mercredi 4 décembre 2019

La médecine n'est pas une science.

Calendrier de l'Avent médical 2019 : Jour 4




Voici la définition de la médecine selon wikipedia (français), l'arbitre des élégances :

La médecine (du latin : medicina, qui signifie « art de guérir, remède, potion »1), au sens de pratique (art), est la science témoignant de l'organisation du corps humain (anatomie humaine), son fonctionnement normal (physiologie), et cherchant à préserver la santé (physique comme mentale) par la prévention (prophylaxie) et le traitement (thérapie) des maladies.

N'y a-t-il pas un truc qui vous titille ?

Vous avez trois secondes, trois minutes ou trois heures.

Le patient n'est pas cité.

Un article bien référencé de SC Panda (en anglais) recense de nombreux points de vue sur la question de savoir si la médecine est une science ou un art (2006) : LA

Mais je vais reprendre les écrits de Skrabanek et McCormick (1989 pour la vo, 1992 pour la traduction française) (ICI).

"La médecine n'est ni art ni science. C'est au contraire une discipline empirique, fondée sur des talents diagnostiques et thérapeutiques, aidée par la technologie, c'est à dire l'application efficace de la science.

"La science est une activité et non un corps encyclopédique de connaissances... L'échec des études de médecine tient à ce que, malgré l'acquisition dans les premières années de connaissances scientifiques de base, peu d'étudiants acquièrent une véritable méthode scientifique.

"Cependant, sans la science, la médecine en serait toujours à l'âge de pierre.

Ortega y Gasset (1930) : " La médecine n'est pas une science mais une profession, une pratique..."

S et MC : " La science et la médecine sont d'une certaine façon antithétiques : la science est en quête d'une éventuelle réponse à une question générale, la médecine d'une réponse spécifique aux problèmes particuliers d'un malade donné. L'homme de science élargit le champ des connaissances communes, le médecin accumule de l'expérience personnelle.

" C'est une mode en médecine de rendre hommage pour la forme à Karl Popper. Sa conception de la nature de la science, hypothèses audacieuses et réfutations sans merci, ne s'applique qu'à une partie de la médecine... La 'médecine scientifique' est aussi scientifique que la République Démocratique allemande était démocratique. Imagine-t-on un physicien écrire un manuel de "physique théorique scientifique ?"  

Enfin : " Si la médecine a une dimension morale, la science par contre est amorale... La science n'est ni bonne ni mauvaise, elle est fausse ou vraie."




Seamus O'Mahony écrit aussi (voir ICI) :

" Le scepticisme rationnel de David Hume est la base de la pensée scientifique mais constitue un handicap pour les médecins qui voient de vrais patients... Mais les médecins qui expriment des doutes sont mal considérés par leurs patients... Cela reflète la combinaison contemporaine entre le consumérisme dans la santé et la croyance cartésienne que nos corps sont des machines et qu'ils peuvent être réparés comme des ustensiles de cuisine..."

Ne nous désespérons pas mais le surgissement des médecines alternatives et/ou complémentaires est le fruit du fait que la médecine n'est pas une science et que les médecins qui ne doutent de rien au sens de Hume, qui ont des explications toutes faites pour des phénomènes qui les dépassent, acquièrent facilement la confiance des patients qui désirent une solution globale à leurs problèmes existentiels.

Il ne s'agit pas d'une conclusion définitive.

David Hume : 1711 - 1776



2 commentaires:

Daniel Corcos a dit…

La médecine n'est, bien évidemment, pas une science, mais une pratique. La question qui me paraît plus importante est de savoir si les sciences dites "médicales" correspondent aux critères de Popper. Pour moi, la réponse est non, et le praticien qui essaye de s'y référer a de quoi se poser des questions.

Anonyme a dit…

C'est intéressant de citer les 'charlatans' qui auraient des réponses (simplistes) et donc conquerraient les patients face à un vrai médecin qui lui aurait des doutes. Alors que nous vivons au jour le jour une propagande médicale a-scientifique :
- les vaccins ça ne se discutent pas
- le cholestérol, plus c'est bas mieux c'est
- l'allaitement c'est pour cela que le bébé ne prend pas de poids
- si le bébé dort avec vous, vous allez l'écraser ou le transformer en pervers
- si on lui fait pas TOUS ses vaccins il va mourir (ou tuer les autres aux choix)
- il n'y a aucun lien entre SEP, autisme et vaccins, pour personne.
- le titrage psa c'est hyper important...

Allez consulter de manière anonyme un jeune médecin pour bien comprendre de quoi on parle. Notre plus jeune fille à pleuré pendant des années juste en passant devant le cabinet médical suite à une visite chez un remplaçant (on ne refera jamais cette erreur).

Je crois que le questionnement est juste que les "charlatans" (pas tous les charlatans) écoutent les patients et les médecins (pas tous les médecins) prescrivent à la chaîne le truc 'à la mode du moment'. Et que à la limite si le charlatans se trompe, il cause une perte de chance (aléatoire la chance hein), alors que le médecin qui se trompe peut tuer le patient (il peut prescrire de la molécule, lui, en plus de la même perte de chance). Et comme je suis gentil, j'évite de parler des médecins qui mentent pour imposer par la force et/ou la ruse un traitement à un patient qui n'en veut pas. et bien entendu, inutile de parler du paternalisme et le posture de classe.

#notallmedics

herve_02