mercredi 28 août 2019

Ce que l'on peut partiellement retenir de juillet et d'août d'un point de vue médical.

Bali : rizières de Jatiluwih (photo personnelle)

C'est un pêle-mêle non exhaustif :
  1. Il n'est pas nécessaire d'indiquer le nombre de séances lors de prescriptions de kinésithérapie : voir ICI. J'ajoute qu'à Mantes et dans son territoire (chic, non ?) les patients reviennent non seulement pour que je prescrive le nombre de séances (j'avais tenté de faire ce que me disait twitter) mais pour les "renouveler". On m'a déjà dit, c'était l'extrême-droite, que le Val Fourré, c'est pas la France, les patients et les kinésithérapeutes doivent avoir un profil particulier.
  2. Les visiteurs médicaux manipulent les médecins (enfin, les mauvais médecins, ceux qui ne savent pas résister aux sirènes des visiteurs médicaux même quand ils sont formés par des Key Opinions Leaders, tout en sachant que les vrais mauvais médecins sont ceux qui ne reçoivent pas les visiteurs médicaux) : voir un article canadien (qui est, selon *** un article d'inspiration complotiste puisqu'il prête des mauvaises intentions délibérées aux laboratoires pharmaceutiques et à leurs salariés) : LA. (Note 1)
  3. Pour faire sens : la crise des opiacés est un exemple en grandeur réelle de ce qu'est la philanthropie humaniste de l'industrie pharmaceutique si elle mêle appât du gain, disparition de l'éthique et hédonisme contemporain. Un entretien avec Richard Sackler de Purdue Pharma : banal ? LA
  4. The Australian Heart Fondation accepte de l'argent de n'importe qui, pas seulement de l'industrie pharmaceutique (on ne peut pas faire autrement, hein ?) mais aussi de la Junk Food Industry. ICI. Tout le monde ou presque s'en fout.
  5. La FDA, l'agence gouvernementale la plus connue dans le monde (on me dit que les fonctionnaires français de l'Agence du Médicament émettent des protestations mezzo voce), permet la commercialisation de molécules qui n'ont pas fait la preuve de leur efficacité ou sur des critères non pertinents acceptés pourtant par les experts de la dite agence gouvernementale en exigeant des études post marketing (après commercialisation) pour confirmer/infirmer le rapport efficacité/tolérance des dites molécules, études qui ne sont soit jamais menées soit menées sur des critères tout aussi impertinents que les précédents : voir (encore) un article canadien ICI.
  6. Les méthodes de la FDA contestées pour la mise sur le marché des médicaments anti cancéreux. Les experts confirment et rien ne changera : ICI. Cela suit en Europe (EMA) et en France. Les oncologues en roue libre. Et merci à F Maisonneuve pour son blog qui se radicalise avec le temps, tant sa prudence initiale est bousculée par les faits.
  7. Combien se faire payer en EHPAD à budget global ? Richard Talbot est un vulgarisateur hors pair de l'enfer administratif. A lire urgemment : LA.
  8. Il existe une liste d'experts indépendants (sans liens/conflits d'intérêts) aux EU d'Amérique que l'agence gouvernementale FDA n'utilise pas (cela pourrait être risqué pour l'obtention d'une AMM, sans doute) : LA.
  9. Article de l'excellente Aurélie Haroche sur la sur médicalisation (ICI) et je me rends compte qu'elle cite Luc Perino qui a "pompé" mots pour mots un de mes billets de blog de 2014 (LA) concernant Jules Romain qui aurait "pompé" Proust : l'albumine mentale. J'ajoute que j'ai moi-même pompé Le dictionnaire amoureux de Proust (mais je l'ai cité). Donc, soit Luc Perino a une mémoire d'éléphant pour se rappeler l'albumine mentale, soit il a lu mon billet, soit il a lu les Enthoven mais il ne cite personne.
