mardi 30 mars 2010

LETTRE OUVERTE A MICHAËL PEYROMAURE

Monsieur et cher confrère,

L'article que vous avez publié dans le journal Le Monde (édition électronique du 27 mars 2010) est un tissu d'âneries.
Souffrez qu'un médecin généraliste vous le dise.
Après un paragraphe de généralités et de truismes dignes du Journal de Suzette (non référencé dans Pub Med) qui vous permet de camper un décor dramatique et de le positionner à côté de solutions évidentes et tellement applicables, qui font de vos futurs contempteurs de présumés idiots, vous entrez, si j'ose dire, mais pour un chirurgien urologue la métaphore est facile, dans le vif du sujet.
Vous fournissez des données épidémiologiques d'un niveau de première ES : "... la proportion des cancers de la prostate diagnostiqués à un stade précoce a beaucoup augmenté. Et celle des cancers découverts tardivement, à un stade métastatique non curable, a nettement diminué." Et vous ajoutez, Monsieur bon sens, Joseph Prudhomme de la cancéro-épidémiologie, "Il est logique de penser que le dosage systématique du PSA, chez les hommes en âge de développer un cancer de la prostate serait un progrès en matière de santé publique." Vous oubliez ceci dans votre présentation idyllique du monde parfait de oui oui l'urologue : Il faudrait aussi que, dans le même temps, le taux de dépistage des cancers de la prostate à tous les stades soit constant. Ce qui n'est pas le cas. Je vous signale, malgré ce que vous affirmez, que le problème du dépistage du cancer du sein n'est pas résolu non plus.
Comme vous n'êtes pas très à l'aise sur le plan scientifique, vous bifurquez, dans le chapitre suivant sur le débat médico-économique.
Vous citez alors deux essais parus dans le prestigieux (sic) New England Journal of Medicine. Vous citez notamment l'étude européenne (dont les défauts méthodologiques sautent aux yeux et qui sont en accord avec les essais menés sous l'autorité de l'Association Française d'Urologie). Vous écrivez sans sourciller : "Le dépistage s'accompagnait d'un taux plus élevé de cancers de bon pronostic, et surtout d'un meilleur taux de survie." La messe est dite. Vous oubliez, très cher urologue spécialiste en médico-épidémiologie, les choses suivantes : "il faut proposer le dépistage à 1410 hommes et proposer un traitement à 48 autres pour éviter UN cancer pendant une période d'observation de dix ans. Avec un surdiagnostic de 50 % !"

Ensuite, vous vous lancez dans une analyse économique comme personne n'oserait le faire dans une revue anglosaxonne de seconde zone. Reprendre vos mots serait trop désagréable pour vous. Mais moi je vais vous dire ce que l'étude européenne dit : Si la mortalité a pu être abaissée de 20 % entre le groupe dépisté et le groupe non dépisté, cela représente, étant donnée la faible fréquence de mortalité par cancer de la prostate dans les populations à l'essai : - 0,71 mort pour 1000 patients pendant une période de neuf ans. Et au prix de 17000 biopsies prostatiques !"

Mais, Monsieur Peyromaure, il est vrai que vous publiez des articles tendant à montrer qu'au delà de 75 ans il serait légitime de doser le PSA alors que le plus grand spécialiste de ces problèmes, Michael Barry, pourtant régulièrement appointé par la "prestigieuse" Association américaine d'urologie (AUA), dit le contraire dans un article publié dans le "prestigieux" New England Journal of Medicine...

Je vous remercie, Monsieur Peyromaure, pour cet exercice de style journalistique de la meilleure eau qui rend justice à l'excellence scientifique de l'urologie française. Il faut plus de chercheurs comme vous pour rendre à notre beau pays la meilleure médecine du monde.
Merci !

3 commentaires:

Yves JEANMAIRE a dit…

Voilà qui est dit !!

kazo a dit…

Ecrire une lettre ouverte en traitant un confrère d'âne sans signer de son nom ôte beaucoup de crédibilité et ne saurait susciter l'édification du lecteur.
OLIVIER CAZEAUX

Docteurdu16 a dit…

@ Olivier Cazeaux.
Bonjour,
Apprenez, ôh, édificateur du lecteur, que ce blog n'est pas anonyme. Que l'on peut me contacter. Que j'exerce même dans un cabinet de médecine générale.
Vous eussiez pu vous informer.
Au lieu de répondre sur le fond de l'affaire, le dépistage du cancer de la prostate par le dosage du PSA ou le dépistage organisé du cancer du sein, vous en faites une affaire de déontologie (?).
Monsieur Peyromaure se trompe.
Et plus les années passent et plus les évidences se retournent contre lui.
Donc, au lieu de prendre la défense d'un âne c('est vous qui l'avez dit), vous devriez prendre la défense des patients ou plutôt des citoyens qui sont soumis à la dictature des experts du PSA (et, accessoirement, à la dictature des experts de la mammographie).
Nous savons comment vous vous appelez, nous ne savons comment vous joindre.
Nous connaissons votre identité et nous ne savons pas d'où vous parlez.
Nous vous remercions en tous les cas de nous avoir rappelés, ce qui ne saurait manquer d'"édifier" le lecteur, combien le professeur se trompe, j'avais oublié au combien, dans sa spécialité et dans une autre qu'il ne connaît pas mieux.
L'effet Stresand.
Merci encore et bonne journée d'édificateur.
Docteur Jean-Claude Grange.