mardi 15 janvier 2019

Le Conseil de l'Ordre des médecins. Bilan 2018.


C'est au moment où le Conseil National de l'Ordre des Médecins commence à changer avec un nouveau Président qui connaît non seulement la médecine générale mais aussi le neuf-trois, que rien ne va plus car ses défauts, que personne ne remarquait plus tant le CNOM nous était indifférent, nous sautent aux yeux maintenant que nous recommençons à nous intéresser à lui.

L'image, c'est le message. Eh bien, cette salle de réunion du CNOM que l'on découvre un jour de rencontre avec le patron de la CPAM, donne froid dans le dos. Cette médecine pixélisée et masculine a tout de l'illustration d'un mauvais roman d'anticipation. 

Je ne suis pas juriste, je ne suis pas éthicien, et encore moins moraliste, mais il me semble, au delà des vieille critiques classiques contre l'Ordre (j'en passe et des meilleures), qu'il serait temps que son périmètre soit redéfini.

Voici ce qu'il dit de lui :
La mission de l'Ordre des médecins est expressément définie par l'article L. 4121-2 du code de la santé publique :
L'ordre des médecins veille au maintien des principes de moralité, de probité, de compétence et de dévouement indispensables à l'exercice de la médecine, et à l'observation, par tous ses membres, des devoirs professionnels, ainsi que des règles édictées par le code de déontologie prévu à l'article L. 4127-1.
Il assure la défense de l'honneur et de l'indépendance de la profession médicale.
Il peut organiser toutes oeuvres d'entraide et de retraite au bénéfice de ses membres et de leurs ayants droit.
Il accomplit sa mission par l'intermédiaire des conseils départementaux, des conseils régionaux ou interrégionaux et du conseil national de l'ordre.

C'est exactement ce que je pense : le CNOM, dans ses déclinaisons nationale et départementales, ne doit s'occuper que de défendre l'éthique et la morale de la profession. Et c'est déjà pas mal.




L'éthique et la morale.

L'éthique, c'est le coeur de notre métier, c'est ce qui fait notre spécificité de soignant. C'est ce qui doit nous guider. C'est ce qui doit nous protéger des ingérences extérieures, celles de la société civile qui comprend l'Etat, les pouvoirs régaliens (notamment la police et la justice) et les pouvoirs administratifs (l'Assurance maladie) et/ou privés (banques, assurances, et cetera), sans oublier les autres institutions comme l'Education nationale.


La morale, ce sont nos relations entre médecins (la confraternité au sens large, l'aide à nos confrères dans le souci) mais ce sont aussi nos relations avec les patients (nous devons être proches mais distants, proches pour défendre à tout crin le secret médical, distants pour ne pas nous substituer à eux dans leur vie, leurs valeurs et leurs préférences, ne pas médicaliser leur vie même s'ils le demandent).

C'est-y pas beau tout cela ?

Il me semble donc que le CNOM :
  1. Ne devrait pas sauter comme un cabri à chaque déclaration d'Agnès Buzyn et poser sur les photos, notamment pour défendre la vaccination des professionnels de santé contre la grippe saisonnière dont aucune étude sérieuse n'a montré l'intérêt (cf. infra point suivant). 
  2. Ne devrait pas s'occuper de dire la médecine, et mal, il y a des sociétés savantes pour cela.
  3. Devrait aider efficacement les médecins quand le secret médical est menacé vis à vis des sociétés d'assurance (1), de l'Assurance maladie, de l'Education nationale, ou de l'administration (les motifs d'arrêt de travail par exemple).
  4. Devrait ainsi rendre des avis fermes sur les big data et ne pas faire confiance a priori aux dires des pouvoirs publics et des sociétés privées.
  5. Devrait prendre des avis fermes sur la télésurveillance, notamment dans le cas du traitement à domicile des patients atteints de syndromes d'apnée obstructive du sommeil traités par ventilation en pression positive continue où, à notre avis, deux principes moraux sont en cause :  l'espionnage de la vie privée des patients et le remboursement des soins en fonction de l'observance.
  6. Ne devrait s'occuper de certains sujets, la Télé médecine par exemple, qu'es qualités : quel doit être le cahier des charges de la Télé médecine par rapport à l'éthique et à la morale de la profession. De même que pour les Applis de santé.
  7. Devrait inscrire en priorité dans son agenda les relations médecins/patients et, notamment, la décision partagée. En conséquence le CNOM devrait envisager les modalités morales dans lesquelles sont pratiqués l'entretien motivationnel, l'éducation thérapeutique et/ou les séminaires thérapeutiques dans le respect des données de la science et des intérêts des patients. 
  8. Devrait, selon le triple point de vue de la confraternité, du respect des bonnes pratiques cliniques et de la sécurité du patient, autoriser qu'un médecin puisse divulguer des pratiques contraires aux données actuelles de la pratique médicale et qui nuisent aux patients (2).
  9. Devrait... Mais j'ai oublié plein de trucs : l'aide aux confrères burnoutés, agressés, et cetera, aux consoeurs victimes de leurs confrères pour des raisons sexuelles...
  10. Ad libitum.
Bon, je sens que j'ai fourni les arguments pour me faire battre. Le CNOM va dire qu'il fait tout cela depuis longtemps : ben, si c'est vrai, ça se voit pas !

