jeudi 3 février 2011

PANDEMRIX ET NARCOLEPSIE : AFSSAPS ET NARCOLEPSIE

Morphée - Jean-Antoine HOUDON (1769)


Nous avions souligné déjà dans des posts anciens datant de janvier et de septembre 2010 nos inquiétudes concernant le dossier d'enregistrement du PANDEMRIX de chez Glaxo, notamment 7 décès inexpliqués, chose jamais vue lors de l'enregistrement d'un médicament, décès qui avaient été balayés d'un revers de main par les autorités en termes d'imputabilité au vaccin.
Des cas de narcolepsie ont été signalés depuis mais ont été mis par les pharmacovigilants sur le compte du hasard.
Et voilà que l'Agence Finlandaise, THL et, en anglais, National Institute for Health and Welfare, fait un communiqué de presse (ICI) le premier février dans lequel elle rapporte un nombre anormal de cas de narcolepsieS chez des patients de 4 à 19 ans vaccinés majoritairement par le Pandemrix. Pour l'instant le THL n'a pas d'argument selon lequel cela serait dû à des lots particuliers de vaccin. En revanche, il a été constaté entre 2009 et 2010 60 cas de narcolepsie dans la tranche d'âge précitée. Concernant ces cas 52 avaient été vaccinés par Pandemrix alors que la cible était à 70 % vaccinée par ce vaccin. Les analyses préliminaires montrent un risque multiplié par 9 d'avoir une narcolepsie et ce risque est encore plus grand chez les 5 - 15 ans. Aucun cas de narcolepsie n'a été signalé chez les enfants de moins de 4 ans et la fréquence n'a pas été augmentée chez les plus de 19 ans. Le délai moyen d'apparition de l'effet indésirable est de deux mois après la vaccination. D'autres cas ont été signalés en Suède et en Islande.

Comme on dit quand on est une Agence officielle : il faut compléter l'étude, il faut faire des essais dans d'autres pays de la Communauté Européenne (neuf). Le facteur vaccinal semble retenu mais d'autres facteurs environnementaux et ethniques ne peuvent être écartés...

Comme quoi, la vaccination de masse sans même prendre en compte les données inquiétantes des dossiers d'enregistrement, fait prendre des risques à des populations saines et ce, d'autant, que les promoteurs de cette vaccination de masse sont persuadés a priori que les vaccins ne produisent pas d'effets indésirables.

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Je m'étais fait un tableau avec les effets indésirables du Pandemrix tels que l'EMEA en avait rendu compte dans des bulletins de pharmacovigilance plutôt indéchiffrables. Je ne les ai plus mais de mémoire il y avait aussi une vingtaine de cas de paralysies dans les suites proches du vaccin chez des enfants, en majorité non régressives. De mémoire aussi, l'EMEA avait cessé de compter les chocs anaphylactiques tellement ils étaient nombreux.
Rien n'a changé pourtant depuis cet épisode. M. Floret, blindé de conflits d'intérêts, idolâtré par les pédiatres et la Société frnaçaise de pédiatrie, est toujours président du Comité Technique de Vaccination, sillonne la France pour promouvoir des vaccins dans des conférences sponsorisées par GSK (après l'avoir sillonnée pour préparer les médecins à la survenue imminente d'une pandémie grippale cataclysmique)est un membre plutôt hyperactif d'Infovac cet organisme "indépendant de l'industrie pharmaceutique" qui prétend donner une information scientifique et neutre sur les vaccins et reste"droit dans ses bottes". Grâce à lui les pédiatres sont très soucieux de prévention. Sauf que la prévention se résume désormais pour les pédiatres à faire tous les vaccins préconisés par le Haut Comité de Santé Publique sur avis du Comité Technique de Vaccination. L'obésité? les pédiatres ne la voient pas, même si elle leur crève les yeux, les déficits visuels? ils passent à côté, les troubles du langage? on verra plus tard. Les syndromes autistiques? ils ne connaissent pas.La maltraitance? Ca existe?
Par contre si des parents émettent la moindre réserve sur un des 13? 14? vaccins différents qu'ils veulent faire à leurs enfants (y compris Rotarix, Méningitec, Infanrix Héxa comprenant le vaccin contre l'hépatite B) alors là ils se fâchent tout rouge et montent sur leurs grands chevaux.
Je pense bien fort à D. Floret chaque fois que des parents arrivent avec un nourrisson de 2 mois et posent devant moi l'Infanrix hexa et le Prevenar que leur pédiatre leur a prescrit en laissant entendre que c'étaient des vaccins obligatoires et que je dois tout reprendre depuis le début. Seuls les vaccins contre la diphtérie le tétanos et le polio sont obligatoires et seulement pour les trois premiers vaccins et le rappel de 18 mois.
CMT

Docteurdu16 a dit…

N'oublions pas non plus que les communiqués du Comité Technique des Vaccinations sont reproduits tels quels et sans critiques par la revue Prescrire qui, pour ce qui est des vaccinations, en est restée aux avis éclairés des experts. Prescrire devrait se méfier de ses relations incestueuses avec les vaccineurs, cela va un jour lui retomber sur le nez et tous les efforts qu'elle a faits pour devenir l'arbitre des élégances médicales retomberont comme un soufflé.
Je crains que le réveil ne soit rude.

pr mangemanche a dit…

Oui, l'attitude de Prescrire sur de nombreuses vaccinations pose question...
Après avoir rabâché le concept de balance bénéfices/risques, la revue semble s'éloigner de ses propres principes pour ce qui concerne certains vaccins (évaluation stricte de l'exposition au risque par ex.).
De même, faisant clairement la distinction entre critères intermédiaires et critères principaux pour l'évaluation des médicaments, la revue semble se contenter de taux de séro-conversion sans estimation fiable des bénéfices cliniques (réduction de morbi-mortalité), ou bien du critère composite ayant permis l' AMM, pour certains vaccins.

