mardi 27 novembre 2018

Calendrier de l'avent des lectures médicales : Peter Gøtzsche. #3

Illich critiquait la contre-productivité du système de santé (voir LA) et McKeown, à l'inverse (voir ICI), magnifiait les résultats obtenus par le système de santé en relativisant, dans une perspective historique, les rôles respectifs de la médecine pure et dure et du reste (les progrès de l'hygiène, la sécurité alimentaire et les services de santé et de protection sociale).
Peter Gøtzsche dénonce lui le complexe santéo-industriel, qu'il appelle une mafia, et, surtout, les malversations, la corruption et les effets indésirables majeurs des procédures médicales.
Son éviction de la Cochrane (ICI) est la conséquence de ses prises de position scientifiques et politiques qui allaient à l'encontre du complexe santéo-industriel.

Le business de la santé aux US est plus important en chiffre d'affaires que big oil, big banking, et surtout que le si célèbre complexe militaro-industriel : les dépenses liées à ce dernier étaient évaluées en 2015 à 1,3 mille milliard de dollars contre 3,2 mille milliards de dollars pour les dépenses de santé 

Lire Gøtzsche est indispensable. La prescription de médicaments est la troisième cause de décès après les maladies cardiovasculaires et le cancer. il est allé regarder ce qui se passait.


Gøtzsche Peter. 2013 Deadly Medicines and Organised Crime. How big pharma has corrupted healthcare. London: Radcliff Publishing, 310 pp.

Il y a aussi la traduction française de Fernand Turcotte dans une édition canadienne que je n'ai pas lue   :






Vous pouvez aussi aller jeter un oeil sur son blog : LA.

Les 4 grands thèmes de Peter Gøtzsche sont : le sur diagnostic et le sur traitement, le dépistage organisé du cancer du sein ne sauve pas de vies, les données de sécurité et d'efficacité du Gardasil ne sont pas jugeables carde nombreux documents n'ont pas été rendus publics par les firmes pharmaceutiques, les anti dépresseurs, trop prescrits, sont dangereux chez les plus jeunes en augmentant le nombre de suicides.


Aucun commentaire: