jeudi 19 janvier 2023

Misère de l'épidémiologie, épidémiologie de la misère : Première partie.

Déclaration de Conflit d'intérêts : je ne suis a priori ni contre ni pour, j'analyse les essais publiés en respectant la hiérarchie classique des niveaux de preuves.

J'ai déjà écrit un billet en mars 2020 : LA

L'idée de ce billet : LA


Rajout le 01/02/2023 qui complète ce que j'ai écrit plus tard avec un grand à-propos. 
Une analyse de la Cochrane (ICI) dont je vous ai parlé déjà LA sur la prévention des affections respiratoires par des mesures-barrières comme le port des différents masques indique : 
There is a need for large, well‐designed RCTs addressing the effectiveness of many of these interventions in multiple settings and populations, as well as the impact of adherence on effectiveness, especially in those most at risk of ARIs. 

1. Misère de l'épidémiologie (et des épidémiologistes).

La grippe saisonnière.

Savez-vous combien d'études épidémiologiques robustes ont été menée en France concernant la grippe saisonnière depuis la première commercialisation du vaccin ?

(Rappelons que le premier vaccin anti grippe saisonnière a été utilisé en 1944-1945 pour vacciner le corps expéditionnaire américain en Europe. Rappelons que c'est en 1947 que l'Institut Pasteur créa le premier vaccin "français".)

Savez-vous combien d'études contrôlées solides ont été menées en France pour évaluer l'efficacité de la vaccination anti grippale depuis 1947 sur des critères aussi variés que : la mortalité, le nombre de cas graves, le nombre de cas symptomatiques, le nombre de porteurs sains, le nombre de contaminations en population générale, le nombre de contaminations dans les lieux de soins, le nombre de contaminations à l'école, dans les familles, dans les entreprises ? 

Zéro.

Savez-vous combien d'études épidémiologiques robustes ont été menée en France concernant la grippe saisonnière depuis la pandémie de 1968 ?

(Rappelons que Sanofi, une multinationale française, détient 33 % de part de marché sur la commercialisation de ces vaccins dans le monde.)

Zéro.

Savez-vous combien d'études contrôlées solides ont été menées en France pour évaluer l'efficacité des mesures-barrières en cas de grippe saisonnière sur des critères aussi variés que : la mortalité, le nombre de cas graves, le nombre de cas symptomatiques, le nombre de porteurs sains, le nombre de contaminations en population générale, le nombre de contaminations dans les lieux de soins, le nombre de contaminations à l'école, dans les familles, dans les entreprises ? 

Zéro.

Où sont passés les profits de Sanofi ?

(Rappelons que les mêmes qui traitent de covidosceptiques, de rassuristes, d'eugénistes et d'autres noms d'oiseau, les médecins et autres qui exigent pour le Covid des essais de qualité, des essais contrôlés et autres fadaises sur l'efficacité des vaccins - et, entendons-nous l'efficacité à terme des vaccins sur les décès et les cas sévères a été démontrée par des essais dont nous aimerions cependant disposer des données brutes- eh bien, depuis 1968, ils se sont comportés, selon leurs termes, comme des gripposceptiques, des gripporassuristes, des grippoeugénistes, alors que, selon les chiffres officiels (et que nous avons largement contestés, il y aurait eu, depuis 1968, 10000 à 15000 morts par an en France soit 540 000 à 810 000 morts pendant la période !) Le scandale de l'absence d'essais menés dans la grippe saisonnière à la fois sur les vaccins et les mesures non pharmaceutiques est un Himalaya par rapport à la roche de Solutré !

Voulez-vous connaître l'efficacité globale de la vaccination anti grippale saisonnière (avouons que ce chiffre est très contestable puisque la grippe est saisonnière, que le vaccin ne comporte pas toujours les souches responsables des épidémies, qu'il existe une différence très forte de réponse immunitaire entre personnes âgées -les plus à risque- et personnes plus jeunes, et cetera) ? Selon la collaboration Cochrane : 31 %

Où étaient les épidémiologistes ?

Où étaient les masques dans les hôpitaux en période d'épidémie grippale ?

Où étaient les virologues ?

Où étaient les masques dans les cabinets médicaux en période d'épidémie grippale ?

Où étaient les infectiologues ?

Où étaient les masques dans les transports publics en période d'épidémie grippale ?

Où étaient les hygiénistes ?

Où étaient les aérateurs dans les écoles, dans les bureaux, dans les usines, dans les administrations ?

Où étaient les médecins ?

Où étaient les zones de sas dans les services d'urgence en période d'épidémie de grippe ?

Où étaient les directeurs d'hôpitaux ?

Ils avaient piscine.

Hors de France, une méta-analyse du CDC (ICI) analysant 14 essais contrôlés a montré que le port du masque ne réduisait pas significativement la transmission de la grippe saisonnière. Quant à la collaboration Cochrane, une analyse datée de novembre 2020, LA, a montré  les mêmes résultats sur les interventions en santé publique. Ajoutons également que des essais menés sur le rhume commun (ICI une étude japonaise sur le port du masque) et sur le VRS (LA, mais de 1981 !, on comprend pourquoi les chercheurs n'ont pas voulu pousser plus loin les essais, pour ne pas se planter, donc, une étude états-unienne sur le port de masques et de blouses) ont échoué.


