dimanche 22 janvier 2023

Bilan médical du lundi 16 au dimanche 22 janvier 2023 : niveaux de preuves, Lonni Besancon, coloscopie, les médecins de la semaine, PIMS, déterminants sociaux, gale commune.

 


22. Le niveau de preuves en recherches biomédicales


Examinons ces deux pyramides de preuves (taxonomie des preuves en fonction de leur poids) : 




Conclusion : la taxonomie des preuves ne peut s'appliquer à elle-même.

(Vous pouvez cliquer sur les images pour les agrandir.

PS du 25/01/2023 : livre blanc fondamental de la SFPT (Société Française de Pharmacologie et de Thérapeutique) : LA

23. Lonni Besancon, anti antivaxx de la semaine, donne des armes aux antivaxx et aux antimasques.

En prenant le parti de répondre à des antivaxx, il prend soin de de choisir des crétins finis qui avancent des arguments crétins (des hommes de paille), en donnant comme "preuves" (cf. supra le point 1.) des essais cliniques de faible qualité, des éditoriaux, des avis personnels, des articles journalistiques des supputations non fondées. 

Et quand on tente de lui montrer qu'il serait utile de hiérarchiser les preuves (LA), voici ce qu'il répond : 

En jetant un oeil sur PubMed on voit 31 publications. Aucun RCT : ICI.



24. La coloscopie comme moyen de dépistage du cancer du colon ne sauve pas de vies



Nous en avons déjà parlé, c'est le point 1. ICI. Eh bien on recommence avec d'autres arguments LA

C'est lassant. 

John Cassavetes (1929-1989)
A droite : Ben Gazzara

25. Les médecins indépendants de la semaine

via @docisa33


26. L'ordonnance d'un ORL de la semaine

Via notre ORL magique @DocteurAbbas




27. L'autoritatisme médicalo-paternaliste de la semaine




Je rappelle : 

  • que le dépistage du cancer du sein par mammographie ne sauve pas de vies
  • que l'information des patientes est un des points-clés de ce dépistage

28. Le journaliste de la semaine : populisme médical


Nils Wilcke a "sa" conception de la santé, la conception annoncée par René Leriche en 1936, "La santé, c'est la vie dans le silence des organes". Cet aphorisme a largement été discuté ICI ou LA et il ne sembla pas que le journaliste de la semaine soit au courant.

Résumons sa pensée : Une angine à 2 heures du matin est une urgence et il est nécessaire que les médecins libéraux, plus précisément des médecins spécialistes en médecine générale, prennent des gardes pour cela. C'est le service public.


29. Bonne nouvelle du semestre depuis juillet 2022 et sous omicron, les PIMS ont disparu


Commentaires que je vous laisse imaginer :

  • Antivaxx :
  • Vaxxolâtres :
  • Entre deux :
Actuellement : Omicron entraîne moins de PIMS que les autres variants, ce qui est génial. Sans que les enfants soient vaccinés ou portent des masques à l'école.


30. Le système de santé actuel fait que nombre de patients consultent pour des maladies qui guérissent toutes seules.


Les résultats de cette analyse de la collaboration Cochrane (LA) montrent de façon peu robuste que les infirmières "avancées" font aussi bien que les médecins généralistes, voire mieux (NS) dans des pathologies chroniques et dans des soins courants, en consultant plus longtemps et en revoyant plus souvent les patients.

31. Les déterminants sociaux de la santé sont responsables de 80 % des problèmes de santé.

Un article de 2016 (LA) avait évalué que les interventions médicales comptaient pour 10 à 20 % pour l'amélioration des standards de santé. Cet article (ICI) insiste sur le fait que l'amélioration de la santé devrait plus se consacrer à des facteurs non médicaux (qualité de l'air, alimentation, et cetera) pour améliorer l'état de santé des populations.

Il faut toujours se méfier de ce genre d'études où des pourcentages sont avancés de façon peu certaine. Mais les familiers de ce blog comprendront en voyant la figure qui suit que la meilleure façon de vivre longtemps est d'avoir fait des études, d'avoir un logement décent, une alimentation diversifiée, de ne pas être dans le dénuement matériel et, évidement d'être attentif au tabac, à l'alcool, et cetera.


 
La DREES dit la même chose depuis des années : LA.

32. Conseils aux patients : le traitement de la gale commune

Quels conseils faut-il donner aux patients chez qui on a diagnostiqué une gale commune ?

N'oublions pas que dans cette question il y a un motif caché : comment donner des conseils aux patients ?

Je n'aborderai pas ce point mais quand même : Des conseils oraux, manuscrits, tapuscrits ? Des remises de documents officiels (HAS par exemple) ou autres ? Des adresses de sites internet bien faits ?

Pour le reste il y a eu un certain nombre d'avis donnés sur twitter.

Ce n'est pas à mon avis la peine de s'emmêler les neurones en retenant trop de choses (surtout les fausses).

Vous pouvez consulter avec intérêt un billet de blog du docteur Michaël Rochoy sur la question qui est d'un grand intérêt, d'une grande exhaustivité, avec lequel je ne suis pas toujours d'accord sur la prise en charge de cette gale commune, mais vous vous ferez votre avis : LA.

Voici ce que propose une dermatologue de twitter (@phtiriasis) et qui me paraît bien fichu.


Mais il y a d'autres conseils tout aussi judicieux, dont ceux de @docteurgece.






Aucun commentaire: