jeudi 4 février 2016

Attention : pathos.

Alessandro Magnasco (autoportrait) : 1667 - 1749

Monsieur A, 54 ans, avait disparu des radars et nous recevons hier son avis de décès.
Je dis nous car la secrétaire du cabinet, dont je ne parle jamais ici, est tout aussi effondrée que moi.
Monsieur A était suivi depuis des années pour un lymphome de haut grade.
Il était enseignant, professeur de physique.
Il était Burkinabé.
Il avait commencé comme ouvrier chez Renault à son arrivée en France, avait pris des cours du soir et avait obtenu le CAPES.
Il n'a jamais voulu que le motif de ses arrêts successifs soit indiqué sur aucun papier administrtif car il s'est toujours méfié de l'absence de secret à l'Education nationale.
Il n'avait pas envie qu'on sache qu'il avait un cancer.
Monsieur A était un homme discret et je ne le voyais, finalement, que tous les trois mois, pour discuter et pour renouveler son ordonnance de coumadine et represcrire des INR.
Il avait fait plusieurs rechutes et avait subi plusieurs cures de chimiothérapie qu'il supportait d'autant mieux qu'il ne parlait jamais de ses souffrances ou des effets indésirables des traitements.
Il y a environ deux ans, il s'est effondré dans mon bureau. Sa fille de vingt ans venait de mourir. Un mélanosarcome pour lequel elle avait d'abord subi une grosse intervention chirurgicale (amputation) puis la maladie avait repris.
Je ne connaissais pas sa fille.
Peu après le décès la maladie avait flambé (merci de ne pas penser qu'il puisse y voir une causalité) et les possibilités de traitement s'étaient effilochées.
Il est donc décédé.
Nous sommes (très) tristes.

(je précise quand même que j'ai anonymisé tout ce que je pouvais)

7 commentaires:

Anonyme a dit…


"Merci de ne pas penser qu'il y ait un lien de causalité"
Merci de développer votre pensée.

kyste a dit…


Chienne de vie.
La possibilité du contre-transfert n'est pas assez enseigné durant les études. Savoir que ça existe, savoir que pour certains patients, il sera ainsi plus dur de les voir mourir.
Bon courage

Jean-Baptiste Blanc a dit…

C'est peut-être la douleur de ces situations qui est le dénominateur le plus commun des soignants.
Amitiés

Unknown a dit…

Bonjour,

Pourquoi merci de ne pas penser "un lien de causalité" ?
Pourquoi serait-il mal d'imaginer qu'on puisse réagir de "tout son corps à un évènement aussi tragique que la mort de son enfant ?
Amicalement

Docteurdu16 a dit…

@ Unknown.
J'ai écrit cela pour ne pas que cela nous emmène trop loin. Mais on peut en parler.
Je crois qu'une étude récente a montré le contraire mais ce n'est qu'une étude que je n'ai pas lue...
Je crois aussi que Monsieur A était arrivé au bout de son histoire : il avait peut-être envie d'en finir. C'était trop dur.
Bonne soirée.

Unknown a dit…

D'accord, je comprends.

Je n'ai pas entendu parler de cette étude, je vais regarder, merci pour l'info.

Bon courage, et à votre secrétaire également

Marie, une consoeur ( je ne suis pas généraliste, j'apprécie beaucoup votre blog )

Anonyme a dit…

je pense que ce "lien de causalité" existe. Les émotions et les choc émotionnels déclenchent t'elle des maladies ? Je pense que oui, c'est un sujet passionnant à creuser:
Dans mon expérience:
- j'ai régulièrement entendu : j'ai fait un AVC après la mort de mon mari ou j'ai déclenché un diabète après un tremblement de terre.
- je viens de découvrir le syndrome de takotsubo (sd coronarien sur coronaire saine lié à un choc émotionnel).
- Et en lisant les livre de Boris cyrulnik "de chair et d'âmes" et les "nourritures affectives", ça se confirme. (Je ne suis pas assez rigoureuse, je n'ai noté aucun passage de ses livres confirmant ces notions...)
marina