  10. Un article qui peut (et va) faire du bruit. Peter Goetzsche a analysé deux essais (LA) rapportant les effets dus à la vaccination Diphtérie/tetanos/polio dans des zones rurales africaines chez des nourrissons sur le critère mortalité globale. C'est renversant car on y apprend que ls données de l'OMS sont manipulées et que le mortalité globale ne varie pas. (Note 2)
  11. Je discute avec un juriste pendant les vacances et je comprends de nombreuses erreurs que je commets en médecine. Sur les conflits d'intérêts, sur la décision partagée. Selon lui (PA), qui se reconnaîtra, la décision partagée en médecine est d'une part une aporie et d'autre part une dérive juridique du droit anglo-saxon qui permet de déplacer la responsabilité des choix du médecin vers le patient.
  12. Le rôle du spin dans les revues leaders en psychologie et psychiatrie est aussi important qu'ailleurs (on se dit d'ailleurs que les spécialistes du spin sont les psys en général : on n'est jamais mieux servis que par soi-même : ICI.
  13. "Militer pour la science", un entretien à propos du livre de Sylvain Laurens qui retrace l'histoire des mouvements rationalistes : LA. Ce qui me permettra de consacrer un billet à : La médecine n'est pas une science.
  14. Les médecins invités à prescrire par l'industrie (cela s'appelle de la corruption) sont aussi invités à ne pas le dire : LAMore than four in ten British health professionals who take money from drug companies don't disclose those payments or say where the money came from. On s'en doutait un peu... 
  15. Au commencement de la crise des urgences certains urgentistes, dont le distingué Thomas Mesnier, avaient stigmatisé l'attitude générale des médecins généralistes (feignants, désorganisés, incompétents), et le rapport du distingué prétendu urgentiste avait proposé des horaires encore plus importants et des gardes encore plus nombreuses et obligatoires. La nouvelle doxa est celle-ci : les généralistes n'y sont pour rien, ce qui manque, c'est l'argent, le personnel et les lits d'amont. Ne vous réjouissez pas trop vite, amis MG, nous continuons à ne servir à rien dans ce système de soins qui va très bien sans nous et comme ce sont les mêmes qui nous font disparaître : tout baigne.
  16. La polémique avec les associations de patients (ou plutôt l'association des associations de patients) qui désiraient une sorte de MedAdvisor pour évaluer les médecins (voir ICI) a tourné court car elles ont prétendu que c'était plutôt SoinsAdvisor, c'est à dire évaluer les soins en fonction des recommandations et des consensus considérés comme neutres a priori. Mais le problème demeure ; ce qui s'est passé avec les opiacés est tout à fait démonstratif du rôle que l'on fait jouer aux associations mais ce n'est pas ici, c'est dans la patrie du libéralisme et du capitalisme triomphants, rien ne peu se passer ainsi en France. Retour sur un article de Vinay Prasad (je précise qu'il ne me verse pas d'argent, qu'il ne m'a pas promis un poste de porteur d'eau à Portland où il exerce et qu'il m'arrive de ne pas être d'accord avec lui...) paru en décembre 2018 sur les relations idéales entre les patients et l'EBM : 

    True Patient Advocates Must Be Students of Evidence-Based Medicine (ICI).

  17. On connaît en théorie la faible valeur explicative des études observationnelles mais on continue de les prendre en considération avec trop d'attention. On nous avait dit que les inhibiteurs de la pompe à protons pouvaient, lors d'une utilisation prolongée, entraîner de nombreux effets indésirables, ce qui avait conduit nombre de confrères à déprescrire (avec des résultats intéressants mais non démontrés) et, surtout à initier les prescriptions pour des temps courts en renseignant les patients. Or, un essai randomisé récent montre le contraire : ICI. Le problème vient de ce que l'étude a été sponsorisée par Bayer et que la liste des investigateurs ayant des conflits d'intérêts avec les firmes commercialisant les IPP est impressionnante. Donc : méfiance sur les premières informations et sur les réfutations ultérieures.
  18. La vitamine D à haute dose ne sert à rien chez les personnes en cas d'ostéoporose  saines et peut même entraîner une diminution de la densité osseuse (trois ans)  : ICI. (J'ai fait cette correction grâce à kyste et à son commentaire.)
  19. La relation sur twitter des grossesses de deux tweetteuses que j'aime beaucoup (qu'elles n'en prennent pas ombrage) m'ont confirmé dans l'idée simple et simpliste que la GPA pose des questions éthiques fondamentales qui, pour moi, sont indépassables. Nous y reviendrons.
  20. Vingt-cinq perles (vérités qui ont mis des siècles à être appliquées et mensonges que l'on nous a fait avaler) depuis 25 ans ! LA pour la première partie.
  21. Et l'aspect juridique des mensonges : un rapport décoiffant (ICI) sur les jugements concernant l'industrie pharmaceutique depuis 25 ans aux Etats-Unis d'Amérique. En 2015, date de publication du rapport, big pharma (voir la note 3 sur le caractère "complotiste" de l'utilisation de ces deux mots) a payé 35 milliards de dollars de pénalités !
  22. Le "problème" des certificats demandés par les assureurs au mépris des règles du secret médical n'est toujours pas résolu. Certes, le Conseil de l'Ordre des médecins a publié des documents ad hoc qui sont, en théorie, d'une grande clarté, mais ils laissent toujours le médecin isolé en son cabinet entre les desiderata des assureurs, l'anonymat le plus fréquent des médecins des assurances, la mauvaise foi de ces mêmes assureurs et l'incompréhension des patients. J'ai rédigé, avec l'aide de confrères, des documents afin de répondre aux demandes mais c'est une perte de temps et une détérioration de la relation médecins/malades...
  23. Un certain nombre de mentions sont faites relatant l'éventuelle dangerosité du vapotage. Comme toujours, en raison d'informations partielles et demandant à être confirmées/infirmées, il faut être circonspect et se poser la question simple du rapport bénéfices/risques par rapport au tabac (si l'on considère que le vapotage est un traitement de substitution et non un mode d'entrée pouvant se substituer d'emblée au tabac). J'avais demandé en 2013 d'être prudent : LA. Réflexion plus générale : en étant prudent on risque moins de se tromper (baclofène, vape, étude sprint...)
  24. Il y a encore plein de trucs...
  25. Rajout du 30/08/19 : Psychiatry defends its antipsychotics: a case Study  of institutional corruption : ICI.



Un des symboles du Québec : le dépanneur  (Montréal)




Notes 
  1. Selon les médecins libéraux (non au sens de l'exercice libérale la médecine, celui qui consiste à subir les contraintes de l'Etat sans profiter des avantages du mode libéral, mais au sens de l'acceptation aveugle et sourde de la loi d'airain du marché) il existe deux types de médecins résistants à la visite médicale : ceux qui ne la reçoivent pas et qui sont donc ignorants et mauvais par principe puisqu'ils ne sont pas immédiatement mis au courant des dernières innovations qui vont sauver la vie de leurs malades et qui leur font donc courir une perte de chance et ceux qui la reçoivent et ne sont pas influencés, écoutant d'une oreille distraite et critique, les argumentaires (pour les lacaniens, les argumenteurs), pour ne pas les appliquer. N'oublions pas non plus, mais ceux-là on les cache ouin ne les mêt pas en exergue, les non résistants, les compliants, les médecins libéraux (la CARMF, l'URSSAF, le secteur 2, le black) libéraux (voir supra la loi du marché) qui reçoivent la visite médicale et qui appliquent laborieusement ses préceptes au nom de la modernité...
  2. Je ne vous renvoie pas à tout ce que j'ai écrit sur le fait ou non d'émettre des critiques scientifiques sur les vaccins mais quand même : ICI. Je suis inquiet car les vaccinolâtres vont en profiter pour mettre en question tout ce que Peter Goetzche a écrit antérieurement, notamment sur le dépistage du cancer du sein et les psychotropes. Ajoutons que l'article ne fera finalement pas de bruit car la consigne sera de ne pas le commenter. La phrase à retenir de notre ami danois : les vaccins sont des médicaments comme les autres, il est donc possible de les évaluer.
  3. Il est vrai que pour les quidams lambda dont la culture médicale, politique, sociologique, littéraire, et j'en passe, passent par Wikipedia, la lecture de ce qui est dit sur ce media neutre et bienveillant, est édifiante : voir ICI pour ce trésor de bêtise.
    Donc, quand vous parlez de Big Pharma vous êtes complotiste. Il est possible de parler de lobbys mais de Big Pharma : non.
    En France.
    De nombreux auteurs anglo-saxons utilisent l'expression et sont des académiques de haute volée.
    Donc, Marc-André Gagnon RT (retweete) des articles complotistes comme celui-ci : LA.
    L'association français Formindep est complotiste quand elle RT un article montrant comment l'industrie des laits maternisés corrompt les pédiatres : LA.
L'homéopathie au Canada :


La réflexologie plantaire en Indonésie :


11 commentaires:

kyste a dit…

Un point de détail, dans le papier du JAMA sur la vit D haute dose, les patients ne sont pas osteoporotiques. "including 311 community-dwelling healthy adults without osteoporosis, aged 55 to 70 years". L'article montre juste ce qui est très important que des superdoses de vit D n'améliore pas la qualité de l'os chez des personnes avec un os "normal". Du moins c'est comme ça que je l'interprète. Voir pourrait fragiliser l'os dans ces conditions. L'hypothèse la plus logique est le freinage de la PTH.

hexdoc a dit…

C'est quand même plus qu'un point de détail, car une coquille comme celle la peut questionner quand à la validité des autres assertions.

Docteurdu16 a dit…

@ Hexdoc Je me suis trompé et je vais corriger le texte en remerciant Kyste pour sa remarque (lié au fait, mais je ne souhaite pas me justifier, que j'ai lu plusieurs articles sur le même sujet). Dans l'essai que j'ai cité les hautes doses de vitamine D entraînaient chez des sujets "sains" une diminution de la densité osseuse. Effectivement.

Quant à votre réflexion, méchante, elle devrait vous inciter à toujours vérifier les assertions et les opinions exprimées par quiconque.

C'est une leçon pour moi, j'ai publié 800 billets et j'ai commis quelques erreurs que j'ai toujours corrigées quand on me les a signalées ou quand je m'en suis rendu compte moi-même, mais ce devrait être aussi une leçon pour vous : il ne faut rien prendre pour argent comptant surtout quand ce sont vos amis qui parlent ou écrivent.

Pardon à tous.

J'espère ne pas réitérer.

hexdoc a dit…

Ma réflexion ne se voulait pas 'méchante' comme vous avez pu le ressentir. Peut être un peu caustique, mais n'est ce pas la tonalité générale de vos écrits ?
La forme de votre billet du type inventaire à la Prévert vous fait toutefois prendre ce risque qu'une assertion erronée desserve l’ensemble du discours. N'oubliez pas que ce type d'erreur conduit parfois à des citations en chaines qui deviennent vérités pour ceux qui s'en servent.
Je vous lis, et me permet parfois d'émettre des réserves ou des critiques; l'intention n'en est pas 'méchante', mais plutôt contradictoire.
bonne soirée.

Anonyme a dit…

Marrant comme les remarques 'caustiques' (le terme politiquement correct pour méchante) viennent toujours des même personnes.

Mon grand père m'expliquait (il avait connu les 2 guerres, était cheminot et même communiste une bonne partie de sa vie - ceci expliquant peut être cela) que souvent ce que disent les gens parlent plus de ce qu'ils sont que de ce qu'ils disent.

@hexdoc souvent vous clashez les gens par de petites phrases bien senties (formule tout faite), de piques (certains diraient saillies), très très rarement assorties d'une information fiable vérifiable apportant un savoir et de l'eau au débat.

J'ai l’impression (mais ce n'est que MON point de vue) que tout ce qui fait sortir du ronron habituel que la médecine est un truc formidable qui sauve des vies avec le médecin (qu'il soit béni) cet être altruiste dévoué au bien de l’humanité en toute humilité (j'aime bien le rythme) vous hérisse.