Quant à l'argument à la gomme selon lequel je devrais me présenter aux élections ordinales si je voulais faire changer les choses, il se heurte d'une part à mon âge et d'autre part à la tonalité strictement politique du corps médical français.

Juste une chose : les bulletins du CNOM sont une dépense inutile et un motif de déforestation inacceptable.

Notes :

(1) Il existe effectivement des "instructions aux médecins" publiées par le CNOM concernant les demandes de renseignements médicaux émanant des banques et des compagnies d'assurance et/ou de prévoyance mais il serait utile qu'il tapât un bon coup sur la table, prévînt officiellement les dites compagnies et surtout informât sévèrement les médecins travaillant dans les dites compagnies que leurs pratiques sont contraires au Code de déontologie et qu'en conséquence il vaudrait mieux qu'ils cessassent...
(2) Ce qui se passe en ce moment avec les plaintes des homéopathes n'encourage pas vraiment à agir d'un point de vue strictement juridique : le manque de confraternité l'emporte pour le CNOM (et peut-être seulement pour les CDOM) sur les pratiques non conventionnelles des médecins (la liste hors homéopathie est infinie).

PS. Un de mes amis, qui se reconnaîtra, me suggère l'idée suivante : Pourquoi ne pas instaurer une QPC ou Question Prioritaire de Confraternité ?

jeudi 10 janvier 2019

Les 124 contre l'homéopathie. Bilan 2018.

Il s'agit de deuxième degré

Peu importe que je n'aie pas signé la pétition pour des raisons que j'ai énoncées ICI, peu importe que la suite des événements m'ait conforté dans l'idée que ne pas l'avoir fait était un bon choix et peu importe que l'homéopathie soit une branche marginale de l'activité des médecins, ce qui est important c'est de souligner combien cette pétition a été (un peu) un pavé dans la mare et commence à bouger le système (avec des conséquences sur ses propres signataires).

J'ai lu la prose homéopathique et j'ai été envahi par une stupeur paralysante : le discours des homéopathes était d'une bêtise et d'une ignorance insondables. Je n'imaginais pas que des médecins puissent sortir de pareilles énormités et être aussi peu au courant des dernières données scientifiques concernant la discipline qu'ils pratiquent.

Il n'est pas certain que les lecteurs médecins non homéopathes du Quotidien du Médecin en sachent beaucoup plus.

J'ai aussi lu les justifications des homéopathes par rapport aux pratiques des autres médecins (on passe plus de temps avec les malades, on les écoute plus, bla bla, on fait faire des économies à l'Assurance maladie), elles m'ont semblé farfelues et peu convaincantes.

L'homéopathie est une doctrine holistique qui prétend tout traiter (certains homéopathes, car il ne faut pas généraliser, proposent le traitement de l'homosexualité et/ou du cancer du pancréas) avec des granules magiques et sans effets indésirables. L'homéopathie ne remet pas en cause la geste médicale de la prescription, le consumérisme, le paternalisme... et elle participe aussi de l'Eglise de préventologie.

J'ai lu le discours de non homéopathes universitaires et académiques défendant l'homéopathie  comme pratique empathique mais il y a bien des coiffeurs, des ongologues ou des esthéticiennes dans les services de soins palliatifs, pourquoi pas des homéopathes, du moment que cela permet d'en virer les oncologues ? Les arguments des Kierzek/Khayat m'ont paru bien faibles.

J'ai lu que certains doyens d'université préféraient que l'homéopathie continue d'être enseignée dans les universités par des médecins plutôt qu'à l'extérieur par des charlatans : il y a bien quelque chose de pourri au Royaume du Danemark.

J'ai suivi distraitement les plaintes des homéopathes contre certains signataires de la pétition même si j'ai plaint avec attention mes naïfs confrères confrontés à la vraie vie mais j'ai  été ravi de voir que la vraie nature du Conseil de l'Ordre des médecins apparaissait dans toute sa splendeur procédurière, réactionnaire, conservatrice, libérale, néo-libérale, corporatiste, cléricale, droitière, institutionnelle, lèche-bottes, paternaliste, et j'en passe, et qu'il était temps soit de décider de sa dissolution, soit de recentrer ses actions vers la défense exclusive de l'éthique de la profession vis à vis des intolérables intrusions de la société dans son fonctionnement et de la morale de ses membres vis à vis des tâches ontologiques de la profession médicale, à savoir prendre soin et ne pas nuire aux patients qui la consultent.



J'ai lu les arguments post tribune des 124 contre l'homéopathie et j'ai été saisi d'un vertige absolu. Pourquoi fallait-il qu'ils montrent autant d'ignorance sur "notre" propre médecine ? Pourquoi fallait-il qu'ils confondent systématiquement placebo et effet placebo dans le genre "L'homéopathie est un placebo" ? Pourquoi certains voulaient-ils ignorer l'effet placebo dans leur pratique quotidienne, en prescrivant une molécule et/ou une procédure ?, pourquoi certains autres ne se posaient-ils pas la question éthique de l'utilisation d'un placebo pur ou impur sans informer les patients ?
Pourquoi fallait-il qu'ils considèrent la médecine comme une science ? 
Pourquoi fallait-il qu'ils persistent dans l'erreur en ne s'informant pas ? 

J'ai ressenti avec effroi que les 124 et leurs compagnons de route avaient réinventé la formule : Il vaut mieux avoir tort avec les 124 que raison avec le reste du monde. On me dit dans l'oreillette qu'il y a des exceptions (je les connais pour les avoir lus ou entendus publiquement ou de façon privée).



Et il ne vaut mieux pas aborder les sujets qui fâchent comme l'extension du domaine de la lutte à des sujets mineurs comme les liens d'intérêts, le dépistage organisé du cancer du sein, la vaccination obligatoire, les dérives de l'oncologie, la télésurveillance des patients, un des 124 a écrit : Il suffit que vous écriviez une tribune et nous vous soutiendrons. La science tribunicienne devenant l'alpha et l'omega de l'évaluation en médecine.



Quoi qu'il en soit, les derniers soubresauts de l'HAS à qui l'intègre Agnès Buzyn a demandé son avis, éclairent les 124 sur le pourrissement infini du lobby santéo-industriel... Quand le pouvoir politique organisait des réunions "citoyennes" sur la vaccination obligatoire des nourrissons ou le dépistage organisé du cancer du sein et en manipulait les conclusions, personne ne mouftait, ou presque, mais quand l'HAS "enquête" en posant des questions orientées pour obtenir les réponses voulues, les 124 se réveillent de leur léthargique sommeil protestataire.

Et voilà qu'on lit ici ou là, de la part des 124, que l'HAS ne serait pas intègre, que l'HAS serait livrée aux conflits d'intérêts, que l'HAS serait le bras armé ou la courroie de transmission du pouvoir politique... Mieux vaut tard que jamais.

Finalement, cette Tribune est un bienfait : elle permet une prise de conscience sur le pouvoir absolu du lobby santéo-industriel, elle éclaire sur le rôle du Conseil National de l'Ordre des Médecins, elle souligne à nouveau l'incompétence corrompue de l'HAS, et elle ravive notre admiration pour Agnès Buzyn...

Espérons encore que les pharmaciens cesseront de vendre des vaccins homéopathiques contre la grippe, que les masseurs-kinésithérapeutes cesseront de pratiquer l'ostéopathie ou la chiropraxie, que les obstétriciens et les sages-femmes cesseront de faire redresser les crânes des nouveaux-nés par des ostéopathes... On peut toujours espérer...

Les difficultés rencontrées par les 124 pour, simplement, exiger que l'homéopathie ne soit plus remboursée, alors que tous les éléments scientifiques sont présents, donnent le vertige : combien de temps faudra-t-il pour obtenir l'esquisse de l'esquisse d'un mouvement contre les pratiques académiques liées à l'Empire des industries du médicament et du matériel et ses suppôts médecins ?




mardi 8 janvier 2019

La fin d'un monde : Bilan 2018.


En 2018, à Mantes-La-Jolie, au Val Fourré,

L'Association des Professionnels de Santé du Val Fourré, regroupant depuis l'année 2002 biologistes, infirmiers, kinésithérapeutes, médecins, orthophonistes, pharmaciens, est définitivement morte. Chacun vit sa vie. Cette association avait été créée en 2002 à la suite d'agressions multiples de professionnels de santé dans le Val Fourré et elle fait permis à ceux qui y participaient de se connaître, de partager leurs expériences, de réfléchir à la communauté de soins, de s'entraider lorsqu'il y avait des coups durs, et cetera. Bien entendu tout n'était pas parfait, ceux qui n'avaient pas adhéré étaient souvent ceux à qui l'on pouvait reprocher certains comportements peu professionnels, d'autres avaient adhéré pour se faire connaître et les médecins avaient tendance à tirer la couverture à eux. Mais c'était un autre monde : aujourd'hui quand un nouveau professionnel de santé s'installe sur zone, il ne vient pas, sauf exception, se présenter, parler avec les confrères et/ou autres professionnels de santé déjà installés.


En 2018, à Mantes-La-Jolie, au Val Fourré,

La tontine créée dans les années soixante-dix pour aider les confrères médecins obligés de s'arrêter de travailler pour raisons de santé permettait qu'on puisse leur verser une aide financière avant qu'ils ne puissent toucher les indemnités journalières de la CARMF à partir du quatre-vingt-dixième jour d'arrêt (c'est cela aussi la médecine libérale), ou avant que leur prévoyance privée ne se mette en route, est définitivement morte. Le vieillissement de la population des médecins, généralistes ou spécialistes, a fait peur aux nouveaux installés qui redoutaient d'avoir à payer pour les "vieux". Il fallait par ailleurs relancer les mauvais payeurs, ce qui devenait pénible à la fin. Mais les médecins malades se réjouissaient de recevoir un chèque par la poste de chacun de leurs confrères avec, très souvent, un petit mot d'encouragement. Les sommes étaient, en outre, non imposables.


En 2018, à Mantes-La-Jolie, au Val Fourré,

En 2002 nous avions initié un groupe de pairs qui ne fonctionnait pas selon les sacro-saintes règles des groupes de pairs officiels, mais ça nous convenait, on apprenait des trucs, on n'était pas d'accord, cela ouvrait des horizons, cela confirmait nos suppositions ou nos certitudes, ou cela les infirmait. C'était sympa. Informel, en toute camaraderie. En 2003, nous étions six. Puis un des pairs est parti à la retraite (nous n'en avons d'ailleurs eu aucune nouvelle, ou presque). Puis un des pairs a fait un burn-out. Puis un des pairs a fait un cancer du colon de l'intervalle (il va bien, merci). Puis un autre pair a fait un cancer du rectum de l'intervalle (il va bien, merci). Et je suis en semi retraite depuis juillet et un autre de mes collègues itou, il est donc difficile d'organiser des réunions. C'est fini.

C'est la fin d'un monde dans lequel j'ai "débarqué" le 5 septembre 1979.


