jeudi 5 mars 2015

Grippe de complaisance, syndrome grippal like, les virus sont casse-pieds. Histoire de consultation 181.


Nous sommes en pleine polémique sur le nombre de morts dus à la grippe saisonnière. Les agences gouvernementales parlent d'un excès de mortalité de 8000. On se croirait revenus au bon vieux temps de Roselyne Bachelot (mais ses conseilleurs de l'époque conseillent toujours aujourd'hui dans une suite jamais achevée qui s'appellerait "La conjuration des imbéciles"). Quant au triste Patrick Pelloux, il en profite, à partir d'un chiffre erroné, pour critiquer le système de santé (rien que cela).

***********

A est âgé de 4 ans et des brouettes. Il vient consulter avec sa maman après que mon associée l'a vu il y a quatre jours. "Il a toujours de la fièvre. 39. Avec le doliprane, ça baisse et ça repart." Je lis dans le dossier ce qu'a écrit mon associée : "Probable syndrome grippal. Doliprane. DRP (1). Hélicidine."
Je réinterroge. La fièvre est constante, baissant avec le paracetamol et remontant au bout de 3 heures. A tousse, mais sans plus, son nez coule, mais sans plus. Je l'examine. Rien de rien sinon une pharyngite, un mouchage postérieur, quelques ronchus bilatéraux, une toux volontiers "laryngée" (j'ai entendu), une toux volontiers nocturne et matinale, pas de signes digestifs sinon une inappétence, un ventre souple, une nuque dans le même métal. Pas de signes urinaires. La bandelette est normale.
Je rassure. Je ne prescris rien d'autre. Je confirme le syndrome grippal like.
Au septième jour après la première consultation A revient avec sa maman. Rien de nouveau et rien de moins.
La maman, 32 ans, est devenue un peu vindicative. Je sens que sa confiance est ébranlée. Quant à moi qui réexamine le petit A, charmant, qui se laisse faire, et qui, hormis la fièvre et quelques céphalées, supporte tout cela avec calme (il est tout juste un peu trop calme), je suis pour le moins embêté.
Il est des cas où l'expérience rassure et d'autres cas où l'expérience rend prudent.
Nous sommes un mercredi après-midi et je ne travaille pas le lendemain.
Je me tâte.
J'écris un courrier pour les urgences pédiatriques. Je précise tout. Je précise également que je préfèrerais que les examens que j'aurais volontiers demandés en ville (NFS, CRP et clichés pulmonaires), il serait sans doute plus facile de les faire à l'hôpital (je m'attends à des critiques).
La maman est soulagée.
Le vendredi la maman vient au cabinet sans son enfant me dire ceci :"J'ai été reçue par une jeune médecin qui m'a demandé pourquoi mon médecin avait envoyé A aux urgences, elle n'a pas été aimable avec vous, ce qui m'a choqué, comment une jeune comme cela peut critiquer notre médecin de famille ?, elle a dit qu'elle avait trouvé une otite, mais elle n'a pas donné d'antibiotiques.... - Et le bilan ? - Elle m'a donné des ordonnances. - Et A ? - Il a toujours de la fièvre."
Je suis embêté d'être passé à côté d'une otite et je me rappelle bien, c'est même écrit dans l'ordo, que les tympans étaient normaux... Bon (2). "J'aimerais quand même que vous revoyiez A".
Elle repasse une heure après et je regarde son oreille otitique. Nada, rien, quedalle, que couic. La jeune médecin des urgences... (3)
Je pars en vacances.
A mon retour, dans la masse de courrier, une sérologie grippale négative pour A.
J'ouvre son dossier : radiographies pulmonaires : ITN (4) et la numération ne montre pas d'hyperleucytose à polynucléaires et la CRP est à 10. Mais l'enfant n'est pas revenu consulter au cabinet.
Je téléphone à la maman. A est à l'école, plus de fièvre mais il toussotte encore.
Morale : le syndrome grippal like était franchement like, l'otite était je ne sais où, les syndromes viraux peuvent durer une dizaine de jours.

Le succès de la combinaison augmentin/tamiflu chez cet enfant (utilisation de placebos impurs) eût été, à la sérologie près, une victoire de la médecine moderne contre l'ignorance.




Notes.
(1) Désinfection rhinopharyngée.
(2) Je me rappelle cette histoire : un de mes fils (il avait 4 ans) appelle de sa chambre à 11 heures du soir. "Papa, j'ai mal à l'oreille." Il est apyrétique. Je regarde son oreille : rien. Je lui donne du paracetamol, on le recouche, et on va se coucher. Quatre heures du matin : pleurs. "Papa, j'ai mal à l'oreille." Je râle, je me lève, je reprends mon otoscope et je trouve une magnifique otite phlycténulaire. J'imagine si j'avais vu l'enfant quatre heures après qu'un autre médecin était passé   sans remarquer une otite aussi typique... Passons. 
(3) L'autre interprétation : la maman de A m'a menti. Il n'y a jamais eu d'otite. Le saurais-je un jour ?...
(4) ITN = Image thoracique normale



Illustration : livre de 1946
Illustration : la tombe du père de Franck Underwood sur laquelle Kevin Spacey est en train d'uriner. House of Cards, saison 3, épisode 1.

8 commentaires:

NP a dit…

En ce qui concerne les conjonctivites virales, par exemple, on voit aussi bien des cas de 3 jours que des tableaux plus intenses qui peuvent durer 10 à 15 jours.
Sans parler des kératites qui apparaissent 8 à 10 jours après le début de la conjonctivite et qui voient se succéder une phase de "prolifération virale" nodulaire puis une phase "immunitaire" d'opacités sous-épithéliales, tout ça sur facilement une dizaine de jours.

Dr MG a dit…

Tu ne trouves pas bizarre , une otite sans otalgie ?
L'enfant ne s'est jamais plein de l'oreille ?

Dr MG a dit…

Je voulais écrire ne "s'est jamais plaint"

Docteurdu16 a dit…

@ dr MG : j'ai déjà vu des otites asymptomatiques chez l'enfant mis je crois que la fille des urgences a rêvé...

Anonyme a dit…

je confirme;une virose avec fièvre élevée peut durer dix jours

Popper31 a dit…

Je me souviens avoir vu beaucoup d'otites congestives quand jeune externe je ne savais pas, ou ne prenait pas le temps, ( comme souvent aux urgences) , de rassurer et calmer l'enfant. Le simple fait de crier et se débattre fait apparaître des tympans très congestifs, et après quand on a pas d'autre explication à la fièvre qui dure, c'est tentant de se donner une contenance. Mais je suis en vacances, je ne dois plus bien me souvenir

Dr Bill a dit…

Le seul élément problématique dans votre histoire, c'est le discrédit porté sur le médecin traitant par sa collègue hospitalière.
C'est le pire des scénario...pour le patient qui du coup n'a plus confiance en personne.
le médecin traitant s'en remet... la plupart du temps...

vincent coste a dit…

conseiller aux urgences d utilider des otoscopes à eclairage LED, on voit beaucoup moins de tympans anormaux, ça evite de prendre le mauvais reflexe de parler sur les mg traitant!