Il faut malheureusement ternir compte du ressenti du patient (On dit qu'il est presque plus important que la justice paraisse juste qu'elle ne le soit vraiment). Je sais bien que le patient est le mouton noir, qui ne comprend rien (il a pas fait les études n'est-ce pas ?), n'écoute rien, ne fait pas confiance (crime de lèse majesté) et est l'éternel client qui exige. Mais c'est quand même lui qui subit.

Pour parler de ma belle mère qui se fait traiter pour un cancer, l'institution qui s'occupe d'elle à décidé pour son parcours de soin de lui injecter en perf un produit très très cher (une sorte d'anticorps de ce que j'ai compris de ce qu'on m'a dit). elle a faillit en claquer et si sa fille n'était pas à ses cotés à ce moment là, faisant les premiers gestes et sonnant l'alarme elle y serait passée. Je ne sais même pas si il y a eu déclaration d'effets secondaires. Mais la révérence que l'on doit aux médecins ne leur permet pas de demander le récépissé de déclaration.

Donc, malgré le fait que je ne suis pas médecin, je ne peux m’empêcher de l'interroger sur la 'science' qui arrive à injecter un produit à une personne pouvant entraîner sa mort à très courte échéance (elle était déjà bleue, parait-il). Que la médecine ne puisse pas tout guérir, je le comprends. que le médecin se trompe (il est humain et donc faillible) je l'admets, mais ce produit, il est passé dans tout plein de mains, des chercheurs, des validateurs, des labos, des autorités pour l'amm... et il peut tuer des gens en une seule fois. comment cela peut être possible ?

J'avais retenu que la science c'était des expériences reproductibles. N'oublions pas le primum non nocere.

herve_02

dsl a dit…

Un article comme celui là aurait pu faire 24 billets !
Trop de choses à lire et à commenter ! Etre méchant ou caustique devient compliqué ici. Juste une chose, la vitamine D haute dose ne sert à rien chez les personnes saines, c'est un peu trop lapidaire.
Il faut tout de même préciser que haute dose ici c'est 10 fois la dose quotidienne recommandé soit plus de 4000 unités par jour pendant 3 ans, ce que peu de médecins pratiquent il me semble ! Il faut aussi préciser que seule était évalué la densité osseuse dans cette étude. Ce qui signifie que ces hautes doses ont peut être d'autres effets non mesurés (bénéfique ou néfaste).

Olive verte a dit…

@ Docteur du 16 : juste une remarque pour le point 10. Au début du lien que vous donnez il écrit que c'est diphtérie / tétanos / Coqueluche (Pertussis), et pas notre DTP à nous, vous avez écrit Polio. Ca n'empêche pas que ça montre qu'une vaccination présentée depuis longtemps comme indispensable ne sert strictement à rien.

Une autre remarque plus générale ou un vœu (pieux ?) de la part du patient que je suis. Cet essai avait déjà été commenté, parmi d'autres, dans la série d'ouvrage en cours sur les vaccins par le Dr de Lorgeril. Je suis étonné que ce ne soit pas cité de temps à autre, comme ça a pu l'être (je crois, de mémoire) ici pour les livres relatifs aux anticholestérols. La méthodologie d'analyse est à peu près la même.
J'imagine qu'il y a des désaccords de votre part, et c'est heureux, c'est un domaine qui s'inscrit pour beaucoup dans le monde de la démarche scientifique,et donc du débat, mais pourquoi ce black out total ? Sur un sujet surlequel vous avez aussi beaucoup insisté ici. Le patient que je suis, donc, trouve dommage qu'il n'y ait pas plus d'échanges de points de vue.

@ Hervé : je pars en hors sujet pour dire que je ne suis pas toujours d'accord avec vos commentaires, mais pour le coup, là oui dans les grandes lignes. Pour illustrer, j'ai eu un évènement santé à la noix (un début de quasi hoquet persistant) et même si j'étais prêt à prendre quasi n'importe quoi pour que ça s'arrête, je suis tombé de très haut quand j'ai vu à quoi correspondait ce qu'on m' a prescrit, et qui est prescrit de façon très systématique dans ce cas, de l'haldol,à faibles doses certes, mais un truc reconnu pour augmenter la mortalité des patients à qui c'est prescrit à dose normale. Je racontais ça ici plus en détail avec les références : http://www.revolutions-scientifiques-et-diabetes.com/blog/hoquet-persistant-et-delires-medicaux.html. Tout ça pour dire que oui, le primum non nocere n'est pas toujours très respecté.