Un monde où les jeunes médecins devaient faire leur place, où il existait un système de garde 7/7, 24/24 qui leur permettait, quand les anciens les autorisaient, à compléter leurs honoraires, système de garde détruit par SOS Médecins à partir de la fin des années 90, qui n'est resté que trois ans, comprenant que pour prendre des gardes en toute sécurité au Val Fourré et alentours, il fallait être du coin, connus, implantés, la fameuse Common Decency, un monde où les jeunes médecins, en raison de la concurrence, pouvaient voir 10 patients par jour pendant deux ou trois ans avant de pouvoir vivre décemment... Ces jeunes médecins avaient d'ailleurs souvent un autre métier pour compléter leurs revenus, sans compter une épouse ou un mari qui travaillait...

La fin d'un monde.

samedi 5 janvier 2019

La phrase la plus, comment dire, la plus... de l'année. Bilan 2018.


J'ai lu sur twitter, à la suite d'une discussion sur les relations entre la vaccination contre l'hépatite B et l'apparition de sclérose en plaque (SEP) (la doxa : pas de relations) cette phrase d'un respecté PU-PH anonyme :

La vaccination contre l'hépatite B ne provoque pas la sclérose en plaque mais la démasque, ce qui est une bonne chose pour les futurs malades, car cela permet de débuter plus tôt les nouveaux traitements efficaces qui les sauveront.

Vous avez trois heures pour décider (plusieurs réponses possibles) comment vous ressentez cette phrase :

  1. Cynique
  2. Méprisante
  3. Empathique
  4. Progressiste
  5. Courageuse
  6. Partageuse de décisions
  7. Paternaliste
  8. Malheureusement vraie
  9. Scientiste 
  10. Néantissime

jeudi 3 janvier 2019

Le lobby santéo-industriel. Bilan 2018.


Une des images les plus fortes de l'année est bien celle-là.

Madame Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé (voir ICI pour ce que nous pensions d'elle lors de sa nomination), pose en compagnie des 7 Ordres médicaux et paramédicaux (les représentants des professionnels de santé) pour promouvoir la vaccination anti-grippale des professionnels de santé.

Les 7 Ordres sont aux ordres : médecins, pharmaciens, chirurgiens-dentistes, sages-femmes, infirmiers, kinésithérapeutes, pédicures-podologues. 



La vaccination des personnels de santé contre la grippe saisonnière n'a pas d'efficacité démontrée (1).

Les 7 Ordres sont aux ordres.

Nous avons en résumé la mainmise de l'Etat corrompu sur la santé publique.

Madame Agnès Buzyn, représentante zélée du lobby santéo-industriel (2), promeut une mesure de santé publique qui n'a pas fait la preuve de son efficacité, promeut sans coup férir une "nouvelle génération de vaccins", les tetra, qui n'ont aucun intérêt connu en termes d'efficacité ou d'efficience par rapport à l'ancienne génération (3), et dont, par un miracle produit par "la main invisible du marché", le prix est passé de 6,2 à 10,11 €, soit une augmentation de 63 %, ce qui, pour un médicament dont la marge brute (consultez vos conseillers boursiers) est d'environ 95 %, ne peut que ne pas déplaire aux maîtres de la santé publique en France qui sont l'argent, l'argent et l'argent et qui disposent de relais infinis dans la sphère journalistico-politique (voir ICI l'article de Sciences et Avenir (4)). 

Madame Buzyn et les Ordres ont même commis avec leurs petits claviers bien propres et axiologiquement neutres une Charte, la Charte d'engagement pour la promotion de la vaccination des professionnels de santé, qui est un tissu d'âneries (ICI).

Pour parler de l'Ordre des médecins il n'a pas besoin d'ordres pour défendre la vaccination en général, la vaccination anti grippale, et, le mieux du mieux, l'obligation vaccinale chez les nourrissons (LA), il a devancé l'appel (voir LA). Servir les plats à la Ministre issue du sérail est une activité lucrative. Et, comme d'habitude sur un site officiel défenseur théorique de l'éthique et des lois de la République, pas un mot sur les liens d'intérêts des auteurs comme des maîtres d'oeuvre. 

Cerise sur le gâteau : l'Ordre des médecins dit la vaccination mais ne va pas jusqu'à radier de l'Ordre un idiot dangereux anti vaxx comme le professeur Joyeux...