Le Covid.

Ainsi, depuis janvier 2020, voulez-vous que je pose les mêmes questions concernant le Covid ?

A un détail près : le leader mondial des vaccins contre la grippe saisonnière, Sanofi, ne mène plus le jeu, il est devenu l'ex leader mondial des vaccins. A force de ronronner, à force de ne pas faire d'essais cliniques en raison de l'effet parachute (ça marche, dont il ne serait pas éthique de mener des essais contrôlés), à force de payer des experts et des Key Opinions Leaders à ne rien faire sinon à diffuser l'inaction officielle, ils ont oublié d'innover.

Savez-vous combien d'études contrôlées solides ont été menées en France et dans le monde pour évaluer l'efficacité de la vaccination anti Covid depuis 2021 sur des critères aussi variés que : la mortalité, le nombre de cas graves, le nombre de cas symptomatiques, le nombre de porteurs sains, le nombre de contaminations en population générale, le nombre de contaminations dans les lieux de soins, le nombre de contaminations à l'école, dans les familles, dans les entreprises ? 

La réponse n'est pas zéro.

Nous disposons de données solides sur l'efficacité des vaccins anti covid sur les décès et les formes graves (delta).

Nous disposons de données solides sur la balance bénéfices/risques chez les adolescents (risque de myocardite post vaccinale).

Ces données sont malheureusement évanescentes dans la mesure où apparaissent de nouveaux variants qui déjouent ce que l'on savait des variants précédents concernant la transmission, la virulence, la gravité.

C'est pourquoi, désormais, les essais cliniques contrôlés sur les vaccins et notamment sur l'utilisation de boosters sont fondés sur des taux d'anticorps, voire sur des taux d'anticorps chez des souris. Parce qu'il faut faire vite et parce que l'effet parachute (l'évidence de l'efficacité). Les épidémiologistes proposaient la vaccination annuelle pour la grippe saisonnière et il semble qu'ils sont sur le point de proposer les rappels trimestriels... 

Savez-vous combien d'études contrôlées solides ont été menées en France et dans le monde pour évaluer l'efficacité des mesures-barrières en cas de Covid sur des critères aussi variés que : la mortalité, le nombre de cas graves, le nombre de cas symptomatiques, le nombre de porteurs sains, le nombre de contaminations population générale, le nombre de contaminations dans les lieux de soins, le nombre de contaminations à l'école, dans les familles, dans les entreprises ?

La réponse n'est pas zéro.

Mais les réponses sont douteuses.

Nous avons déjà rappelé ICI les résultats de l'étude danoise (LA) de mars 2021 comparant, en addition des mesures barrières classiques, l'efficacité du masque sur la contamination mais il s'agissait d'une étude non aveugle et menée chez des personnes utilisant les transports en commun et le travail en lieu clos et le nombre de biais est important, étude négative, et ceux de l'étude menée au Bangladesh (ICI) entre fin 2020 et début 2021 montrant dans des villages une diminution significative du nombre de cas symptomatiques séroprévalents avec port de masques chirurgicaux.

Comment les excité.es de la transmission manuportée et du SHA (Solution hydro alcoolique) qui diffusaient à l'envi des essais tronqués, des essais mal fichus ne correspondant à aucun standard scientifique, qui vantaient des vidéos lunaires (notamment celle du fameux NPS) afin que la ménagère de moins de 50 ans, avant d'aller faire ses courses, en entrant dans un supermarché, en en sortant, en rentrant chez elle, se "lave les mains" comme un chirurgien avant d'entrer en salle d'opération ? 

En revanche, il y a eu de nombreux essais épidémiologiques cas-témoins rétrospectifs, le plus souvent à partir de données recueillies sur dossiers électroniques (on sait ce que cela vaut), dont on connaît la déplorable robustesse méthodologique dont les résultats étaient parfois non significatifs et parfois significatifs... 

Un certain nombre de personnes (médecins, non médecins, chercheurs, non chercheurs, associations de malades) veulent faire croire que l'accumulation d'études de faible niveau de preuves les rendra robustes et qu'il suffit de ne pas les lire pour s'en persuader. Et ainsi en est-il des essais sur le Covid long. Il y a eu des milliards de cas de Covid dans les monde et aucun institut de recherche n'a eu l'idée, sans doute saugrenue, de mener de "vraies" études prospectives comparatives sur le covid long.

Que de temps perdu !

Ces études auraient été nécessaires et obligatoires puisque l'on sait que les vaccins antiCovid efficaces contre les formes graves protègent mal contre la contamination !

Nous en sommes donc restés au principe de prévention. Nous savons que le virus se transmet par aérosol mais nous ne savons toujours pas s'il existe des mesures significatives pour l'éviter.


2. Epidémiologie de la misère (et des miséreux).

A suivre

1 commentaire:

Dominique Harriague a dit…

Commentaire "de soutien" depuis le banc de touche : je lis et j'adhère, mais n'interviens pas le plus souvent par fainéantise.
Buena suerte compañero.