Anonyme a dit…

@Olive Verte

Je comprends tout à fait que l'on puisse ne pas être d'accord avec moi car je sais être une sorte d'intégriste. Je sais ne pas détenir la vérité révélée et je sais que je me trompe probablement sur plein de sujets que j'ai des jugements qui sont biaisés par des expériences personnels et qu'ils n'ont pas valeur d'universalité.

Maintenant, il est facile de me porter la contradiction : montrer les études, montrer les statistiques qui prouvent que je me trompe. Je veux bien évoluer sur mes opinions, mais la parole d'un pseudo sur un forum ou dans des commentaires ne m'agrée pas. L’argument d'autorité qui affirme "j'ai vu que..." ne me touche pas car moi j'ai vu d'autres choses.

Par exemple, je n'ai jamais lu une seule étude montrant l’absence de lien entre mort subite du nourrisson et vaccination. On sait que les labos évacuent les morts des études des médicaments/vaccins en affirmant qu'il n'y a aucun lien (ils se sont fait prendre la main dans le sac plusieurs fois, sans mesures de rétorsion d'ailleurs). J'avais lu il y a longtemps (je ne le retrouve plus) que la MSN est 4 fois plus importante dans les 15 jours suivant une vaccination que dans les 30 à 60 jours plus tard. Ce qui est un signal très fort. Pourquoi pas d'étude dessus ? Pourquoi la seule étude sur la MSN que j'ai lue s’interroge sur le numéro appelé après la découverte macabre des parents et pas sur le dernier acte médical ? Pourquoi la situation des parents et pas ce qu'a fait le médecin à l'enfant ? Plutôt que de dire que je délire, il suffit de montrer l'étude (protocole, populations, résultats individuels...) et je n'aurais qu'à me taire. En attendant affirmer qu'il n'y a aucun lien est au pire un mensonge au mieux une non-vérité.

herve_02

CMT a dit…

Salut Jean-Claude

Il y a beaucoup à commenter mais je me contenterai de deux sujets.

Sur le rapport d'expertise de Gotszche sur le vaccin DTC il faut noter plusieurs choses. Les artciles de Aaby cités ne peuvent pas donner de réponses concluantes. Il s'agit d'études faites avec les moyens de bord il y a presque 40 ans dans un pays très pauvre, études prospectives mais observationnelles dont le principal point fort paraît être la tenue correcte des registres. Ces études, que j'avais croisé, ne m'avaient pas semblé très crédibles du fait de ce que je viens de dire et d'une analyse statistique très rudimentaire des résultats. Le SAGE, comité d'experts de l'OMS sur les vaccins avec conflits d'intérêts a demandé une re-analyse avec une meilleure méthodlogie, ce qui a été fait. Noter qu'il s'agit, toujours dans les pays en développement, d'un vaccin coquelucheux à germes entiers, qui avait été remplacé et le vaccin acellualire adopté en raison de la fréquence des effets indésirables, notamment la fièvre élevée et convulsions avec le vaccin à germes entiers. On peut supposer que dans une population de nourrissons fragile, dans un environnement défavorable et en état de dénutrition les effets secondaires observés dans les pays développés et considérés comme gênants prennent une tournure plus grave.

Au sujet de la vitamine D, qui est en train de perdre de sa splendeur avec le temps puisqu'il y a peu elle était la panacée universelle et que depuis que le KOL Hollick, figure de proue de la promotion de la vitamine D, a été mis en cause pour ses conflits d'intérêts, les effets bénéfiques de la vitamine D sont remis en cause.
Je me pose aussi des questions sur la fragilité des données qui mènent à la prescription à long terme de vitamine D chez le nourrisson à des doses qui pourraient être proches des doses toxiques (peu de données là dessus) et de la percée de l'ADRIGYL en milieu hospitalier, forme commerciale de la vitamine D contenant de la vitamine D3 et qui a comme excipient le BHT ou E 321 qui pose de plus en plus de questions quant à son innocuité. Ce pourrait être un perturbateur endocrinien.

Anonyme a dit…

@CMT

Je ne sais pas si les articles de Aaby sont de bonnes qualités car trop vieux, avec les moyens du bord, qu'elles sont observationnelles... enfin les critiques habituelles réservées aux études qui ne vont pas dans le bon sens.

MAIS

1 - C'est tout de même Gotszche et affirmer qu'il a produit un truc merdique met la personne qui le critique de dire d'où elle parle, ce qu'elle à produit elle, dans quelles revues internationales et d'apporter de meilleures études qui montrent qu'il a effectivement été léger. Les études de l'OMS doivent être écartées d'office car elle n'hésite pas à mentir, tronquer les résultats, reprendre la propagande des labos et masquer ses échecs.

2 - J'aimerais bien lire une étude récente qui ne soit pas observationnelle et prospective sur l'intérêt de la vaccination hépatite B chez les nourrissons en france. Puisque c'est une vaccination maintenant obligatoire, que cette obligation est contraire à la liberté individuelle, elle DOIT être justifié par des études sérieuses de santé publique (ce qui devrait être le minimum). Ainsi on peut critiquer des études d'autres personnes, mais le minimum est d'en apporter de sérieuse pour montrer que ce qui est fait ici (et que l'on ne critique pas) est scientifiquement, épidémiologiquement et humainement justifié.

3 - Je suis effaré qu'un médecin de PMI arrive à soulever des points majeurs (composition des vaccins, population fragilisée, effets secondaires importants) et que les autorités mondiales de santé, qui prennent des décisions pour des millions de personnes n'arrivent pas à en tenir compte. Il y a 2 solutions :
a) ils s'en moquent que les gens crèvent du moment qu'ils remplissent leur zoli tableur avec les objectifs de taux de vaccination (ce qui est la solution la plus probable et ils méritent alors de passer au TPI)
b) Ils sont juste incompétents et sont arrivés là par entregent et massacre les populations comme un tuer en série tue des innocents (je pense que c'est le cas pour une partie de ces apprentis sorciers).

4 - Je suis effaré de lire de la bouche d'un 'simple' (non en terme de simplicité intellectuelle, mais de simplicité de mission) médecin que les traitements actuels proposés au nombre par la doxa médicale pose des interrogations. Est-ce à dire que le milieu médical (pas les médecins individuellement) jouent in vivo avec la santé des gens sans se poser trop de question tant que les morts ne sont pas trop visibles ? Et que les experts qui décident en savent moins qu'un 'simple' médecin dont la mission est de soigner des gens et pas décider pour la masse ?

En conclusion, ou est la science ? ce truc dont tout le monde se pare pour justifier sa position ? ou est l'expérience reproductible ? ou sont les études sérieuses préalables à la mise en place de pratiques ? Et surtout lorsque la science montre que la science fait mal depuis des années, par quel miracle elle n’est pas remise en cause ?

dreamer a dit…

Les études d'aaby (en tous cas les papiers récents) ne sont pas plus mauvaises (en fait elles sont même de qualité convenable, pour ne pas dire meilleures) que la plupart des études faites en post commercialisation sur les vaccins. Il est bon de noter que la surmortalité chez les filles a été retrouvée en Inde pour le DTwP et pas pour le BCG ni le vaccin rougeole. Il y a donc un problème spécifique à ce produit là.

Pour répondre à Anonyme 1 septembre 2019 à 19:40, l'OMS est financée pour partie par les fabricants ou les faux nez de ceux-ci (associations diverses, la fondation Gates a donné 228 millions de dollars US sur 2018, le GAVI 158 millions, Rotary International...), et les "experts" sont tous placés là par les fabricants. La corruption à l'OMS est documentée de longue date, remember la fiche sur le tamiflu en 2009.

Quand on pense que Robert Chen est à la collaboration Brighton désormais... Tous ces "experts corrompus sont placés à tous les postes stratégiques : à l'OMS, à l'EMA, aux CDC d'Atlanta etc...