lundi 25 octobre 2021

La France va mal (suite et pas fin)



Je vous avais parlé de la position peu enviable de la France concernant la consommation de tabac, d'alcool, de cannabis, de benzodiazépines et cetera : voir LA.

La grève des sages-femmes rappelle la (triste) situation de la gynécologie obstétrique en France en termes de résultats sur des données dures de santé publique. 

Sans oublier que le suivi des femmes s'est désormais complètement médicalisé et spécialisé.

Ce n'est pas de l'hospitalocentrisme, c'est du gynécologue-obstétricienno-centrisme

Avec, en France, des résultats très mitigés.

On rappelle qu'aux Pays-Bas, petit pays de 17,4 millions d'habitants connu pour son appartenance au tiers-monde, une femme sur six accouche à la maison en France : 99 % à l'hôpital). Avec un taux de mortalité infantile de 3,46 pour 1000 naissances et un taux de mortalité maternelle de 4 pour 100 000 naissances vivantes.

Quelques données sur les sages-femmes (ICI) : 

141 SF pour 100 000 femmes en âge de procréer.



Nbre de gynbos en activité : 5489 en 2020 (LA) : 



Comparaisons internationales


Quelques données supplémentaires sur les SF libérales avec des comparaisons avec d'autres pays : 

Répartition public/privé (LA) (Lena Blanchard) de 2016


Intéressons-nous à quelques indicateurs de santé publique.

La mortalité infantile

La France est à la dix-neuvième place sur les 27 pays de l'Union européenne pour la mortalité infantile (voir ICI) : 3,8 décès pour 1000 naissances (moyenne : 3,4). 

Evolution de la place de la France entre 1999 et 2009 : 



La mortalité maternelle en couche

La France est à la vingtième place sur les 27 pays de l'Union européenne pour la mortalité en couches (voir LA) : 4 pour 100 000 naissances. Mais pour index lundi à la seizième (LA)


Ces chiffres sont à prendre avec des pincettes vu le faible nombre de cas.

Le nombre de naissances prématurées 

La France est dixième !


Encore : 

La France est "bien placée" dans le pire pour le tabagisme pendant la grossesse et pour le nombre de mort subites du nourrisson.



Le nombre d'IVG

232 000 IVG en France en 2019, soit le taux le plus élevé depuis 30 ans. Voir LA

La France est au quatrième rang en Europe pour le nombre d'IVG (ratio pour 1000 femmes en âge de procréer) , et au troisième si on enlève la Russie... (voir LA)



Nous ne parlerons pas : 

Du problème de la contraception très pilulo-centrée.

Du nombre insuffisant de femmes qui pratiquent régulièrement le frottis du col utérin tous les 3 ans et les pratiques non recommandables des professionnels de santé dans ce domaine, c'est à dire le nombre de femmes qui pratiquent trop régulièrement les frottis du col utérin.

Du manque d'information des femmes sur le dépistage organisé du cancer du sein

Du nombre de mammographies sauvages (hors recommandations)

Du sur diagnostic et le sur traitement des 1) lésions du col utérin, 2) des lésions mammaires et du cancer in situ.

J'en oublie ? 

La France a médicalisé la procréation, je n'ai pas dit sur médicalisé, depuis la préconception jusqu'au post partum long (en oubliant les points cruciaux), avec des résultats lamentables...


1 commentaire:

Anonyme a dit…

"j'en oublie" ?
Je pense aussi aux violences obstétricales (voir l affaire récente du gynéco de Tenon) et à l infantilisation des femmes lors des consults gynécos qui peut peut être expliquer une partie de votre constat.