jeudi 28 juin 2018

La médecine m'inquiète : microf(r)ictions (88)

Lecteur de La Revue Prescrire producteur de pertes de chances pour ses patients.


Je lis ici ou là sur twitter des propos anti La revue Prescrire (ICI).

Ce n'est pas nouveau.

Les lecteurs on eu droit à tout : ayatollahs, intransigeants, sectaires, gauchistes, anti capitalistes et cetera. 

Les tenants de Big Pharma ont toujours considéré que Prescrire était contre l'innovation, la nouveauté, le progrès...

Certains d'entre nous n'ont pas ménagé leurs critiques. Et dans ce blog en particulier (LA), mais aussi chez Dupagne (ICI), Girard (LA) ou Lehmann (ICI).

Mais, sous l'influence de certains activistes payés par Big Pharma et par des naïfs qui veulent ressembler aux précédents, apparaît une nouvelle tendance : lire Prescrire serait une perte de chance pour les patients !

Ces suppôts de la modernité ont oublié de nombreuses affaires dans lesquelles Prescrire avait eu raison avant les autres. 

Les rappellerons-nous ?

Pour ces "progressistes" il ne sert à rien d'avoir raison avant les autres, il suffit d'avoir raison avec tout le monde et d'oublier quand le même Toulemonde avait tort.

La Big Pharma attitude décomplexée est en vogue (voir LA).
Tout comme la Big Matériel attitude (voir ICI).

Je ne vais donc pas rappeler ce que l'on peut reprocher à La Revue Prescrire, non pas que je ne veuille pas désespérer Billancourt (les anciens comprendront), mais parce que je veux rester positif et souligner ce que nous devons à La Revue Prescrire.

Mais oser écrire que lire Prescrire (certains ont modéré leurs propos en disant ne lire que Prescrire, les mêmes qui sont abonnés au Journal de Suzette et qui ne lisent que les bulletins paroissiaux de Big Pharma et de Big Matériel, soit, dans le désordre, Le Quotidien du Médecin et le New England Journal of Medicine) entraîne une perte de chance pour les malades...

La Revue Prescrire a été une formidable opportunité pour les médecins, et surtout les médecins généralistes, pour se sortir de la gangue académico-industrielle, c'est à dire le paternalisme, l'avis d'experts, les études bidonnées, l'argent, et la possibilité de se tourner vers l'Evidence-based-Medicine.

Mais attention : La Revue Prescrire n'est pas une revue d'EBM. Elle y contribue fortement.

Les spécialistes hospitaliers et libéraux sont très critiques, ne s'abonnent pas, ou peu, à la revue et trouvant ici ou là des erreurs, des imprécisions, notamment sur le plan clinique, se gaussent, mais, surtout, ils ne retrouvent pas l'idéologie du progrès qui rend fous les meilleurs d'entre eux.
Mais il est aussi vrai que nombre de spécialistes hospitaliers sont des chercheurs. Que les chercheurs ne trouvent pas toujours et qu'ils sont aussi là pour expérimenter des traitements qui ne sont pas encore validés.

Crédit photographique : Alalam News Network


3 commentaires:

Anonyme a dit…

"Que les chercheurs ne trouvent pas toujours et qu'ils sont aussi là pour expérimenter des traitements qui ne sont pas encore validés."

Du moment que le patient SAIT que le traitement n'est pas validé et qu'il CONNAÎT précisément les risques qu'il encourt, en terme de perte de chance, de risques iatrogéniques. Les gens ont le droit de prendre des risques pour leur santé et la science.

Mais est-ce toujours un consentement véritablement éclairée ou ces 'chercheurs' les considèrent comme des souris de labo ? là est la question.

herve_02

hexdoc a dit…

"La Revue Prescrire a été une formidable opportunité pour les médecins" est ce à dire que ça ne l'est plus ?
Prescrire est assez emblématique d'une frange de médecins qui s'estiment dans un entre soi avec le système de lecteur émérite. J'ai un collègue qui a fait tous les tests Prescrire pendant plus de 20 ans, cherchant les réponses aux questions avant de lire les articles ce qui est une façon finalement d'emmener le lecteur à lire des articles arides signés 'La rédaction' mélange de pharmacologues (qui n'ont jamais de patient les yeux dans les yeux à priori ?) et de médecins en exercice ? Ce collègue est aussi un de ceux qui apprécient les réunions organisées par l'industrie pharmaceutique. C'est à mon avis un très bon clinicien et quelqu'un qui s'est formé tout au long de sa longue carrière.
Quand on évoque Prescrire et on peut se poser deux questions : peut on être un médecin compétent sans lire Prescrire ? mais aussi est ce que lire Prescrire est un critère indiquant qu'on est un médecin compétent ?
De quelque façon que se posent ces questions, elles n'ont aucun intérêt; Prescrire comme toutes les publications médicales nécessitent d'être lue avec un œil critique ni plus ni moins. Quand à l'absence de conflit d'intérêt c'est oublier que leur principal conflit d'intérêt reste leur propre survie qui les conduits à envoyer une publicité pour adhèsion quasiment deux fois par an.

Docteurdu16 a dit…

@Hexdoc
Vous avez raison : ça l'est toujours. Mais il faut comprendre que désormais il existe une diversité des sources, que prescrire n'est plus seule, qu'il y a des revues anglo-saxonnes et suisses et allemandes qui font le job.
J'ai voulu rappeler qu'historiquement Prescrire a tracé la voie.
Mais vous avez raison de me rappeler à la raison : Prescrire est toujours aussi indispensable.