N'oublions pas non plus l'Ordre des pharmaciens qui signe la Charte et qui continue de promouvoir en ses officines le "vaccin" homéopathique contre la grippe. Contradiction ou business, les voies du Seigneur sont impénétrables. 

Madame Agnès Buzyn fait feu de tout bois.

Elle contrôle également la conférence citoyenne sur les vaccins en nommant à sa tête un de ses amis académiques et académicien de surcroît, le professeur Alain Fisher, qui réussit sans efforts à manipuler les conclusions par argument d'autorité expertale (voir LA).

Madame Buzyn est aussi, comme par hasard, une spécialiste de la morgue sociale à l'égard des petits personnels comme le montre cette video (il y en avait plusieurs à disposition). 









Tout baigne dans le meilleur des mondes de la santé publique aux Ordres.


Notes :
(1) Mais elle a une efficacité "morale" démontrée :  "Je me protège, donc je protège les autres", "Je suis altruiste", et cetera.
(2) Voici ce que l'on lit d'elle dans Wikipedia : "À partir de 2008, elle occupe des postes importants au sein d'institutions publiques liées à la santé et au nucléaire : présidente du conseil d'administration de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (2008-2013), membre du Comité de l'énergie atomique du Commissariat à l'énergie atomique (2009-2015), membre du conseil d'administration (2009), vice-présidente (2010) puis présidente de l'Institut national du cancer (depuis 2011), présidente du collège de la Haute Autorité de santé (depuis 2016)."
(3) Il eût été amusant qu'un essai tetra versus tri fût significatif alors que tri versus placebo est négatif (on me dit dans l'oreillette qu'il n'est pas éthique de mener un essai vaccin anti grippal contre placebo...). Mais, cerise sur le gâteau, la HAS, dont on connaît la servilité, écrit quand même à propos des vaccins tetra : "Au vu des données disponibles, ils n’apportent pas d’amélioration du service médical rendu (ASMR V) par rapport aux vaccins trivalents inactivés disponibles indiqués dans la prévention de la grippe"
(4) La phrase la plus forte de cet article, on appelait cela dans le temps, un publi-reportage, "Un vaccin plus protecteur statistiquement"

mardi 1 janvier 2019

Bonne année 2019


Il serait heureux que l'année 2019 soit celle des patients.

Finalement, la santé publique, n'est-elle pas faite pour les patients ? 

"C'est de la démagogie, quand on est médecins, de s'inquiéter d'abord de l'avis des patients."

L'année des patients, pas l'année des consommateurs de soins.
La consommation de soins est devenue une obsession pour rester en bonne santé. Une obsession compréhensible. Une obsession liée à la peur de souffrir et plus encore de mourir.

Le mythe de la bonne santé entraîne les citoyens à croire aux théories les plus farfelues qui vont de  celles de l'Eglise de dépistologie (et de préventologie) à celles de l'holistique homéopathique.

Les citoyens revendiquent le droit de ne pas être malades, le droit d'être soignés, et le droit, celui-la considéré comme naturel, de faire ce qu'ils désirent quelles qu'en soient les conséquences (on appelle cela la conjonction entre la liberté des Droits de l'homme et celle du libertarianisme).

La "gouvernance" de la bonne santé se nourrit de recommandations, de modes de vie, de bons conseils, de bon sens, de normes, d'obligations (masquées sous le déguisement de l'intérêt général), et, pour tout dire, d'objectifs impossibles à atteindre, sources de frustrations, de conflits et de culpabilité.

Or,

La meilleure façon d'être en bonne santé en France, non, je m'avance, la meilleure façon de vivre longtemps (l'espérance de vie à la naissance) est de naître fille dans un milieu favorisé, de faire des études supérieures, d'exercer un métier "intellectuel" et de disposer de revenus vous faisant appartenir au moins à la classe moyenne supérieure. C'est le secret.

La moins bonne façon de vivre longtemps est de naître garçon. Vous aurez être issu d'un milieu favorisé, avoir fait des études supérieures, exercer un métier "intellectuel" et disposer de revenus vous faisant au moins appartenir à la classe moyenne supérieure, votre espérance de vie sera inférieure à celle des femmes.

Contrairement à tout bon sens (et à toute justice sociale) un cadre supérieur masculin vit statistiquement moins longtemps qu'une ouvrière d'usine (voir ICI pour toutes références supra et infra).

Mais si nous parlons de l'espérance de vie à 35 ans, c'est encore plus clair et désespérant :

Espérance de vie à 35 ans selon le sexe et la catégorie socio-professionnelle.
Une femme cadre a une espérnce de vie de 51,7 ans à 35 ans.

Ouvrons une parenthèse : il est pour le moins surprenant que le patriarcat obtienne des résultats de santé publique aussi défavorables aux hommes qui en sont les organisateurs (et les profiteurs).

Fermons la parenthèse : ce sont les mauvaises conditions socio-économiques et l'absence d'éducation à la santé qui conditionnent les moins bonnes conditions de vie et les décès prématurés par causes évitables.


Revenons à notre propos initial : l'année 2019 devrait être l'année des patients.

N'est-ce pas un peu démagogique ?

Contrairement à l'esprit ambiant, surtout ne pas laisser voir qu'un médecin puisse être dévoué (voir ICI), j'ai "fait" médecine non pour être médecin, je ne savais même pas ce que cela signifiait d'un point de vue existentiel même si je savais ce que cela représentait d'un point de vue social (et, à l'époque c'était négatif) : j'ai sans doute "fait" médecine pour soigner des humains (et comme j'étais un idéaliste forcené : pour les guérir).

Prendre l'avis des patients, éventuellement le respecter, s'intègre parfaitement dans la démarche de l'Evidence Based Medicine qui est attaquée de toute part et notamment par les progressistes et les libertariens. Mais c'est un sacré boulot ! Car, pour informer les patients de façon "neutre" ou "objective", il faut être au top des dernières publications, des dernières recommandations, des dernières critiques concernant ces publications et ces recommandations, donc, nous sommes en face d'une démarche épuisante et infaisable et d'un objectif inatteignable.

Quant à la décision partagée, c'est d'une complexité inouïe tant d'un point de vue des connaissances acquises, que de la façon de les délivrer (entre complaisance, auto-persuasion et autoritarisme), il faut s'efforcer de l'appliquer systématiquement.

Il est nécessaire d'avoir des relais, c'est à dire des correspondants experts qui nous simplifient le travail et nous évitent de nous épuiser à "tout" lire : les blogs et twitter peuvent servir à cela.

Mais les patients...

Il faut les prendre tels qu'ils sont. Leurs valeurs et leurs préférences ne peuvent pas être les nôtres ou peuvent parfois être les nôtres.

Nous ne pouvons nous substituer à eux. Ils ont le droit et le devoir de s'organiser comme ils veulent pour passer un épisode aigu ou pour s'installer dans la chronicité.

Nous avons, nous soignants, aussi le droit de les critiquer dans leurs choix tout en les respectant. Ou non.

J'ai lu des commentaires courroucés sur les patients pairs et les patients experts. Et des injonctions à être les premiers et à ne pas être les seconds. Nous verrons comment cela évoluera.

La prise de conscience des patients que leur santé peut aussi leur appartenir est récente en France et leurs tentatives pour s'autonomiser et lutter contre l'asymétrie ontologique entre soignants et patients ne sont pas exemptes d'erreurs d'appréciation et d'errances conceptuelles et scientifiques. Mais, laissons leur le temps. Ne les traitons pas comme des ennemis ou des illuminés, faisons leur profiter également de notre expérience, à savoir notre lente compréhension des illusions de la médecine triomphante, des dangers du dépistage et des sur promesses populationnelles de la prévention.

Vous avez tous à l'esprit les idées extrémistes de certains activistes sur la méchanceté perverse a priori des médecins. Ne les ignorez pas mais comportez vous de telle sorte que les pratiques des soignants aient toujours à l'esprit l'autonomie des patients.

Un véritable médecin ne prêche pas le repentir mais donne l'absolution.

PS1: Un article capital de Vinay Prasad : True Patient Advocates must be students of Evidence-Based Medicine. LA

PS2 : Un article polémique : ICI.

“True Patient Advocates Must Be Students of Evidence-Based Medicine”: An Impatient Rebuttal