Anonyme a dit…

Comuniqué du 30 juin d el'Agence suédoise du médicament (Läkemedersvelket; intitulé Occurrence of narcolepsy with cataplexy among children and adolescents in relation to the H1N1 pandemic and Pandemrix vaccinations
‐ Results of a case inventory study by the MPA in Sweden during 2009‐2010): le Pandemrix provoque en définitive un risque de narcolepsie cataplexie multiplié par 6,6 (RR risque relatif)chez les enfants vaccinés de moins de 15 ans et 3,6 cas supplémentaires pour 100 000 enfants vaccinés(AR ou risque absolu). Pour la France, pop des moins de 19 ans environ 15 millions, vacciner tous les enfants avec ce vaccin aurait pu provoquer 550 cas supplémentaires de narcolepsie chez des enfants et adolescents, donc provoquer beaucoup plus de dégâts que les bénéfices réels.
CMT

Anonyme a dit…

Je rappelle que le Pandemrix était le vaccin commandé en plus grande quantité par le gouvernement français lors de la pandémie grippale (45 millions de doses de mémoire) alors qu'on n'avait aucun recul sur ce vaccins et que l'AMM avait été accordée à la va vite. Je rappelle aussi que la médecine scolaire a été sollicitée, au détriment de ses autres missions, pour vacciner le plus d'enfants et adolescents possible dans les collèges en particulier, le vaccin Pandemrix étant recommandé officiellement pour les enfants et ados à partir de 9 ans en France. Cela se passait en novembre décembre 2009 alors qu'on disposait de toutes les informations nécessaires pour savoir que la "pandémie" était bénigne.
Je rappelle que 5,7 millions de personnes ont été vaccinées en France dont 13,9% dans la tranche des 9 17 ans, celle qui est la plus susceptible de présenter une narcolpesie.
Il y avait beaucoup d'autres effets indésirables et le Pandemrix était de loin le vaccin qui en provoquait le plus. Le bulletin de pharmacovigilance,sans redressement pour la sous-notification, relevait quelques 8950 effets indésirables non graves et 139 effets indésirabales graves dont 16 décès, 4 poussées de sclérose ne plaques, 4 poussées démyélinisantes etc (voir bulletin de pharmacovigilance jusqu'au 28 mars 2010).
Parmi 800 000 adolescents vaccinés on aurait dû relever environ 29 cas supplémentaires de narcolepsie.
Mais IL N'YA TOUJOURS AUCUN SIGNAL DE PHARMACOVIGILANCE EN FRANCE. Faut-il s'en étonner quand on sait que 82,5% des PSUR (rapport périodiques de pharmacovigilance )ne sont pas traités par les centres de pharmacovigilance trop occupés à faire des travaux pour l'Agence européenne des médicaments? Que l'AFSSAPS ne fait pas son travail de protection de la sécurité sanitaire non plus trop occupée à offrir des services de premier choix à l'industrie pharmaceutique? Où sont passés les 29 cas supplémentaires de narcolepsie chez des adolescents français?
CMT

cauchois.yvon@orange.fr a dit…

nous sommes 100 personnes en france a avoir developpé une myofascite a macrophage suite au vaccin pandemrix
la narcolepsie est que le haut de l'iceberg car facilement identifiable
notre maladie ressemble a une sorte de depression , il n'en estrien , on devrait etre deux mille en europe apres ce maudit vaccin a en souffrir
info a faire circuler chez les medecins generalistes et psychiatres

Anonyme a dit…

Un article publié en ligne le 28 mars 2012 par une équipe finnoise : "A sudden increase in the incidence of abrupt childhood narcolepsy was observed in Finland in 2010. We consider it likely that Pandemrix vaccination contributed, perhaps together with other environmental factors, to this increase in genetically susceptible children."

http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0033723

CMT a dit…

A anonyme,
en effet, et nous avions eu toute une discussion sur le blog, sur le sujet. La conclusion était que, globalement, le risque de narcolepsie attribuable au vaccin chez les enfants de moins de 17 ans était de 1 pour 16 000 (un nouveau cas de narcolepsie pour 16000 enfants vaccinés), principalement dans les trois mois suivant le vaccin. Alors que l'incidence annuelle dans cette tranche d'âge de la narcolepsie en Finlande était de 1 pour 300 000 environ. Donc une multiplication du risque pour les enfants vaccinés par un facteur 17.
La discussion avait eu lieu dans les commentaires ici:
http://docteurdu16.blogspot.fr/2011/07/lagence-europeenne-protege-le-pandemrix.html