consumériste. Soyons prudents avec nos patients : nous entretenons une relation particulière avec eux, ne mêlons pas des tiers publics.
Bonne journée.

GdA a dit…

Reflexion tres pertinente, une fois de plus.

Anonyme a dit…

Un peu généraliste ce billet quand même ! Ce n'est pas parc qu'un médecin a des connaissances parfaites de son métier qu'il est forcément "pas Khon" et inversement,le patient peut ne pas avoir ces mêmes connaissances et n’être qu'un "Khon"... Je connais par ailleurs un système de santé khon appelle "hopital public" ou les secrétaires ne sont même pas capables de saisir ou envoyer un rendez-vous de consultation sur papier aux patients, voire une standardiste capable de passer une communication téléphonique dans un service bien spécifique...A mon avis, le problème ne réside pas dans le fait d’être khon ou pas khon, puisqu'on peut dans une journée, passer de l'un à l'autre ,qu'on soit médecin ou patient (même le médecin peut être patient et patient d'ailleurs)... il réside surtout dans la pathologie du siècle qu'on appelle selon moi, "le dialogue de shyzo" ;-)

Hugues a dit…

[Voir]
Hugues

bill a dit…

Sur la question des rendez vous non honorés par nos patients, je pense qu'une réflexion est necessaire. Il n'est pas banal de ne pas se rendre à un rendez vous qui concerne sa santé.
Entant que généraliste, j'essaie toujours d'en connaitre la cause en rappelant sytématiquement les personnes qui ne sont pas venues à leur rendez vous.
les causes en sont multiples, mais il en est une qui est récurente: c'est la honte!
beaucoup de patient n'ose pas venir car ils craignent de nous décevoir: ils n'ont pas bien suivi un traitement, ils n'ont pas fait l'examen prescrit, ils n'ose pas parler de ce qui les préocupent vraiment, ils consomment trop d'alcool et craignent d'en parler et d'ètre jugés...
les personnes indélicates par "kohnerie" sont en fait rares dans mon expérience.
c'est un vrai sujet qui mériterait une étude si ça n'a pas déjà été fait.

Anonyme a dit…

En fait, les ''lapins'' ne me dérangent pas, car j'ai toujours une ou deux consultations qui débordent (problème psy, pathologies compliquées ou multiples) et ils me permettent parfois de retomber sur mes pieds dans mon agenda. Je dis d'ailleurs à mes patients que je préfère qu'ils ne viennent pas, plutôt que de venir en retard à un rdv.
Pour ce qui est du sujet de ce billet, je trouve dommage que certains confrères, même après une installation de longue date, ont encore la nostalgies des salles de garde, et parlent de leurs patients (sur les forums ou dans les réunions diverses) comme du bétail. Heureusement pour la plupart, passées les fanfaronnades entre copains, ils retrouvent leur humanité dans leurs ''colloques singuliers''.
J'espère qu'il en est de même pour les juges du Syndicat de la Magistrature ...

Docteurdu16 a dit…

@ bill
Je n'ai pas ce retour d'expérience.
Travaillant dans une ZUP "sensible" depuis 34 ans, je remarque que les lapins sont presque toujours le fait des mêmes personnes, voire des mêmes familles.
Les explications sont multiples et il serait intéressant d'un point de vue intellectuel d'en faire le recensement.
Je crois surtout qu'il s'agit, pour les "lapinous", d'une banalisation de l'acte médical qui serait interchangeable (généricable), d'un manque de conscience de la gêne que cela peut occasionner pour le cabinet médical, et d'un je m'en foutisme généralisé...
A creuser...

bill a dit…

Il est intéressant que les "lapinous" soient toujours les mêmes. Dans mon expérience, les rappels systématiques m'ont permis de comprendre la récurrence de ces rendez vous manqués dans quelques cas. Pour l'un je me suis aperçu que la personne ne savait pas lire, pour l'autre j'ai découvert qu'il souffrait d'un trouble dysexécutif le rendant incapable de planifier quoique ce soit dans sa vie.
J'ai remarqué que ces personnes étaient rassurées d’être rappelée avec bienveillance.
Il y a certainement des je m'enfoutistes dans les "lapinous"mais je pense que ça vaut la peine de comprendre ce qui se passe pour les rendez vous manqués.

Anonyme a dit…

Tiens on tape sur les secretaires medicales et personne ne s'en offusque ...